FLASH
Donald Trump : « je suis impatient de rencontrer Nétanyahou à 10h ce matin à la Trump Tower » | Nice : la police a arrêté 2 filles, 17 et 19 ans, qui préparaient un attentat terroriste | Patrick Devedjian : les Allemands « nous ont pris nos juifs, ils nous rendent des Arabes » | Corse : le truand Hicham Merzouki tué au fusil d’assaut à Santa-Maria Poggio | Hollande reconnaît la responsabilité de la France dans l’abandon des harkis | Boston : Attaque au couteau au Collège Emerson, 6 blessés, les 2 assaillants sont en fuite | Motivation terroriste probable, dans l’attaque mortelle de Burlington qui a fait 5 morts | Budapest : Explosion d’un bombe, il y aurai plusieurs victimes | Le New York Times soutient officiellement Hillary Clinton – encore un média neutre ! | New York : en marge de l’AG de l’ONU, Netanyahou rencontrera Clinton et Trump dimanche – séparément | Un terroriste palestinien condamné à 9 ans de prison par Israël pour avoir poignardé et blessé 2 Israéliens | Terrorisme : une jeune femme de 22 ans soupçonnée de préparer un attentat a été arrêtée à #Molenbeek | Terrorisme : La sœur de Fabien Clain, « voix » de Daesh, a été mise en examen et placée sous mandat de dépôt | Pantin (93) : La famille de la femme voilée abattue est liée au grand banditisme | La police de Burlington, Washington dit que rien ne démontre encore que la tuerie du centre commercial est un acte de terrorisme islamique |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 8 novembre 2013
RobertSpencer
Robert Spencer

Ci-après, une très intéressante interview d’un combattant de la liberté, Robert Spencer, le directeur de Jihad Watch, menée par Wolf Bachner « The Inquisitr » sur l’islamisation de l’Amérique, grâce à la complicité d’Obama et de son administration.

Robert Spencer est aujourd’hui l’un des hommes les plus controversés d’Amérique. Depuis qu’il publia son premier livre sur l’islam en 2002, Spencer est devenu la voix dominante de la nation alertant les Américains sur les dangers islamistes, auxquels leur pays est confronté : le suprémacisme islamique et le jihad. Et cela irrite grandement les fidèles de l’islam, qui ne rêvent qu’à renverser le gouvernement et à remplacer la Constitution par la loi de la charia.

R. Spencer se base sur les enseignements authentiques du coran et des hadiths, qui représentent des siècles de jurisprudence islamique, ainsi que sur les discours et les prêches de leaders et de religieux musulmans pour illustrer l’inébranlable hostilité des Musulmans envers les non Musulmans, nourrie par des siècles d’endoctrinement islamique.

Si Spencer exprimait son opinion sans la corroborer par des preuves ou des faits, on pourrait questionner son attitude, mais il n’a jamais calomnié les Musulmans, encore moins exprimé une haine quelconque.

Il y a une grande différence entre attaquer individuellement des Musulmans pour leur foi, ce que Spencer ne fait pas, et critiquer une doctrine religieuse, qui enseigne la haine de l’autre, la violence envers les non croyants, qui légitime l’esclavage, fait de la femme un objet et lance des appels à tuer les gens en raison de leur orientation sexuelle ou pour avoir osé quitter l’islam. Il existe une énorme différence entre les prêches islamiques remplies de calomnies haineuses envers les Juifs et les Chrétiens et la volonté de Robert Spencer d’avoir un dialogue honnête sur les dangers du jihad et du suprémacisme islamique.

Tandis que les groupes islamiques américains comme le CAIR et l’Organisation des étudiants musulmans déclarent que quiconque ose critiquer l’islam est un sale islamophobe raciste et haineux, Robert Spencer utilise des arguments factuels contre le jihad et le suprémacisme islamique, ce qui les rend fou furieux.

Au lieu d’utiliser la haine et la diffamation, Spencer traduit simplement en anglais les enseignements et les déclarations politiques rédigés en langue arabe. Les islamistes peuvent essayer autant qu’ils le peuvent de nier la vérité, ils se trahissent et se condamnent par leurs propres mots.

Cela fut révélé par un document rédigé en arabe et découvert par le FBI lors du procès de la « Holy Land Foundation», dans lequel les Frères Musulmans et leurs organisations de façade détaillaient le plan conçu pour renverser le gouvernement américain et remplacer la Constitution par la charia.

Voici le sort qu’ils réservaient à chaque Américain non musulman :

« Les Ikhwan » (mot arabe pour frères) doivent réaliser que leur travail en Amérique est une sorte de grand jihad pour éliminer et détruire la civilisation occidentale de l’intérieur et saboter leur misérable demeure par leurs mains et les mains des croyants, afin qu’elle soit détruite et que la religion d’Allah règne victorieusement sur les autres religions »

Les leaders politiques continuent de mentir et protègent les islamistes qui infiltrent le gouvernement américain, parmi lesquels Mohamed Elibiary, l’un des membres influents du Conseil de la Sécurité intérieure des Etats-Unis, récemment promu, et qui a d’ores et déjà déclaré la victoire de l’islam sur la Constitution américaine, en ajoutant que selon lui, l’Amérique est un pays musulman. Six activistes islamistes qui travaillent dans l’Administration Obama sont des Frères Musulmans. Leur influence sur la politique américaine est importante.

L’Amérique est proche du clash des civilisations

Qui va l’emporter ? Les peuples américain et occidentaux, épris de liberté, ou les jihadistes qui font exploser les églises et les synagogues, détournent des avions pour détruire des bâtiments, décapitent des bébés juifs ? L’avenir est entre vos mains, nos mains.

Wolff Bachner: Robert, bienvenu sur “ The Inquisitr. » Avant que nous commencions notre discussion, pourriez-vous expliquer à nos lecteurs comment et pourquoi vous avez pris la décision de vous impliquer dans le débat sur l’islam et le suprémacisme islamique ?

Serait-ce un évènement particulier qui vous aurait incité à vous engager dans cette voie ou s’agissait-il d’une prise de conscience progressive ?

Robert Spencer: c’est arrivé petit à petit. J’ai commencé à étudier l’islam, car je cherchais des réponses à certaines questions en relation avec des faits survenus dans ma famille, quand elle vivait dans l’ancien empire ottoman, le dernier empire islamique. Puis je pris contact avec quelques personnes, groupes et experts en religion islamique, avant de commencer à m’exprimer publiquement.

Wolff Bachner: la plupart des Américains sont soit mal informés, soit complètement ignorants des réalités de l’islam. Merci d’expliquer à nos lecteurs comment et pourquoi l’islam constitue une menace à leur façon de vivre ici en Amérique.

Robert Spencer: Les Frères Musulmans ont déclaré dans un document interne que leur but en Amérique est « d’éliminer et de détruire la civilisation occidentale de l’intérieur et de saboter leur misérable demeure… pour permettre à la religion d’Allah de triompher sur toutes les autres religions ». Il est donc impératif pour eux de remplacer la Constitution par un système autoritaire qui nie les droits les plus élémentaires aux femmes et aux non Musulmans. La plupart des groupes musulmans américains ont des liens avec les Frères Musulmans. Alors pourquoi ne devrions-nous pas nous sentir concernés, voire nous sentir très inquiets, quant à notre avenir?

Wolff Bachner: Nous entendons souvent l’expression : « Musulman modéré »

Le Musulman modéré existe-t-il vraiment ? R. Erdogan, le PM turc considère comme une grave offense la moindre déclaration sur l’existence de « Musulmans modérés » : « L’expression ‘islam modéré’ est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam »

Comme la doctrine islamique enseigne que le coran fut dicté par Allah avant même le commencement du monde et que chaque mot est la parole inaltérable d’Allah, il est impensable de modifier les textes coraniques, complètement en décalage avec nos Sociétés libres, pour les adapter à nos valeurs universelles. De même, jamais un non Musulman sera considéré dans l’islam l’égal d’un musulman, bénéficiant des mêmes droits.

Robert Spencer: oui, il y a des Musulmans modérés dans le sens qu’il existe des Musulmans qui, soit ne connaissent pas leur doctrine, soit n’accordent aucune importance à la violence et au suprémacisme de la doctrine islamique. Il y a aussi d’autres Musulmans qui nient la véritable nature de la doctrine islamique, mais ils ne sont pas modérés, juste des menteurs. Il existe un petit nombre de Musulmans qui souhaite sincèrement une réforme de l’islam, mais leur influence est minime.

L’islam ne peut changer les textes du coran. Je ne connais aucune religion qui ait jamais altéré les textes de son livre sacré. Mais il pourrait éventuellement développer une lecture non littérale de ses textes, qui atténuerait toute incitation à la haine et à la violence, hélas, même cela s’avère improbable, car ces textes sont interprétés comme étant la parole d’Allah, donc intouchables.

La loi islamique ne permet pas de traiter les non Musulmans comme des êtres humains, égaux aux Musulmans, et bénéficiant des mêmes droits. Pour modifier la loi, les textes coraniques devraient pouvoir être réinterprétés, hypothèse hautement improbable, vu que le coran est la parole immuable et incréée d’allah.

Wolff Bachner: sur le sujet des “Musulmans modérés” et des Musulmans qui ne cautionnent pas ouvertement le « jihad » que peut-on penser du fait que sur 1.5 milliard de Musulmans, il n’existe virtuellement aucune organisation appelant à une meilleure entente avec l’Occident, à une meilleure compréhension, à la tolérance envers les autres religions, à cesser les appels à la haine contre les Juifs, à arrêter la persécution des Chrétiens, à défendre les droits des femmes ou à se révolter contre le terrorisme et la violence ?

Robert Spencer: les Musulmans savent pertinemment bien que les textes et les enseignements coraniques appellent à la violence contre les non Musulmans, nient l’égalité des droits aux femmes et justifient les actes qui distillent l’effroi dans les cœurs des ennemis d’Allah, car ce sont des injonctions coraniques, auxquelles tout pieux Musulman doit se plier (8 :60). Et s’ils refusent d’obéir, ils savent qu’ils seront taxés d’hérétiques ou d’apostats et dénoncés, ostracisés et même brutalisés ou tués.

Wolff Bachner: le procès du “Holy Land Foundation” a révélé que les objectifs des Frères Musulmans étaient de mener une sorte de grand jihad pour éliminer et détruire la civilisation occidentale de l’intérieur et saboter sa misérable demeure par leurs mains et les mains des croyants». Qui sont ces croyants et comment ont-ils si bien réussi à s’intégrer dans la société américaine ?

Robert Spencer: ces croyants sont les groupes des Frères musulmans aux USA : le CAIR (Council on American-Islamic Relations) l’ISNA (Islamic Society of North America), le MAS (Muslim American Society) le MSA (Muslim Students Association) l’ICNA (Islamic Circle of North America) le NAIT (North American Islamic Trust) l’IIIT (International Institute of Islamic Thought), etc.

Wolff Bachner: n’est-ce pas là l’objectif déclaré du djihad « furtif » et sournois pour infiltrer soigneusement les nations à majorité non-musulmane et les détruire tranquillement de l’intérieur, jusqu’à ce que la population musulmane devienne majoritaire, et lancer alors le jihad armé, le jihad de conquête ?

Robert Spencer: oui, à moins qu’ils puissent conquérir le pouvoir par la ruse, sans qu’il soit nécessaire de recourir au jihad armé..

Wolff Bachner: malheureusement, les Américains ignorent les discours et les prêches de haine, qui se répandent à travers le monde musulman en langue arabe.

Pouvons-nous croire aux accusations portées contre les “religieux » musulmans, qui, dans la plupart des pays à majorité musulmane, appellent constamment à la destruction d’Israël et au meurtre des non Musulmans ?

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Quelles preuves avons-nous qu’il existe bel et bien dans le monde musulman une organisation sérieuse, soutenue financièrement, dont le but est d’imposer l’islam à l’humanité par le rétablissement d’un califat ?

Robert Spencer: la preuve est donnée par le document que nous avons cité plus haut. En outre, les leaders musulmans ont annoncé ce rêve de califat mondial de nombreuses fois.

L’ex-président iranien M. Ahmadinejad a dit : « Sans l’ombre d’un doute, si Allah le veut, l’islam fera la conquête des sommets de toutes les montagnes de la terre. »

Le religieux islamique le plus influent de la planète, Yusuf al-Qaradawi a déclaré « L’islam reviendra en Europe comme un conquérant, après avoir été expulsé deux fois. »

Et aux USA, le co-fondateur du CAIR, Omar Ahmad, déclarait en 1998 : « L’islam n’est pas en Amérique pour être une religion parmi d’autres, mais pour dominer. Le coran devrait être la plus haute autorité en Amérique et l’islam l’unique religion sur terre. »

« L’éminent » leader de l’organisation « American Muslim », Siraj Wahhaj, déclarait en 1992 : « Si seulement les Musulmans étaient politiquement intelligents, ils pourraient prendre le pouvoir aux USA et remplacer son gouvernement constitutionnel par un califat. »

Wolff Bachner: comment expliquez-vous l’attitude de Barack Obama et son obsession constante de l’islam ? Les Musulmans ne représentent que 2% de la population américaine et pourtant Obama consacre énormément de temps et de ressources gouvernementales à l’islam ?

Que se passe-t-il ? Obama est-il simplement « l’organisateur » plein d’illusions d’une communauté, ou essaye-t-il délibérément d’imposer les croyances islamiques au peuple américain ?

Robert Spencer: seul Obama le sait avec certitude. Peut-être pense-t-il arrêter le jihad contre les USA en montrant au monde musulman son amour pour l’islam. Il semble évident que cela ne fonctionne pas du tout.

Wolff Bachner: selon un sondage récent, 80% des mosquées en Amérique enseignent le jihad violent. Si 28% des églises et des synagogues américaines incitaient à renverser notre gouvernement par la violence, le Président demanderait au Congrès une enquête et les médias officiels hurleraient au sang.

Pourquoi notre gouvernement refuse-t-il de protéger le peuple américain de l’extrémisme et de la violence religieuse, pourtant prêchés dans les mosquées à travers l’Amérique, majoritairement financées par la famille royale d’Arabie saoudite ?

Robert Spencer: certains sont clairement corrompus par des infiltrés musulmans, d’autres craignent d’être accusés de sectarisme et d’islamophobie.

Wolff Bachner: l’OCI a maintes fois essayé de faire adopter par les Nations Unies une résolution qui interdirait toute critique de l’islam, sous le prétexte fallacieux de protéger la liberté religieuse. Obama et le Département d’Etat pro-arabe essayent-ils de faire signer cette résolution en coulisse ? Après tout, Hillary Clinton, alors Secrétaire d’Etat, avait organisé un meeting top secret avec les représentants de l’OCI à ce sujet. La pénalisation de toute critique de l’islam comme crime de haine serait-elle sur le point d’aboutir ?

Robert Spencer: nous n’en sommes plus très loin. La Secrétaire d’Etat Hillary Clinton avait présidé en 2011 à Washington une conférence internationale de trois jours, à huis clos avec les membres de l’OCI, sur les mesures de lutte contre «l’intolérance religieuse, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation», organisée par le Département d’Etat.

En juillet 2012, Tom Perez, procureur-adjoint de la Division des droits civils du Département de la justice fut interpellé par le Sénateur républicain Trent Franks (R-AZ), qui lui demanda de confirmer que jamais l’Administration du Département de la justice n’émettrait une proposition qui criminaliserait toute critique des religions. Perez, qui vient d’être nommé Secrétaire du Travail, refusa d’exclure cette éventualité, suggérant par là que l’Administration Obama était en train d’envisager plusieurs moyens de contourner le Premier Amendement afin d’interdire toute critique de l’islam.

Wolff Bachner: Obama a réussi à faire enlever par le Gouvernement Fédéral toute référence à l’islamisme, au jihad et au terrorisme islamique du lexique de la sécurité nationale et a fait pression pour que cette interdiction soit appliquée dans tous les états. Obama a-t-il mis en danger la sécurité de notre nation par son refus irresponsable d’identifier l’éléphant dans la demeure ? Après tout, il y a eu plus de 21.000 actes terroristes à travers le monde depuis le 11 septembre. Que doit-il arriver d’horrible, avant qu’un responsable à Washington ne reconnaisse enfin le danger islamique suspendu sur nos têtes et l’admette ?

Oui, Obama a mis notre sécurité en danger

Robert Spencer: oui, Obama a mis notre sécurité en danger. Les Russes avaient prévenus le FBI de la dangerosité potentielle de Tamerlan Tsarnaev… avant l’attentat terroriste du Marathon de Boston, mais le FBI n’a pas traité l’information correctement. Il ne savait probablement pas comment interpréter les renseignements reçus, vu qu’il leur est interdit d’étudier les motivations et les objectifs des jihadistes et sommé d’écarter tout rapport avec l’islam. Il est clair que Washington connaît la vérité, mais il n’est pas dans son intérêt de l’admettre.

Wolff Bachner: mercredi 22 mai 2013, un soldat britannique, Lee Rigby, fut sauvagement poignardé et décapité par deux Musulmans dans les rues de Londres, en plein jour, devant des centaines de témoins et des caméras de surveillance. L’un deux, les mains dégoulinantes de sang, tenant deux couteaux de bouchers, hurlait « Allahu Akbar » puis en fixant la caméra, déclara : « Nous jurons par Allah le tout puissant que nous ne cesserons jamais de vous combattre. » Est-ce l’avenir qui nous attend en Amérique sous Obama ?

Robert Spencer: Oui.

Wolff Bachner: l’islam ne cessera donc jamais de lutter contre les non Musulmans ?

Robert Spencer: Non. Jamais.

Wolff Bachner: après l’horrible meurtre de Lee Rigby, vous avez été invité à Woolwich, afin d’assister à une cérémonie en hommage à ce malheureux soldat britannique. Quelques heures à peine après l’annonce de votre intention de vous rendre en Grande Bretagne, vous avez été mis en cause par les dirigeants islamiques britanniques et un groupe « anti fasciste ». Ces derniers s’empressèrent de demander au ministre de l’Intérieur, Theresa May, de vous interdire l’entrée sur le sol britannique, sous prétexte que vous étiez un activiste anti-islam d’extrême droite. Ils vous accusèrent de vouloir venir en Angleterre dans le seul but de diffamer les Musulmans et de répandre la haine. Hélas pour la démocratie et la liberté, Theresa May, Ministre de l’Intérieur, céda à la pression des nouveaux citoyens britanniques et décida de vous interdire, ainsi qu’à votre collègue Pamela Geller, l’entrée sur le sol britannique. Le Ministère britannique de l’intérieur vous envoya une lettre justifiant la décision de Mrs May.

« Après mûre réflexion, Mrs May a personnellement décidé de vous interdire l’accès au Royaume-Uni, au motif que votre présence ici constituerait un danger pour le bien public. Le ministre de l’Intérieur a pris cette décision en raison de vos prises de position inacceptables, de vos déclarations incitant à la haine, susceptibles de provoquer des violences intercommunautaires au Royaume -Uni. »

Comment répondez-vous à ces accusations ? Comment analysez-vous la portée de cette interdiction, quant à l’avenir de la démocratie dans ce pays ?

Robert Spencer: ce que je dis à propos de l’islam n’est ni de la diffamation, encore moins l’expression de la haine, c’est la simple vérité. Le Ministère de l’intérieur britannique m’a reproché dans sa lettre d’avoir déclaré : « l’islam est une religion qui incite ses croyants à faire la guerre contre les infidèles dans le but d’établir un modèle de société, aux valeurs totalement incompatibles avec celles de la société occidentale et ces vérités sont largement occultées par les médias et les administrations publiques, à cause de leur réticence à remonter aux sources du terrorisme islamique. »

Or ce texte est une version tronquée de ce que j’ai réellement déclaré, à savoir que l’islam, dans ses formulations traditionnelles et ses textes de base ordonne à ses fidèles de combattre et de soumettre les incroyants. Quiconque a étudié l’islam reconnait qu’il n’existe aucune controverse à ce sujet. Imran Khan Ahsan Nyazee, professeur adjoint à la faculté de la Charia et de droit de l’Université islamique internationale d’Islamabad, dans son livre édité en 1994, intitulé : « La méthodologie de l’Ijtihad » cite le juriste Maliki Ibn Rushd (XIIe siècle):

« Les juristes musulmans ont convenu que l’objectif de la lutte contre les gens du Livre… est soit leur conversion à l’islam, soit le paiement de la jizyah « 

Et de conclure :

« Cela ne laisse aucun doute, quant au devoir de la communauté musulmane : « répandre la parole d’Allah par le djihad, et l’option de la capitation [jizya ou impôt sur la vie] ne doit être appliquée qu’après soumission des non -Musulmans. »

Un manuel Shafi’i de la loi islamique adopté par l’institution la plus prestigieuse de l’islam sunnite, l’université Al-Azhar du Caire, affirme que : « les leaders musulmans doivent faire la guerre aux Juifs, aux Chrétiens et aux Zoroastriens… jusqu’à ce qu’ils deviennent musulmans, ou se soumettent et payent l’impôt de capitation (l’impôt sur la vie) », et cite le verset 9 :29 du coran, à l’appui de ce commandement :

« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés »

Quelques jours, avant que je sois notifié de l’interdiction de mettre les pieds sur le sol anglais, le gouvernement britannique avait autorisé la venue d’un cheikh saoudien, un certain M. al-Arefe,qui déclarait ouvertement :

« Se consacrer au jihad, pour la gloire d’Allah, avoir la volonté de répandre le sang, de réduire les crânes en bouillie et de briser les membres, pour l’amour d’Allah et pour défendre l’islam est indubitablement un honneur pour le croyant. Allah a dit que si un homme combat les infidèles, les infidèles ne pourront se préparer à se battre. »

Si un tel discours est acceptable en Grande Bretagne, alors ce pays se trouve dans de graves difficultés et son futur, en tant que société libre, est gravement compromis.

Wolff Bachner: j’ai récemment rencontré votre collaboratrice et excellente amie Pamela Geller, qui se bat également pour la défense de la liberté. Pamela é écrit un article intitulé : « Pourquoi importons-nous des envahisseurs jihadistes ? ». Quand vous considérez le fait que bon nombre des récentes attaques terroristes contre l’Amérique étaient commises par des djihadistes dévoués à la cause de l’islam, et originaires de pays à majorité musulmane, cette question est tout à fait légitime. Pourquoi le leadership de l’Amérique inonde-t-il notre nation avec des gens ouvertement hostiles à notre mode de vie ?

Robert Spencer: croyant en les vertus et les bienfaits du «multiculturalisme» et persuadés que la «diversité est une force», il serait mal venu pour eux de considérer la possibilité que certains de ces gens puissent être des jihadistes. Ce serait de l’islamophobie.

Wolff Bachner: il ne se passe pas un jour sans que nous entendions qu’une attaque à la roquette a été perpétrée contre des civils israéliens, qu’une pauvre femme a été décapitée en Arabie saoudite pour sorcellerie, qu’une église a été brûlée au Nigéria par Boko Haram. L’Iran menace d’effacer Israël de la surface de la terre avec des armes nucléaires et les politiciens européens parlent de la restauration d’Israël en 1948 comme de la pire injustice de l’histoire de l’humanité. Les Coptes en Egypte sont menacés de génocide par les Musulmans, et de nombreux Chrétiens dans le monde arabe ont été tués, sont tués ou obligés de fuir avec seulement leurs chemises sur le dos. Et pourtant, les leaders américains et nos médias refusent de reconnaître cette folie et cette incroyable violence exercée contre les non Musulmans dans le monde musulman. Obama a armé les jihadistes en Syrie et l’ambassadeur Stevens était suspecté d’avoir négocié le transfert d’armes illégales aux rebelles syriens, quand il fut tué.

Le peuple américain a combattu, lors des deux guerres mondiales, pour sauver l’Europe et le monde du fascisme de Tojo (PM de l’empire du Japon pendant l’attaque de Pearl Harbour) et d’Hitler. Nous avons dépensé des milliards de dollars pour vaincre le communisme russe. Et aujourd’hui, il semble que nos leaders aient abandonné le peuple américain et tourné le dos à la liberté. Ils occultent sciemment le fait que les Frères musulmans essayent de prendre le pouvoir dans le monde arabe.

Que se passe-t-il dans notre pays ? Nos leaders ont-ils perdu la tête, ou quelque chose de sinistre est-il réellement à l’œuvre pour détruire le mode de vie américain ?

Robert Spencer: Les deux.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source: Islam, Jihad And Democracy: The Inquisitr Interviews Robert Spencer.

(traduit et adapté par Rosaly)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz