FLASH
Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 27 novembre 2013

unnamed

J’ai écrit pour la Metula News Agency voici quelques semaines un article expliquant qu’Obama est en guerre contre Israël depuis le début de son premier mandat, et j’ai donné de nombreux exemples de la guerre qu’il a mené contre Israël.

Ceux-ci incluent la façon dont il n’a cessé d’accuser Israël de quasiment tous les maux de la terre : de la guerre civile en Syrie aux attentats terroristes commis sur la planète et aux morts de soldats américains en Irak et en Afghanistan. Ils incluent aussi la divulgation de secrets militaires israéliens à la presse aux fins d’empêcher des actions israéliennes.

La guerre, de fait, et en bon marxiste Obama le sait, ne se mène pas que par la violence armée, mais aussi par les mots.

La guerre se mène aussi par les actions diplomatiques. Et ce qui s’est passé du début de ce que d’aucuns ont appelé le « printemps arabe » jusqu’aux accords avec l’Iran relève encore de la guerre.

La volonté de voir s’installer au pouvoir les Frères musulmans dans tout le monde sunnite, et, en particulier en Egypte, n’était pas dictée seulement par la volonté de nuire à Israël, mais était dictée aussi par la volonté de nuire à Israël.

L’abandon des arsenaux libyens aux forces djihadistes qui ont ensuite transféré des armes jusque dans le Sinaï et à Gaza n’était lui-même pas dicté uniquement par la volonté de nuire à Israël, mais était dicté aussi par la volonté de nuire à Israël.

Les tractations avec le régime totalitaire, antisémite, et potentiellement génocidaire d’Iran, menées au Qatar dans le plus grand secret avaient elles-mêmes des intentions anti-israéliennes.

L’accord transitoire conclu à Genève (accord qui n’est pas un accord formel, parce qu’Obama ne veut pas passer par la ratification de l’accord par la Chambre des représentants, qui refuserait, et parce qu’Obama, en complicité avec les mollahs ne veut pas que ceux-ci soient tenus par des engagements trop précis et contraignants) est clairement porteur d’intentions anti-israéliennes (tout en étant, par ailleurs une trahison de l’Arabie Saoudite et des émirats du Golfe). Obama sait que la nucléarisation de l’Iran représenterait un danger absolu pour Israël, mais il n’a pas dévié de sa trajectoire. Lui et Kerry n’ont, par ailleurs, cessé, suivant en cela une perversion de la logique destinée à faire passer l’assassin potentiel pour la victime, d’incriminer le bellicisme d’Israël, et de souligner que la paix avec l’Iran vaut mieux que la guerre. Le régime de Khamenei, qui regorge de gens qui aiment voir des Juifs morts, est apparu ainsi (avec la complicité des médias) comme l’agneau, et Israël comme le loup menaçant l’agneau.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le but de l’accord est de permettre à l’Iran d’aller jusqu’au seuil de l’arme atomique, de redonner de la vigueur au régime, que les sanctions (désormais en train de se trouver levées) avaient affaiblies, d’unifier le monde contre Israël, puissance « belliciste », et de rendre quasiment impossible une frappe israélienne contre les installations militaires iraniennes : donc de mettre Israël à la merci de l’Iran des mollahs.

J’ai dit, et c’est le titre de cet article, qu’Obama n’est pas seulement en guerre contre Israël, mais en guerre contre les Juifs, et je m’explique.

Bien que les mouvements juifs américains soient massivement du côté du parti démocrate, ils n’en sont pas moins défenseurs d’Israël, et Obama s’est employé à les déstabiliser et à les jeter à la vindicte : il a convoqué leurs dirigeants à la Maison Blanche plusieurs fois pour leur faire la leçon et les mettre en garde contre tout ce qui pourrait contrer sa politique et révéler qu’ils ne sont pas constitués de bons Américains unis derrière le Commandant en chef. Il a contribué à ce que se constitue un lobby « pro-israélien » très à gauche destiné à les contrer, financé largement par des musulmans fortunés, et dont les positions « pro-israéliennes » ressemblent à celles de l’extrême gauche anti-israélienne : J Street. Il les a sommé aux fins de montrer leur « fidélité » de faire pression sur le Congrès aux fins que soit votée une intervention armée en Syrie, juste avant de renoncer lui-même à toute intervention en Syrie : cela a produit l’effet escompté et a fait qu’ils ont été décrits comme guidés par le « bellicisme israélien » par divers éditorialistes de la grande presse. Il les incite à nouveau à faire pression sur le Congrès pour que celui-ci approuve l’accord informel de Genève et lève toutes les sanctions américaines contre l’Iran : s’ils le font, ils se placeront en contradiction totale avec la politique israélienne. S’ils ne le font pas, les accusations les situant du côté du « bellicisme israélien » pourront reprendre. Pour l’heure, les mouvements juifs américains sont dans l’expectative.

Obama a des Juifs américains de son côté, bien sûr. Des Juifs d’extrême gauche anti-sionistes. Il en a dans son administration. Il en a même qui lui servent de relais dans la grande presse. Il n’est pas en guerre avec ces Juifs là. Et quand certains d’entre eux écrivent des articles ou des livres anti-israéliens, c’est mieux encore. Un ouvrage appelé Goliath circule beaucoup présentement chez les conseillers d’Obama. Il se vend bien en librairie et sur Amazon. Ne l’achetez pas, sauf si vous avez besoin d’un vomitif. Des extraits ont été publiés dans le magazine de gauche The Nation, où a publié largement autrefois un certain Michael Moore. Si vous voulez juste avoir la nausée et voir ce que certains Juifs de gauche américains pensent d’Israël, vous aurez ce qu’il vous faut.

Obama aime les Juifs quand ils sont de gauche ou d’extrême-gauche, et, surtout, quand ils ne soutiennent pas Israël. Sinon, c’est très différent, vraiment très différent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz