FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 septembre 2013

article-2434278-184CEB1F00000578-86_634x420

Les islamistes shebab ont indiqué mercredi matin que 137 otages ont été exécutés par eux dans l’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi qui a pris fin mardi soir, après 80 heures de siège.

Ce que les islamistes somaliens n’ont pas indiqué, et qui a été découvert par les premiers soldats à avoir pu entrer dans le centre commercial Westgate, montre ce que le respect à la lettre du coran leur a inspiré. Après avoir fait réciter des prières aux otages pour séparer les musulmans des infidèles, ils ne se sont pas contenté, comme les premiers témoignages l’affirmaient, d’abattre les non-musulmans d’une balle dans la tête. Non. Les soldats ont découvert d’abominables tableaux de tortures commises par les terroristes :

• Des otages aux corps démembrés, les yeux crevés, pendus à des crochets,

• Des hommes castrés, avec les doigts arrachés à la pince, puis aveuglés, et enfin pendus,

• Des enfants retrouvés morts dans les chambres froides des aires de restauration, avec des couteaux plantés dans le corps,

• La plupart des islamistes ont été retrouvés réduits en cendre, brûlés vifs par le dernier vivant.

Les horribles détails ont émergé hier jeudi soir en même temps que des images monstrueuses, dévoilant de nombreux cadavres jonchant les allées du centre commercial. Parmi les ruines, les soldats ont compté les corps d’au moins 71 civils qui avaient été déclarés disparus par la Croix rouge Kenyane. Il s’agit des premières – et prudentes- recherches, car le mail est peut-être piégé.

« Il y a des cadavres transpercés par des crochets, qui pendent des plafonds » a déclaré un médecin kenyan qui ajoute : « Ils leur ont arrachés les yeux, les oreilles, le nez. Ils leurs ont taillé les mains comme on taille un crayon, et les ont forcé à écrire leurs noms au sol avec leur sang. J’ai vu aussi un couteau traversant le corps d’un petit enfant »« Si vous regardez bien, vous constatez que tous les corps ont été torturés, les doigts et les nez arrachés avec des pinces sur des personnes vivantes »

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Un des soldats qui a pris des photos à la demande de ses supérieurs a déclaré avoir été tellement traumatisé qu’il a du être pris en charge par une cellule d’accompagnement psychologique.

Lorsque l’assaut final a été lancé, des otages hurlant, à qui les terroristes venaient de trancher la gorge d’une oreille à l’autre, furent jetés vivants des balcons du 3e étage.

150 personnes sont supposées avoir été tuées quand le gouvernement a lancé l’attaque finale, lundi. Des soldats kenyans en état de choc ont déclaré que les corps découverts parmi les ruines, les mares de sang et les morceaux de corps humains au sol dépassaient les pires scènes de films d’horreur que le cerveau puisse imaginer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

dailymail.co.uk/Kenya-mall-attack-torture-claims-emerge-soldiers-Eyes-gouged-bodies-hooks-fingers-removed.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz