FLASH
Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaïa le 12 septembre 2013

Trois personnes ont été placées en détention provisoire dans le cadre d’une affaire de violences avec arme

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les faits remontent à la nuit de samedi à dimanche, au cœur du centre-ville de Troyes. Scalpel, pistolet d’alarme, matraque ou une arme de type gomm cogne : rien ne manque à l’arsenal digne des règlements de compte au sommet. Lorsque les fonctionnaires de police interviennent à proximité du collège Beurnonville, certains des individus impliqués sont blessés, d’autres tentent de prendre la fuite. Tous sont placés en garde à vue dans les locaux du commissariat central. Et c’est à force d’auditions que le scénario de la soirée se précise. D’après les premières investigations menées par les enquêteurs de la sûreté départementale, Tony Aubert et Romain Rougevin croisent le jeune frère de William Oussalem. Ils auraient un différend, un contentieux qu’ils souhaitent solder. Alors les deux hommes vont s’organiser pour entrer en contact avec William par le biais de son frère. Le jeune homme est menacé et « gardé à disposition » selon les termes du substitut du procureur. Face au danger, William Oussalem aurait pu prévenir les forces de l’ordre, mais il décide d’orchestrer la riposte. Il joint son ami Florent. Un amateur d’armes en tout genre qui fournit le matériel sans sourciller. Et c’est ensemble qu’ils rejoignent le lieu de rendez-vous. Sur place, pas de discussion ni de négociation. Des coups pleuvent de part et d’autre, des tirs sont échangés. Une scène de violence inouïe qui ne trouvera son terme qu’à l’arrivée des policiers.

Préméditation

Alors qu’ils pansent leurs plaies, la valse des ITT peut commencer. Jusqu’à sept jours pour certains d’entre eux. Face aux enquêteurs, ils maintiennent des déclarations qui interrogent. Une ancienne altercation serait à l’origine de la bagarre. D’autres pourraient y voir un règlement de compte sur fond de trafic de stupéfiants. Lundi, le parquet de Troyes a ouvert une information judiciaire du chef de « violences avec arme, en réunion, avec préméditation ». Dans la journée, les quatre individus ont été déférés avant d’être mis en examen par le juge d’instruction chargé du dossier. À l’issue des débats contradictoires et conformément aux réquisitions du parquet, William Oussalem, Romain Rougevin et Tony Aubert ont été placés en détention provisoire. Florent patientera jusqu’au terme de son procès sous contrôle judiciaire. Dans les jours et les semaines à venir, les investigations seront menées sous l’autorité du juge d’instruction. « Il s’agira de conforter l’implication des différents protagonistes et de déterminer le mobile. »

http://www.lest-eclair.fr/faits-divers-justice/reglement-de-compte-en-centre-ville-de-troyes-jna0b0n104593

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz