FLASH
Gaza : un colon palestinien s’est immolé, motif encore inconnu  |  Turquie : explosion d’une voiture de police à Diyarbakır, 1 policier mort, 3 blessés  |  Attentat : militaire tué à coups de couteau à Chambéry, infos suivent  |  Suite à la conférence de la paix, l’autorité palestinienne déclare que « tout Jérusalem est territoire palestinien occupé »  |  Tôt ce matin, Tsahal a démantelé une cellule terroriste islamiste dormante près d’Hebron  |  Conférence de Paris sur le Moyen-Orient : la Grande Bretagne et l’Australie rejettent la résolution  |  Tunisie : chut ! L’islam religion de tolérance, jette en prison deux homosexuels  |  Ce matin, des jihadistes ont tiré des coups de feu depuis Gaza – Israël a répondu en détruisant une cible du Hamas  |  Le Mexique menace Trump: si vous nous imposez une taxe d’import, nous ferons pareil pour la neutraliser  |  Belgique : grosse opération anti-terroriste en ce moment parmi la population musulmane de #Molenbeek  |  L’Allemagne prévoit de renvoyer des réfugiés dans leur pays à partir de mars 2017  |  Nigeria : Triple explosion au park Madagali Motor, nombreuses victimes  |  Sondage Jerusalem post : 79% des israéliens pensent que Trump sera pro israélien  |  Sondage Jerusalem post : 65% des israéliens pensent qu’Obama est pro palestinien  |  Libye : des groupes armés ont pris le contrôle des ministères de la Défense, de la Justice et de l’Economie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 3 octobre 2013

 

Zizanie

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Aucun des prédécesseurs de François Hollande n’a répondu à l’invitation de Jean-Louis Debré (extraits adaptés et commentés ; voir lien vers source en bas de page). D’autres personnalités font faux bond. C’est en petite pompe que la Constitution de la 5e République, adoptée en 1958, fête ses 55 ans, jeudi 3 octobre 2013. Pour l’occasion, Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, a invité tous les anciens présidents, anciens premiers ministres et anciens ministres qui ont foiré depuis que le général imposteur Charles de Gaulle a institué le nouveau régime étatiste. A deux pas du Palais Royal, au cœur de Paris, il y a donc un peu de beau monde, même si de nombreuses personnalités manquent à l’appel.

Aucun ancien président.

Du côté des anciens chefs d’Etat par exemple, c’est chou blanc. Valéry Giscard d’Estaing, absent (il croit qu’il est toujours président), et Jacques Chirac, trop faible (bien sûr), ont annoncé qu’ils ne viendraient pas. Quant à Nicolas Sarkozy, qui n’a pourtant rien de prévu dans son agenda, il fera également faux bond. Le petit Sarkozy est encore vexé car le Conseil constitutionnel a confirmé l’invalidation de ses comptes de campagne et non de compagne (faudrait pas tout mélanger non plus).

Sans Royal, Aubry, Fillon ou Raffarin.

Il faudra par ailleurs faire le deuil de scènes potentiellement savoureuses. Il n’y aura ainsi pas d’aparté entre Martine Aubry et Ségolène Royal, les deux sœurs ennemies du PS, l’une étant à Lille, l’autre à Rabat, au Maroc (Royal Maroc). Pas d’accolade non plus à attendre entre Jean-François Copé et François Fillon, les deux meilleurs ennemis de l’UMP. L’ancien Premier ministre est en effet dans les Vosges. Enfin, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, les deux hommes en forme de la droite, ne pourront pas se féliciter mutuellement, puisque le second est à Alger (Maroc, Algérie, vive la 5e république). Sur 384 ministres ou secrétaires d‘Etat encore en vie, 205 ont dit hier mercredi qu’ils viendraient.

Hollande et le gouvernement seront bien là.

En revanche, François Hollande, son Premier ministre et la quasi-totalité du gouvernement, ont bien répondu à l’invitation. Le chef de l’Etat prononcera un discours, sur lequel il a mis la dernière main mercredi soir. Pas question a priori, même entre les lignes, de faire allusion aux polémiques en cours, sur les Roms notamment. L’une des plumes du président considère que ce n’est ni le lieu ni le moment. Pour cet exercice inédit, François Hollande fait sobre et sans surprise, comme d’habitude.

Rappeler les fondamentaux.

François Hollande insiste sur une Constitution qui a, depuis 55 ans, supporté la cohabitation et insupporté la population, le passage au quinquennat, la droite, la gauche. Tous les présidents ont fini par se fourvoyer dans une pratique douteuse des institutions. Dans un pays sur déclin, la 5ème République n’est plus un socle. Depuis 55 ans, on a connu toute les crises sauf une : la crise actuelle qui est une crise de régime (fin des extraits adaptés et commentés ; voir ci-dessous lien vers source).

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Source :

http://www.europe1.fr/Politique/Un-flop-pour-le-55e-anniversaire-de-la-5e-Republique-1661895/

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz