Publié par Gaia - Dreuz le 2 septembre 2013

Ce temple de la sexualité débridée situé en forêt de Saint-Germain est le théâtre depuis un mois d’un conflit qui oppose les prostitués aux homosexuels qui fréquentent les lieux.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Les homos viennent perturber nos transactions. Ils proposent aux clients des rapports gratuits quand on est en train de négocier, se révolte Irina, prostituée bulgare travaillant le long de la N184. Le soir, ils dégradent l’endroit où l’on travaille en mettant le feu ou en polluant le site… L’autre fois, ils ont accroché des dizaines de sous-vêtements aux arbres afin de rendre le lieu plus visible encore. »

La tension monte entre filles de joie et homosexuels depuis un mois environ à l’étang du Corra. Situé en pleine forêt de Saint-Germain-en-Laye, cet endroit est l’un des lieux de rencontres gays les plus fréquentés de la région avec près de 500 rapports par jour, selon les associations de prévention qui travaillent sur ce site. Beaucoup d’hommes mariés viennent y chercher des relations furtives avec des hommes, dans le jargon, ils sont appelés les HSH pour “homme voulant du sexe avec un autre homme”.

L’installation récente d’un transsexuel sud-américain dans la zone de drague homosexuelle a mis le feu au poudre. Auparavant, Marcia faisait le trottoir au bord de la nationale, à l’extrémité de l’étang du Corra. Selon ce transsexuel, « l’intensification des contrôles de police » l’a poussé à migrer à proximité du parking consacré aux rapports gays. Les homos ont pris cette venue comme « une provocation », d’après Jérôme André, président d’HF prévention.

« Avec la flambée de l’homophobie causée par les débats sur le “mariage gay”, nous avons été confrontés à de nombreuses agressions, explique le responsable associatif. La police renforce sa surveillance. La présence de prostitué(e)s rend l’endroit encore plus visible donc les homos s’estiment davantage soumis aux agressions. » Selon Jérôme André, plusieurs hommes ont déposé plainte contre Marcia pour des insultes et des menaces.

« Les prostituées n’ont rien à faire ici, lâche un homme qui fréquente régulièrement l’étang du Corra. Elles cherchent à accaparer les lieux. »
« Les homos s’exhibent sur le parking »

De son côté, Marcia, personnage haut en couleur et excentrique, dénonce « le comportement » des homosexuels : « Ils ne respectent rien. Ils s’exhibent sur le parking alors que beaucoup de familles viennent se balader ici », déplore le transsexuel qui vient de déposer plainte contre X pour “menaces” et “insultes” suite à un différend avec des homosexuels survenu récemment.

« Les hommes qui fréquentent ce lieu de rencontre ne font pas attention à la propreté. Ils jettent leurs préservatifs au sol, détruisent la forêt, poursuit-il. Je leur ai dit ma façon de penser. Résultat, ma voiture a été rayée et les rétroviseurs cassés. »

Un client des prostitué(e)s du Corra, à qui il arrive aussi de fréquenter l’aire de rencontre échangiste toute proche, reconnaît que l’endroit choisi par Marcia n’est pas des plus adéquats : « Il y a beaucoup de passage ici, confie cet habitant de Conflans-sainte-Honorine. C’est déstabilisant pour le client. »

http://www.courrierdesyvelines.fr/2013/07/05/guerre-de-territoire-entre-gays-et-prostituees-a-l%E2%80%99etang-du-corra/

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz