Publié par Jean-Patrick Grumberg le 20 octobre 2013

Mélenchon

En visite à Rodez, Mende puis Saint-Georges de Luzençon, Jean-Luc Mélenchon galvanise ses troupes pour « retrouver le souffle créatif de la gauche au niveau local » (alors qu’il est l’un des artisans et témoins des petits combats de chefs et luttes d’influence qui se déroulent en coulisse partout en France et pétrifient la gauche jalouse et revancharde). « Aujourd’hui, les élus PS se la jouent technocrates. On a oublié le stuc de la gauche » dénonce-t-il sans crainte du paradoxe, tout en s’opposant à ses ex alliés communistes qui refusent de faire liste séparée des socialistes aux municipales.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mélenchon n’est pas satisfait de la lenteur avec laquelle la société se désintègre. Impatient, il menace « nous n’avons pas dit notre dernier mot. De toute façon, ça va craquer. En Grèce ? Au Portugal ? En France ? ».

« Le Front de gauche n’est qu’une étape » prévient Jean-Luc Mélenchon.

La « dictature du prolétariat » est un concept marxiste désignant la phase transitoire de la société entre le capitalisme et le communisme. L’expression a été employée par Louis Auguste Blanqui, dans le sillage de Jean-Paul Marat et de Gracchus Babeuf.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz