FLASH
[29/05/2017] Manchester : nouvelle arrestation – au total 14 musulmans – de nouvelles perquisitions en cours  |  Berlin : voiture piégée avec plaques volées. Un jardin d’enfant et habitants évacués  |  [28/05/2017] Udi Segal channel 2- A Bethlehem Trump a hurlé sur Abbas: « vous m’avez piégé! Les Israéliens m’ont montré comment vous incitez au terrorisme  |  [27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 17 septembre 2013

Il jure que c’était une question de vie ou de mort. Pascal Rauber, propriétaire d’un magasin de ventes de motos à Saint-Julien-sur-Sarthe (Orne), est un habitué des cambriolages et des confrontations avec les voleurs. Depuis 28 ans, son commerce a été dévalisé… 54 fois ! Le 26 juin, sa vie a basculé en pleine nuit quand, prévenu par son alarme, il se rend dans ses locaux des «2 roues Mêloises», situés près d’une route nationale.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Là, selon sa version des faits, il tombe nez à nez avec ses voleurs. «Le plus souvent, j’arrivais trop tard, raconte-t-il au Parisien.fr ce mardi. Mais pas cette fois : ils m’ont foncé dessus, ont voulu m’écraser et me tuer». Pascal Rauber fait feu avec son fusil à plomb. L’un des voleurs est touché à l’œil mais ils parviennent à s’enfuir. Les deux compères sont arrêtés à l’hôpital de Dreux (Eure-et-Loir) et sont mis en examen pour tentative d’homicide, tout comme le commerçant. L’instruction est en cours.

Pascal Rauber l’assure, il a agi en état de légitime défense, n’a «jamais voulu aller tuer ses voleurs.» Il dit ne pas trop vouloir entrer dans les détails, qu’il veut laisser faire la justice et qu’il a bon espoir que sa version soit entendue. «Sans cette arme, je ne serais plus là pour en parler», assène cet ancien mécanicien de circuit.

Est-il en colère ? Pas vraiment : la rage a laissé place à l’abattement. «A chaque vol, c’est de plus en plus difficile. Les assurances ne veulent plus m’avoir comme client», désespère-t-il. Il peut toujours compter sur un comité de soutien, mis en place par Christophe de Balorre, vice-président du conseil général de l’Orne, et ses plus de 14000 signataires.

Concernant l’autre affaire d’autodéfense du moment, celle du bijoutier de Nice qui a tué un de ses braqueurs et a depuis été mis en examen, Pascal Rauber ne veut pas s’avancer sans avoir tous les détails du dossier. «Une chose est sûre, je comprends son exaspération. Après tous les cambriolages que j’ai subis, je peux vous dire que je ne dors presque plus. J’ai peur de ne pas entendre mon alarme et découvrir un magasin complètement vidé un matin, confie-t-il. Ce n’est pas une vie».

http://www.leparisien.fr/faits-divers/audio-orne-exaspere-au-53e-cambriolage-un-commercant-a-tire-sur-ses-voleurs-17-09-2013-3145231.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz