FLASH
[24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 2 novembre 2013

Violences familiales, règlements de comptes entre jeunes, petite délinquance… Avec la Martinique, la Guadeloupe compte 50 morts depuis le début de l’année. Un taux record en France. A Pointe-à-Pitre, les Guadeloupéens et les autorités sont frappés par la rapidité du passage à l’acte. La circulation des armes et la violence de la crise économique expliquent en partie ces tensions.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

A quelques kilomètres de Pointe-à-Pitre, le dernier homicide en Guadeloupe a eu lieu sur le bord d’une route à Perrin, aux Abymes, en dehors de la zone de sécurité prioritaire. Daniel Vilmen, surnommé ici « Bélé », est mort le 7 octobre dernier d’une balle de fusil de chasse en pleine tête. C’est un ami d’enfance qui l’a tué après une querelle à propos d’une cabane de pêcheurs juchée sur le canal voisin. L’auteur du coup de feu avait 2 grammes d’alcool dans le sang au moment des faits. Il dit ne pas avoir voulu tuer son ami.

Ces derniers mois, ce type d’homicides et de tentatives d’homicides (une trentaine à ce jour) sur fond d’alcool, parfois de stupéfiants, sont assez fréquents dans le département. Ils expliquent en partie la hausse des faits constatés mais pas seulement. « Cette dernière affaire est hélas assez typique du genre d’homicides dont nous sommes saisis depuis le début de l’année, explique Guy Etienne, le procureur de la République. L’alcool joue son rôle mais il y aussi un passage à l’acte, une forme de recours à la violence, qui est plus rapide ici ».
Un passage à l’acte particulièrement rapide

Sur les 31 homicides en Guadeloupe, et les sept à Saint-Martin, une douzaine relève de la violence gratuite au sein des familles, des couples, des amis. Le reste serait le fait de règlements de comptes entre petits et gros dealers de marijuana et de crack. Les armes en circulation sur l’île expliqueraient aussi la montée de la violence.

Au printemps, à l’appel de la préfecture, des Guadeloupéens ont déposé une centaine d’armes et de munitions. Une autre campagne « Déposez les armes » débute le 20 octobre. A Pointe-à-Pitre, l’engrenage, ce sont ces jeunes qui disent être armés pour se protéger d’une possible agression. En Guadeloupe, tous les acteurs de la sécurité publique évoquent très vite la rapidité du passage à l’acte. Aucune étude sérieuse, comparative, n’existe sur le sujet. Justice et police se contentent de dresser le constat, reconnaissant implicitement qu’il existe une propension à la violence sur l’île.

« On nous accuse toujours de demander des moyens pour ces jeunes mais c’est l’unique solution » (Une association)

Avec plus du quart de la population sans activité, plus d’un jeune sur deux au chômage et 1.200 adolescents qui sortent tous les ans du système scolaire, la violence semble avant tout économique et sociale. Les associations qui tentent d’insérer et de suivre les jeunes en échec souligne le manque d’attention politique et de moyens pour contrer la spirale de la violence.

« On nous parle d’insécurité, dit Chrystelle Rigo qui co-dirige l’association Washington Crazy dans le quartier difficile de Chanzy à Pointe à Pitre, mais les groupes de suivi judiciaire et d’insertion comme nous sont débordés. On nous accuse toujours de demander des moyens pour ces jeunes mais c’est l’unique solution ».

http://www.franceinfo.fr/faits-divers/cinq-jours-a-la-une/guadeloupe-31-homicides-depuis-le-debut-de-l-annee-1180749-2013-10-18

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz