FLASH
Donald Trump : « je suis impatient de rencontrer Nétanyahou à 10h ce matin à la Trump Tower » | Nice : la police a arrêté 2 filles, 17 et 19 ans, qui préparaient un attentat terroriste | Patrick Devedjian : les Allemands « nous ont pris nos juifs, ils nous rendent des Arabes » | Corse : le truand Hicham Merzouki tué au fusil d’assaut à Santa-Maria Poggio | Hollande reconnaît la responsabilité de la France dans l’abandon des harkis | Boston : Attaque au couteau au Collège Emerson, 6 blessés, les 2 assaillants sont en fuite | Motivation terroriste probable, dans l’attaque mortelle de Burlington qui a fait 5 morts | Budapest : Explosion d’un bombe, il y aurai plusieurs victimes | Le New York Times soutient officiellement Hillary Clinton – encore un média neutre ! | New York : en marge de l’AG de l’ONU, Netanyahou rencontrera Clinton et Trump dimanche – séparément | Un terroriste palestinien condamné à 9 ans de prison par Israël pour avoir poignardé et blessé 2 Israéliens | Terrorisme : une jeune femme de 22 ans soupçonnée de préparer un attentat a été arrêtée à #Molenbeek | Terrorisme : La sœur de Fabien Clain, « voix » de Daesh, a été mise en examen et placée sous mandat de dépôt | Pantin (93) : La famille de la femme voilée abattue est liée au grand banditisme | La police de Burlington, Washington dit que rien ne démontre encore que la tuerie du centre commercial est un acte de terrorisme islamique |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 2 septembre 2013

 

Otan-1

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, aurait déclaré, aujourd’hui, lundi 2 septembre, être « personnellement convaincu » que le régime syrien serait responsable des attaques chimiques qui ont causé la mort de centaines de personnes le 21 août. Mais Rasmussen a surtout souligné que seul un processus politique permettrait de régler la crise syrienne.

Personnellement, je suis convaincu que non seulement une attaque chimique s’est produite, mais que le régime syrien en est responsable, aurait déclaré devant la presse Rasmussen, en indiquant avoir eu accès à des informations concrètes classifiées données par des pays membres de l’Otan. Au cours de la même conférence de presse, Rasmussen a répété qu’il ne fait jamais aucun commentaire public sur de telles informations fournies à l’Otan par les services de renseignement des 28 pays membres.

Autrement dit, Rasmussen ne fait pas de commentaire sur les allégations selon lesquelles le régime syrien serait responsable des attaques chimiques et en même temps, il aurait déclaré qu’il en est « personnellement convaincu ». Soit les médias qui relayent tout cela racontent n’importe quoi. Soit Rasmussen déclare tout et son contraire.

Il ne fait aucun doute que la communauté internationale doit réagir avec vigueur afin d’éviter de nouvelles attaques chimiques à l’avenir, aurait commenté M. Rasmussen. Si nous ne réagissions pas, cela enverrait un message très dangereux à tous les dictateurs du monde. Mais, a-t-il ajouté, je n’envisage pas que l’Otan puisse jouer un rôle dans la crise.

A ce stade, les Alliés se consultent et c’est à chaque Etat de décider de la façon de répondre à l’attaque. De plus, si l’intervention armée devait être, comme il est envisagé, brève, avec des objectifs ciblés, il n’est pas nécessaire d’avoir recours aux structures militaires de l’Otan, davantage prévue pour superviser des opérations complexes de longue durée.

En clair, Rasmussen ne veut pas d’intervention militaire étrangère contre la Syrie et il a d’ailleurs clairement réaffirmé aujourd’hui que seul un processus politique permettrait de régler la crise syrienne.

Selon Rasmussen, l’Otan joue déjà son rôle en servant de forum de consultation entre Alliés et en ayant décidé de déployer des missiles Patriot dans le sud de la Turquie afin de protéger ce pays, l’un de ses membres, d’une éventuelle attaque venue de Syrie. Rasmussen ne semble pas, en revanche, envisager une attaque de la Turquie contre la Syrie… Je peux vous assurer que nous avons tous les plans en place pour assurer la défense et la protection de la Turquie. A ce stade, je ne vois pas la nécessité de nouvelles mesures, a insisté Rasmussen.

Une autre solution serait de virer la Turquie islamiste de l’Otan et de demander à Israël d’adhérer à l’Otan. Mais ça, Rasmussen n’y a même pas songé…

Reproduction autorisée avec mention :

© M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz