FLASH
[29/05/2017] Manchester : nouvelle arrestation – au total 14 musulmans – de nouvelles perquisitions en cours  |  Berlin : voiture piégée avec plaques volées. Un jardin d’enfant et habitants évacués  |  [28/05/2017] Udi Segal channel 2- A Bethlehem Trump a hurlé sur Abbas: « vous m’avez piégé! Les Israéliens m’ont montré comment vous incitez au terrorisme  |  [27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 18 septembre 2013

Un jeune de 19 ans a été condamné ce mercredi soir à quatre mois de prison ferme pour «participation à un attroupement armé» devant un lycée parisien mardi. Jugé en comparution immédiate, il devait être incarcéré dans la soirée, le tribunal correctionnel de Paris ayant délivré un mandat de dépôt à son encontre.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Une peine de six mois de prison ferme avait été requise par le procureur. Arrêté avec deux couteaux dans son sac, il a expliqué devant le tribunal qu’il était venu chercher un ami qui devait l’accompagner à un rendez-vous dans l’après-midi pour s’inscrire en CAP de pâtisserie.

Selon son récit, il avait laissé son sac sur le trottoir devant le lycée Edgar-Quinet (IXe) alors que deux groupes de jeunes voulaient en découdre, et les couteaux y ont été placés en son absence. «J’étais pas venu pour m’embrouiller», a-t-il assuré. Le procureur, n’a «évidemment» pas cru la version du prévenu.

L’avocat du jeune homme a souligné que les procès-verbaux de la police affirment que si certains jeunes réunis devant l’établissement voulaient en découdre, d’autres assistaient à la scène de façon passive. «Rien ne permet de dire qu’il faisait partie du groupe actif», a fait valoir l’avocat.

Un peu plus tôt dans la journée, vingt-deux des vingt-cinq jeunes qui avaient été interpellés mardi et placés en garde à vue ont été relâchés sans faire l’objet de poursuites.

Parmi les trois jeunes poursuivis figurent le jeune homme de 19 ans condamné en comparution immédiate et deux autres, âgés de 15 et 16 ans, qui doivent être déférés devant un juge des enfants. Ces deux derniers pourraient être mis en examen, l’un pour «participation à un attroupement armé», l’autre pour «participation à un attroupement armé en vue de commettre des violences».

Un différend entre deux bandes rivales de la capitale

Les 25 jeunes avaient été interpellés mardi après s’être regroupés devant le lycée Edgar-Quinet (IXe), près de Pigalle, certains porteurs d’armes blanches, visiblement décidés à engager une bagarre. La présence de bombes lacrymogènes et même d’un hachoir de boucher a été évoquée. Selon de premiers éléments de l’enquête, ces jeunes voulaient en découdre avec un garçon de 16 ans scolarisé dans le lycée dans un «contexte de rivalités» entre deux bandes, l’une du quartier populaire de la Goutte d’Or (XVIIIe), l’autre du quartier Montholon (IXe).

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a de son côté félicité le proviseur du lycée, «qui a eu les meilleurs réflexes de protéger évidemment son établissement, les élèves, les professeurs» et de «joindre les forces de police», lesquelles ont «été très réactives et ont travaillé avec une grande efficacité», a-t-il déclaré.

http://www.leparisien.fr/paris-75/attroupement-devant-un-lycee-parisien-22-de-25-gardes-a-vue-levees-18-09-2013-3148125.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz