FLASH
Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables | France, les pieds Nickelés : le chômage a augmenté de 1.4% en août | Deux Cannoises interpellées en Alsace après les deux Niçoises écrouées | Arabie saoudite : Une pétition signée par plus de 14,000 femmes demande la fin du gardiennage obligatoire des femmes par les hommes | #Malmo : une des 4 victimes est morte et elles sont toutes connues de la police, qui pense qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre gangs | Houston, Texas : 7 blessés par balles dans un centre commercial – attaquant appréhendé – motif encore inconnu | A quelques heures du premier débat, Trump est 2% devant Clinton dans le sondage national Blomberg: 43/41 | Tchad : quatre soldats tchadiens ont été tués près de la frontière avec le Niger dans une attaque attribuée à Boko Haram | Terrorisme : durant la nuit, la police a découvert 3 ateliers de fabrication d’armes, des munitions, 4 pistolets, en Judée Samarie | Drôme : Émeute en cours à la prison de Valence, des détenus ont dérobé des clés, ouvert des cellules & mis le feu. 2 surveillants blessés | A la demande de Damas, le Royaume Uni confisque le passeport d’une journaliste syrienne | E. Cosse prévient: ceux dont les familles disposent de plus de 30.000€ de patrimoine pourront voir leurs APL baisser | Lors de leur rencontre, Trump annonce à Netanyahou qu’il reconnaîtra Jérusalem comme capitale indivisible du peuple juif | Laxisme de gauche : 7 morts, 36 blessés ce week end à Chicago – essentiellement noirs par des noirs |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 25 novembre 2013

 

IAF-6

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Dans une dépêche intitulée « Les menaces d’Israël contre l’Iran sonnent creux », je lis avec amusement que selon de soi-disant « analystes » anonymes, l’accord sur le nucléaire iranien briderait, paraît-il, les « velléités » israéliennes de frappe, « contraignant » l’Etat hébreu à se contenter d’en « surveiller » l’application, tout comme les pétromonarchies arabes. C’est ce que raconte une officine de presse francophone, reprise sur le wire, et, qui ne semble pas avoir peur du ridicule.

Les menaces répétées du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de raid contre les installations nucléaires iraniennes « sonnent de plus en plus creux » (ah bon ?) après l’accord annoncé dimanche, relèvent les « commentateurs » (ben voyons).

Il n’y a aucune chance pour qu’Israël lance une attaque militaire contre l’Iran durant les six mois que durera l’accord intérimaire conclu à Genève, a déclaré lundi à la radio militaire l’ancien chef de l’armée de l’Air, Eitan Ben Eliahou (« Durant les six mois que durera l’accord intérimaire » ? Excusez-moi, mais je crois que Netanyahu n’en a rien à cirer d’un ancien chef de l’armée de l’air. Les Iraniens n’ont jamais respectés leurs accords qu’ils considèrent comme un bout de papier).

Personne ne comprendrait dans cette période une frappe israélienne, a indiqué lundi le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius (Vraiment ? D’après ce que j’ai vu sur les chaines de télévision allemandes ARD et SAT1, les pays sunnites sont horrifiés par ce pseudo-accord et ils comptent sur Israël. Alors les analystes et commentateurs triés sur le volet par un média francophone, franchement, on s’en moque).

Aussi longtemps qu’il y a un aussi vaste soutien pour cet accord intérimaire, bombarder les installations nucléaires de l’Iran serait un suicide politique et diplomatique, résume le « spécialiste militaire » du quotidien Haaretz (un gros torchon gauchiste qui représente 5% des Israéliens). Ce « spécialiste militaire » exhorte (de quel droit exhorte-il ? Est-il Prophète d’Israël ?) le Premier ministre à renoncer à une nouvelle campagne « agressive et futile » (purée…) contre l’administration américaine, soulignant que c’est à ceux que vous « insultez » (il plaisante ?) aujourd’hui que vous demanderez demain de vous sortir du bourbier dans lequel ils vous avaient supplié de ne pas entrer (donc Haaretz s’en fiche que les mollahs iraniens annoncent un deuxième holocauste…).

Un éditorialiste du quotidien Yediot Aharonot estime que « cet accord n’est pas bon mais ce n’est pas la fin du monde », reprochant à Netanyahu d’avoir réagi comme si tel était le cas et qu’il s’apprêtait à ordonner une frappe militaire en Iran au milieu des négociations. Une telle décision mettrait Israël en porte-à-faux avec le monde entier, à l’exception de l’Arabie saoudite, notre ami loyal, dévoué et éternel, ironise-t-il, en référence aux inquiétudes partagées avec les monarchies du Golfe face aux ambitions régionales de Téhéran (donc il y a une différence de degré, mais pas de nature, entre Haaretz et Yediot Aharonot).

Dimanche, Netanyahu a affirmé qu’Israël a le droit et le devoir de se défendre estimant que l’accord rendait le monde plus dangereux. Le rôle d’Israël est de monter la garde, juge pour sa part un ancien consul d’Israël aux Etats-Unis, Alon Pinkas, dans le Yediot Aharonot.

Le correspondant militaire du journal considère qu’Israël crie parce que c’est tout ce qu’il lui reste pour le moment, ajoutant : le peu qu’il lui reste est d’essayer de faire pression sur des aspects techniques, dans l’espoir de gagner du temps, comme sur la limitation de l’enrichissement d’uranium. Israël n’a actuellement aucune influence sur la politique américaine envers l’Iran, si ce n’est la menace de faire dérailler les négociations avec les Palestiniens, insiste-t-il (la presse gauchiste israélienne se surpasse…).

Yoël Guzanski, ancien analyste sur l’Iran au bureau du Premier ministre, reconnaît que les options d’Israël sont peu nombreuses et limitées, jugeant que l’accord place de fait l’ensemble de la communauté internationale du côté de l’Iran. Mais si les Iraniens trichent, et ils l’ont déjà fait par le passé, affirme Yoël Guzanski, chercheur de l’Institut pour les études sur la sécurité nationale INSS, alors Israël aura la légitimité pour utiliser d’autres moyens (autrement dit Israël reste libre de frapper le nucléaire offensif iranien quand bon lui semble et tout le reste n’est que baratin).

Le nouveau chef de l’opposition, le dirigeant travailliste Yitzhak Herzog, a appelé Netanyahu à baisser le ton le plus vite possible vis-à-vis de l’allié stratégique américain, relevant qu’Israël n’a pas de justification pour attaquer pendant les six prochains mois (alors qu’Israël frappe dans six mois + un jour…). Les médias, comme Haaretz, insistent sur le fait que ces derniers mois Israël a trouvé des alliés inattendus dans son combat contre de larges concessions aux Iraniens: l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qui ont bien plus peur que lui d’une montée en puissance chiite (c’est bien ce que j’ai vu sur les chaines de télévision allemandes ARD et SAT1).

Mais cette convergence d’intérêts risque d’être de courte durée (elle dure depuis 1979…), surtout si la crainte d’un Iran nucléaire conduit les monarchies du Golfe à tenter à leur tour de se doter de l’arme atomique, alors qu’Israël tient à préserver sa suprématie militaire régionale, et nucléaire en particulier, « préviennent-ils » (préviennent-ils : les médias comme Haaretz ; pas l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ; du reste, si Israël frappe l’Iran, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis n’ont pas besoin de se doter de l’arme atomique ; les formulations de l’officine de presse francophone se contredisent donc elles-mêmes…).

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Source :

http://www.romandie.com/news/n/_Les_menaces_d_Israel_contre_l_Iran_sonnent_creux__RP_251120131713-27-422862.asp

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz