FLASH
L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables | France, les pieds Nickelés : le chômage a augmenté de 1.4% en août | Deux Cannoises interpellées en Alsace après les deux Niçoises écrouées | Arabie saoudite : Une pétition signée par plus de 14,000 femmes demande la fin du gardiennage obligatoire des femmes par les hommes | #Malmo : une des 4 victimes est morte et elles sont toutes connues de la police, qui pense qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre gangs | Houston, Texas : 7 blessés par balles dans un centre commercial – attaquant appréhendé – motif encore inconnu | A quelques heures du premier débat, Trump est 2% devant Clinton dans le sondage national Blomberg: 43/41 | Tchad : quatre soldats tchadiens ont été tués près de la frontière avec le Niger dans une attaque attribuée à Boko Haram | Terrorisme : durant la nuit, la police a découvert 3 ateliers de fabrication d’armes, des munitions, 4 pistolets, en Judée Samarie |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 septembre 2013

Au début, ils réclamaient ceci :

url

Puis c’est devenu cela :

islamnodemocracy

Bernard Drainville, ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne dans le gouvernement de Pauline Marois, a présenté cinq propositions aux citoyens québecois :

1- Modifier la Charte québécoise des droits et libertés de la personne

Le gouvernement propose d’y inscrire la neutralité religieuse de l’État, ainsi que le caractère laïque des institutions publiques.

Pour le ministre responsable des Institutions démocratiques, ces propositions « visent à baliser les accommodements religieux et à préciser les conditions suivant lesquelles ils devraient être accordés ».

Bernard Drainville précise qu’à l’avenir « un accommodement devrait entre autres respecter les valeurs d’égalité entre les hommes et les femmes ».

En ce qui a trait à la valeur d’égalité homme-femme, le gouvernement propose d’établir qu’un accommodement religieux soit accordé seulement s’il respecte l’égalité entre les hommes et les femmes.

2- Énoncer un devoir de réserve et de neutralité pour le personnel de l’État.

Dans l’exercice de ses fonctions, l’employé de l’État devra projeter une image de neutralité :

130910_m464q_ostentatoire-signes-interdits_sn635 images-1

Bernard Drainville : « La neutralité politique est déjà demandée aux fonctionnaires, nous proposons que la neutralité religieuse s’applique à toutes les personnes au service de l’État. »

3- Encadrer le port des signes religieux ostentatoires

Dans l’exercice de ses fonctions, l’employé de l’État ne pourra plus porter de « signes religieux facilement visibles ». Cette règle s’applique aux personnes suivantes :

    • le personnel des ministères et des organismes publics
    • le personnel de l’État exerçant un pouvoir de sanction : les juges nommés par le Québec, les procureurs, les policiers et les agents correctionnels
    • le personnel des CPE et des garderies privées subventionnées
    • le personnel des commissions scolaires, des écoles publiques, des cégeps, et des universités
    • le personnel des établissements de santé et de services sociaux
    • le personnel des municipalités
    • Dans les cégeps, les universités, les établissements de santé et les municipalités, le personnel pourra se soustraire à la politique, à condition que le conseil d’administration ou le conseil municipal adopte une résolution permettant le port de tels signes religieux.

    • Cette autorisation sera valide pour une période maximale de cinq ans, mais pourra être renouvelée. Elle ne pourra toutefois pas permettre d’avoir le visage couvert « lorsqu’on donne ou reçoit un service de l’État ».

Le gouvernement croit que le temps est venu d’officialiser la neutralité religieuse de nos institutions publiques », a déclaré Bernard Drainville.

4- Rendre obligatoire le visage découvert lorsqu’on donne ou reçoit un service de l’État

Aucune exception à cette règle : « la prestation des services de l’État s’effectue à visage découvert, tant pour la personne qui donne le service que pour celle qui le reçoit ».

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

5- Établir une politique de mise en oeuvre

Tous les ministères et organismes publics devront se doter d’une politique de mise en oeuvre, qui permettra à la fois d’assurer la neutralité religieuse, tout en respectant sa mission particulière.

Cette charte, qui vise à faire respecter les valeurs du Québec aux musulmans, a été rejetée par ces derniers au nom d’un mensonge : la tolérance qu’ils réclament – mais n’accordent pas aux autre religions, pas mêmes entre musulmans sunnites et chiites.

3477831_3_ee84_quelque-millier-de-personnes-etaient-reunies_b067e9979f68805fb2715e22a32192cd

Une manifestation à l’appel d’un collectif musulman a rassemblé plusieurs milliers de personnes hier samedi 14 septembre à Montréal. Les musulmans refusent catégoriquement de renoncer aux signes religieux ostentatoires dans la fonction publique.

A la fin de la manifestation, Adil Charkaoui, un porte-parole du « collectif québécois contre l’islamophobie » (JPG : comme c’est confortable de tout mettre sur le dos de l’islamophobie. Désormais, dénoncer les crimes de l’islam est devenu islamophobe) a harangué la foule, en grande majorité des musulmans, en leur promettant d’aller devant les tribunaux pour contester une loi qui ne sera discutée à l’Assemblée nationale de Québec qu’à l’automne.

Avec cette « charte des valeurs », le gouvernement Marois a clairement annoncé son intention de défendre l’idée d’une laïcité « à la française », dénoncent les musulmans de Québec. S’ils savaient avec quelle mollesse le gouvernement français islamophile défend la laïcité, ils ne manifesteraient pas ainsi.

« C’est un choix de société que vous avez fait en France, au nom de la République, pour le Québec c’est au nom d’un choix collectif et de certaines valeurs que nous souhaitons affirmer », explique encore Drainville.

Les manifestants ont dénigré la laïcité « à la française » en criant « Le Québec, c’est pas la France » afin de réaffirmer leur attachement à la liberté d’afficher leur religion sur leur lieu de travail tandis que dans leurs pays d’origine et dans les quartier majoritairement islamisés d’Europe, la liberté religieuse pour les non musulmans n’existe pas.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz