FLASH
[24/05/2017] La filière du terroriste de Manchester Salman Abeidi a permis de remonter jusqu’à un important recruteur d’ISIS  |  Coup de feu au café des belges, rue Lafayette : saisie d’une dépêche ancienne – nous nous excusons  |  Non confirmé : alerte à la bombe dans une école de Strasbourg et à Paris près de la gare du Nord  |  Paris : coup de feu au café des belges, rue Lafayette bloquée  |  Un terroriste musulman s’est fait exploser dans un autobus en ville à Jakarta Bilan 4 morts et plusieurs dizaines de blessés  |  Lille, France : 2 musulmanes arrêtées par le raid avant de commettre un attentat  |  Trump a obtenu de l’OTAN qu’elle se joigne à la coalition anti-ISIS  |  Attentat de Manchester : la police a arrêté un 5e suspect, qui portait un paquet suspect  |  Un des frères du terroriste de Manchester a été arrêté en Libye  |  Cannes : la manifestation de femmes en burkini interdite est maintenue par l’islamiste organisateur  |  Attentat Manchester : la police affirme: « très clair que ce n’est pas un loup solitaire » – 4 personnes arrêtées pour l’instant  |  Berlin – 4 musulmans suspectés d’être jihadistes arrêtés  |  |e père de Salman Abedi dit que son fils innocent, et que la police a arrêté un autre de ses fils  |  La coalition US a frappé 27 positions d’ISIS en Irak et Syrie le jour de l’attentat de Manchester  |  Philippines : un chef de la police pris en otage a été décapité par ISIS  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 28 août 2013

 

USS-Truman

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Les États-Unis disposent en ce moment d’au moins quatre navires de guerre en mer Méditerranée, l’USS Mahan, l’USS Ramage, l’USS Barry et l’USS Gravely, dotés des missiles de croisière Tomahawk. L’opération contre des objectifs stratégiques à l’intérieur de la Syrie sera dirigée par le chef de l’État-Major des Forces armées des Etats-Unis, le général Martin Dempsey, qui vient de présider un sommet des chefs militaires des pays de l’alliance anti-syrienne, sommet qui s’est déroulé à Amman, capitale de la Jordanie.

De plus, les forces américaines disposent de deux bases aériennes en Turquie, à Izmir et à Incirlik. En outre, quelques navires du 26e Corps Expéditionnaire des Marines se trouvent actuellement dans un port des Émirats Arabes Unis. Et le porte-avions USS Harry S. Truman navigue en ce moment dans l’Océan Indien. Il pourrait, lui aussi, être incorporé à l’opération de missiles de croisière Tomahawk.

Celle-ci pourrait avoir lieu cette semaine, dès demain jeudi, et, durer trois jours. Elle viserait principalement, à coups de missiles, les installations militaires du régime syrien. Officiellement, il n’y aurait pas de déploiement de troupes au sol dans le cadre de cette opération. En ce moment même, le régime syrien évacue préventivement des centres du renseignement stratégique et des centres de commandement, en prévision d’éventuels bombardement américains.

Les membres du clan Assad, qui s’étaient repliés dans le nord-ouest, seraient en partance vers l’est du pays. Bachar al-Assad aurait atterri hier soir à l’aéroport de Téhéran, une rumeur à la fois confirmée et infirmée par le régime des ayatollahs, question de semer le doute.

A noter que l’Iran et la Corée du Nord continuent de livrer du matériel au régime de Bachar al-Assad. L’Iran menace en outre de mobiliser le Hezbollah et d’autres groupes terroristes contre Israël avant même que les Etats-Unis ne bombardent la Syrie.

A noter également que la Chine et la Russie sont – encore et toujours – opposées à toute intervention militaire étrangère contre la Syrie. La Russie a fourni à l’ONU des images satellites démontrant que les rebelles sont les auteurs de l’attaque chimique d’Al Ghouta.

Pour mémoire, l’ancienne procureure générale du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, Carla del Ponte, a prouvé en mai dernier l’utilisation de gaz par les rebelles : « Nos enquêtes devront encore être approfondies, vérifiées et confirmées à travers de nouveaux témoignages, mais selon ce que nous avons pu établir jusqu’à présent, pour le moment ce sont les opposants au régime qui ont utilisé le gaz sarin », a-t-elle déclaré en mai dans Le Monde.

La volonté d’Obama d’envoyer des missiles Tomahawk sur des installations militaires syriennes en alléguant que c’est une riposte à l’utilisation présumée d’armes chimiques par le régime de Damas, cette volonté est pour le moins suspecte. Ce type d’opération doit être fondé sur des preuves irréfutables ; et doit être préparé des mois à l’avance avec les alliés potentiels. Après les retraits prématurés – et donc irresponsables – d’Irak et d’Afghanistan, Obama se range – en Syrie – aux côtés de djihadistes sunnites, barbares et fanatiques.

Obama n’évoque même pas – de manière concrète – le rôle de l’Iran chiite et du Hezbollah chiite. Les médias occidentaux publient le point de vue des experts israéliens favorables à l’intervention américaine en Syrie et censurent le point de vue des experts israéliens qui y sont opposés. Obama, le Royaume-Uni et la France, tous favorables à une intervention, soutiennent objectivement des insurgés criminels sunnites et n’en mesurent pas les conséquences à court, moyen et long terme, pour le Moyen-Orient et pour le monde.

Obama, l’ami des sunnites, va-t-il tous nous entraîner vers un désastre ?

Reproduction autorisée avec mention :

© M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz