FLASH
Hamon en tête autour de 35%, Valls environ 30 %, Montebourg 25 %, Peillon 5%  |  Trump et Netanyahu discutent en ce moment du déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem  |  Netanyahu a en fait autorisé la construction de 566 logements pour les juifs, et 105 pour les arabes à l’est de Jérusalem  |  Netanyahu lève toutes les restrictions politiques et administratives aux constructions en Judée Samarie ex-Cisjordanie  |  Primaire socialiste estimation : Hamon et Montebourg  |  Un qui ne sera pas mentionné par les médias : « L’élection de Trump a sauvé le monde d’une terrible guerre » – Kusturica  |  Quand les médias cherchent des excuses à la très faible participation à la primaire socialiste, c’est que tout va bien  |  Jérusalem donne le feu vert pour la construction de 671 logements à Ramat Shlomo, en Judée juive comme son nom l’indique  |  Selon deux de nos sources, l’annonce officielle du déplacement de l’ambassade US à Jérusalem sera faite demain  |  Nouveau malaise à BFMTV quand Bercoff informe le public que les manifestants anti-Trump sont payés par Soros  |  David Friedman, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, habitera à Jérusalem  |  Primaire socialiste : des étrangers et des mineurs de 16 ans autorisés à voter pour masquer leur désert électoral  |  Boum : 400 000 votant à mi-journée de la primaire socialiste (744 000 en 2011), le bateau coule coule coule  |  Boum: 400 000 votants à midi pour la primaire de la gauche contre 1 138 000 à la primaire de la droite  |  Albanie : une école coranique financée par la Turquie rend hommage à l’Etat islamique qui représente le pur islam  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 1 octobre 2013

 

un-village-français-3

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Ce mardi 1er octobre 2013 de 20h45 à 22h20, sur France 3, l’on peut regarder les nouveaux épisodes de « Un village français », film historique retraçant la vie d’un village français sous l’occupation nationale-socialiste allemande. A la fin de ces épisodes, des témoins de l’époque racontent ce qu’ils ont vécu dans un mini-documentaire de cinq minutes intitulé « Ils y étaient ».

J’ai regardé, en 2012, les premiers épisodes de ce film historique, et, je regarderai, les nouveaux épisodes, dès ce soir. Il y est question de l’attitude des Français dans un village sous l’occupation nationale-socialiste.

Le film ne cherche ni à amplifier, ni à minimiser, la collaboration des Français avec l’ennemi. Au contraire, le film, avec l’assistance technique d’historiens, tente simplement de porter à l’écran les attitudes et les comportements tels qu’ils se sont produits de 1940 à 1945 : le pire et le meilleur s’y entremêlent.

Dans ce film, l’on découvre que nombre de Français collaborent uniquement afin de pouvoir continuer à « vivre tranquille et sans histoires ». Certains font du zèle et deviennent presque pire que les nationaux-socialistes. D’autres rejoignent la résistance ou le maquis, y compris des communistes aux ordres de Staline. « Un village français » décrit tout cela avec simplicité et vérité.

A noter que les décors, intérieurs et extérieurs, sont très bien reconstitués, les actrices et les acteurs excellents, le casting et les dialogues remarquables. A la fois sobre et poignant, « Un village français » nous donne la sensation d’y être. Chacune et chacun reste d’ailleurs libre de se poser la question : Qu’aurais-je fait ou pas si j’y avais été ?

Personnellement, en regardant chaque épisode de ce film depuis le début, j’ai eu le sentiment hautement désagréable, que le sort des Juifs chez nos amis français en 2013, n’était pas plus enviable qu’il l’était, disons, pour être précis, en 1933-1940.

A quelques 70 ans d’écart, les mêmes illusions, chez les Juifs français, semblent se reproduire, dans le genre, « ils n’oseront pas, tout de même, pas en France… ». La situation n’est peut-être pas exactement la même en 2013 qu’en 1933-1940. Mais certaines similitudes laissent tout de même songeur. L’Affaire Merah, pour ne citer qu’elle, en témoigne.

Quant à l’israélophobie politico-médiatique française, j’ai déjà eu l’occasion, à de nombreuses reprises, de démontrer, faits et sources à l’appui, qu’elle est une forme, parmi d’autres, de la judéophobie contemporaine, notamment au sein de la gauche française et chez nombre de musulmans français. 2013 n’est pas 1940-1945, mais ça pourrait revenir…

Reproduction autorisée avec mention :

© M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Pour en savoir plus :

http://www.france3.fr/emissions/un-village-francais

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz