FLASH
L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 27 août 2013
Frères musulmans - Egypte
Frères musulmans – Egypte

« Si seulement en 1940 le peuple allemand avait eu le courage du peuple égyptien en destituant un homme « démocratiquement élu », cela nous aurait évité des millions de morts et la Shoah. Mais cet argument, l’Occident ne l’entend sûrement pas. Il ne veut pas l’entendre« .
– Alaa El Assouani, auteur de « l’immeuble Yacoubian ».

Une majorité d’Egyptiens ne peut comprendre la position de l’Administration américaine, qui se range du côté des forces de l’oppression et assiste à la transformation du pays en un état en faillite sous la direction des Frères musulmans. Cette position s’oppose aux intérêts américains. L’Egypte ne peut simplement pas se permettre de devenir une autre Somalie ou un autre Afghanistan, sous le contrôle de Talibans égyptiens.

Les Egyptiens sont perplexes. Ils ne comprennent pas les efforts de l’Administration Obama pour ramener les Frères musulmans au pouvoir.

Afin de donner un sens à la politique de l’Administration Obama, Amr Adeeb, un éminent analyste politique égyptien, soutient l’idée selon laquelle les USA aident les Frères musulmans à reprendre le pouvoir afin de transformer l’Egypte en un aimant qui attirerait les combattants jihadistes. Le but, selon Adeeb, est de faire de l’Egypte une autre Syrie ou un autre Afghanistan et ainsi discréditer l’islamisme en tant que mouvement politique viable.

Aux yeux des Occidentaux, cela peut paraître comme une théorie conspirationniste étrange, mais pour les Egyptiens, elle permet d’expliquer la raison pour laquelle le gouvernement américain soutient une organisation qui a ouvertement déclaré le jihad contre l’Occident, s’est engagée dans des menaces de guerre contre Israël et l’Ethiopie, a démoli plus de 80 églises historiques en quelques jours, incendié des hôpitaux, et assassiné des Chrétiens dans les rues. Les Frères musulmans n’ont aucun respect pour l’Etat de droit, mais, dit l’Administration Obama, c’est l’Armée égyptienne, qui a destitué les Frères musulmans, qui menace la démocratie.

La réalité est différente.

Les « ikhwan » (appellation arabe pour Frères musulmans) ont adopté des méthodes très peu démocratiques lors des élections qui les conduisirent au pouvoir en juin 2012.

  • Morsi a menti sur son expérience professionnelle à la NASA.
  • Sa promesse de consacrer 200 milliard de dollars à la renaissance de l’Egypte était du vent. Une fois élu, il déclara que ce n’était « qu’une idée ».
  • Il acheta le vote des plus pauvres en leur distribuant de l’huile, du sucre, des médicaments.
  • Le jour des élections, sous la menace de représailles, les sbires des Frères musulmans empêchèrent des milliers de Chrétiens coptes de voter.
  • En outre, de nombreux électeurs se plaignirent de recevoir des bulletins de vote déjà cochés en faveur de Morsi.

Démocratiquement élu le Morsi ???

Les Egyptiens étaient prêts à ignorer ces irrégularités dans l’espoir que Morsi apporterait de l’ordre et de la stabilité à leur pays. Ils espéraient qu’il respecterait ses promesses de construire une Egypte moderne, de créer des emplois, de mettre sur pied un gouvernement de coalition et une constitution. Ils croyaient en sa promesse de consacrer 200 milliard de dollars à la réparation des infrastructures qui faisait partie du projet islamique de « Renaissance ».

Au lieu de cela, Morsi travailla au démantèlement systématique des institutions d’un pays vieux de 7.000 ans. Il incita ses amis à parler publiquement sur les chaînes de télévision nationales contre l’Ethiopie, dans le but de la déstabiliser, et dans la lutte pour l’utilisation de l’eau du Haut-Nil. Le gouvernement des Frères musulmans menaça de déclarer la guerre à l’Ethiopie à propos de la construction du grand barrage de la Renaissance éthiopienne sur le Nil bleu, actuellement en cours.

Morsi déclara également de manière très directe qu’il était en train de recréer un califat islamique. Il pardonna et libéra des islamistes radicaux, y compris les assassins de Sadate, et leur permit de créer un parti islamique, ce qui est contraire à la constitution, qui interdit les partis religieux. Quand Morsi s’adressait à un auditoire, les islamistes radicaux étaient assis à la première rangée, il démontrait par là que ces gens constituaient sa base politique.

Afin de renforcer le soutien de cette base radicale, Morsi libéra les membres de Gamaa-al-Islamiyya, groupe fondé par le cheikh aveugle, Omar Abdel Rahman, qui participa à la première attaque du World Trade Center. Ce groupé, classé comme terroriste par les USA, fut responsable du massacre de 60 touristes à Louxor en 1997. Cela n’empêcha pas Morsi de nommer l’un de ses membres Gouverneur de Louxor, passant outre l’objection des résidents, dont la survie dépend du tourisme. Cela ne le gêna pas non plus de nommer au poste de Ministre de la Culture un autre membre de cette organisation terroriste. Avec ces décisions, Morsi asséna le coup de grâce à l’industrie du tourisme en Egypte.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Et si les gens n’ont pas envie de venir en Egypte, comment pourraient-ils investir ?

Les Frères musulmans, apparemment, ne voulaient plus de touristes occidentaux en Egypte, même s’ils représentent une importante source de devises. Il semblerait que le Cheikh Hazem Salah Abu Ismail, un islamiste ultra-conservateur et membre de la confrérie, avait demandé à Morsi de ne plus permettre aux touristes occidentaux de venir en Egypte et de les remplacer par des touristes des pays musulmans. Ainsi, les purs musulmans n’auraient pas été souillés par les impurs occidentaux. (Hélas, ils ne rappellent pas les « purs » musulmans d’Occident en terre d’islam)

La vie sous Morsi devenait de plus en plus dure. Pour de nombreux Egyptiens, le manque de nourriture, d’eau, d’électricité, de médicaments, constituait la norme quotidienne. En réponse aux doléances, Morsi apparaissait à la TV et demandait au peuple encore un peu de temps, de patience, 10 ou 15 ans …

Au fur et à mesure que Morsi conduisait son pays vers un fossé civilisationnel, certains commencèrent à se rebeller. Un mouvement d’opposition, appelé « Tamarud » (rébellion) mobilisa 30 millions de personnes. Ils occupèrent les rues d’Egypte et demandèrent le renversement de Morsi et de son gouvernement d’islamistes radicaux.

Leur but, des plus légitimes, était d’enlever les commandes du pays des mains de ce groupe de fous fanatiques qui allait apporter la famine à l’Egypte et faire revenir le pays à l’âge des ténèbres.

Afin d’éviter la guerre civile, l’armée égyptienne destitua Morsi et nomma un gouvernement provisoire avec l’aide de l’Université d’Al-Azhar, l’autorité islamique la plus respectée de l’islam sunnite, du parti El Nour (un groupe ultra-conservateur), de l’Eglise copte, et d’un certain nombre de partis laïques.

Comme c’était à prévoir, les Frères musulmans ripostèrent par les menaces et les violences, en ciblant particulièrement les plus faibles : les Chrétiens coptes, que personne ne protège et que la « communauté internationale » ignore et méprise.

Des membres de la confrérie tuèrent une petite fille chrétienne copte dans la rue, alors qu’elle sortait de l’église pour rentrer à son domicile. Ils décapitèrent un commerçant chrétien et abattirent un prêtre dans le Sinaï. ils exhibèrent trois religieuses nues dans les rues, comme des trophées de guerre. Ils incendièrent les commerces chrétiens, des églises, notamment d’anciennes églises de la haute Egypte. Leur but était de terroriser les Chrétiens et effacer tout signe du passé chrétien en Egypte (exactement comme les Palestiniens – avec l’aide active des européens de l’UNESCO – avec le passé historique du peuple Juif sur sa terre ancestrale). C’est une obsession : anéantir toute trace de l’histoire des peuples non musulmans. Vous verrez, ils le feront aussi en Europe, en France.

Détruire l’espoir d’un avenir meilleur pour le pays ne leur suffisait pas.

Les islamistes massacrèrent également des officiers, des soldats, et des policiers. Mohamet Beltagy, un politicien appartenant aux Frères musulmans, déclara lors d’une interview télévisée que la violence cesserait quand Morsi sera à nouveau président de l’Egypte.

De nombreux Egyptiens aimeraient comprendre pourquoi l’Occident et les USA insistent pour soutenir Morsi au nom de la démocratie. Ce fut le même genre de démocratie, via une élection démocratique, qui amena Hitler au pouvoir en Allemagne et le Hamas à Gaza. L’élection ne représente qu’une petite partie du processus démocratique.

Si le Hamas est sur la liste noire des organisations terroristes en Occident, pourquoi n’est-ce pas le cas des Frères musulmans, leurs donneurs d’ordres, s’interrogent les Egyptiens ?

Au Moyen-Orient, seules une économie forte, l’armée et la police sont les garants de la stabilité. L’Egypte fut le premier pays arabe à choisir la voie de la paix avec Israël. L’Egypte est le centre nerveux du monde arabo-islamique. Les USA ont tout intérêt à avoir une Egypte stable, moderne et prospère. L’Egypte ne peut devenir une autre Somalie ou un autre Afghanistan contrôlée par ses propres Talibans.

Pourquoi l’Occident et les USA ne veulent-ils pas le comprendre ? Pourquoi manifestent-ils leur soutien aux Frères musulmans ? Pourquoi l’Occident et les USA veulent-ils s’ingérer dans les affaires intérieures d’un pays souverain, contre la volonté de son peuple qui a compris son erreur de choix démocratique et a pris son destin en main pour le corriger ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source : « Egyptians bewildered over Support for Muslim Brotherhood » by Michael Armanious – Gatestone Institute (traduit et adapté par Rosaly)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz