FLASH
Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 28 novembre 2013

Sacha Doligé

Afin de venir en aide aux nombreux ressortissants français qui se trouvent en difficulté ou en danger à l’étranger, particulièrement au Maroc, Sacha Doligé et Pascal Gailleres, ainsi qu’un représentant du comité de soutien « Sauvez Alain Combe », ont créé ce vendredi 22 novembre, lors de leur assemblée générale constitutive, l’organisation non gouvernementale « Soutien Sans Frontière ».

Dans l’immédiat, l’association entend porter secours aux Français injustement poursuivis par les autorités marocaines, parmi lesquels Alain Combe, actuellement en danger de mort.

L’objectif de l’organisation est de « soutenir et aider les Français en difficulté, hors du territoire français », qu’ils soient de passage ou résidents à l’étranger.

A court terme, son objectif est d’obtenir que la France cotise aux fonds de soutien international, qui garantit aux détenus d’être correctement nourris en prison.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’association entend faire respecter, en conformité aux lois du pays d’accueil, les droits de l’homme, les lois internationales, les lois françaises et les droits et devoirs consulaires.

Elle veillera en coordination avec d’autres organisations à ce que les détenus français ne soient pas torturés, notamment au Maroc.

Elle se réserve le droit de mandater des avocats, saisir toute Cour, administration, organisation, pouvant aider à la mise en application de ses règles de droit.

Elle s’engage enfin à aider des ressortissants français lors de leur retour, à les soutenir dans leurs démarches juridiques et les actions de justice visant à les réhabiliter.

o-oo-o-oo-o-oo-o-oo-o

Communiqué de presse alertant sur la situation des ressortissants français au Maroc :

TRES CHER MAROC

Alain Combe, un français venu investir au Maroc pour le compte d’un fonds d’investissement, est détenu depuis 20 mois à la prison de Rabat salé dans des conditions inhumaines alors que son innocence est connue des autorités marocaines et françaises.

La plainte déposée auprès des pouvoirs publics pour non assistance à personne en danger et mise en danger volontaire de la vie d’autrui pourrait ne pas suffire à lui sauver la vie.
Son crime ? Alain Combe a établi en 2012 un chèque de caution de 400 000 euros, remis à un notaire marocain. Ce dernier, avec la complicité d un faux vendeur, a…. encaissé le chèque. Celui ci n étant pas approvisionné, M. Combe, pourtant victime d’une escroquerie, a immédiatement été condamné à 36 mois de prison ferme, puis 24 mois en appel.

L’histoire de M. Combe est similaire à celle de dizaines d’investisseurs français emprisonnés ou ruinés.

Très vite, les représentations françaises locales sont prévenues de la situation mais refusent d’agir en prétextant une éventuelle ingérence. Le Consulat refuse l’assistance ou l’aide qui lui est demandée. L’ambassade ferme ses portes, par crainte que les français ne s’y enferment. Le Quai d’Orsay s’abstient d’intervenir.

En face, les marocains pratiquent un simulacre de justice, qui masque une entreprise de spoliation généralisée des français.

En octobre, le maroc a reconnu la culpabilité du notaire et des complices qui avaient lésé Alain Combe. Ces derniers devaient passer en jugement mais leur demande de report en décembre a été acceptée. M. Combe attendra donc. En prison.

Il est enfermé avec plus de 80 co-détenus dans une cellule de 50m2. Il a été agressé à plusieurs reprises, a perdu 20 kg. Il a été torturé plusieurs fois, 15 heures durant le mois dernier.
A quoi joue la diplomatie française ?

Le Quai d Orsay nous a affirmé que le consulat avait rencontré M. Combe, qui niait avoir été maltraité, expliquait être en excellente santé et refusait toute aide de l’extérieur. Nous avons eu directement Alain combe le 1er novembre, des enregistrements l’attestent, qui a confirmé que personne n’était venu à son secours. Il raconte l’enfer carcéral et ces drôles de prisonniers venus d’ailleurs se faire interroger par les marocains.

Sans passer par la prison, nous avons connu avec Pascal Gaillères la même mésaventure au Maroc. Nous avons été retenus 21 mois sans passeport, et 15 mois sans aucun revenu et sans domicile fixe, à dormir chez des amis, ou dans la voiture. Nous étions en danger de mort après avoir dénoncé un policier véreux qui nous rackettait. Nous avons fini par rentrer, ruinés et détruits. Dans notre cas, la preuve de notre innocence est à… l’ambassade de France.

Depuis notre retour, nous avons saisi la CADA, le Défenseur des Droits, déposé plainte.

Une fois en France, notre comité de soutien a été contacté par plusieurs autres investisseurs français qui cherchent à sortir indemnes du Maroc. À chaque fois, c est la même histoire : pays « ami », argent investi, problèmes juridiques, procès, confiscation des biens et…silence de la diplomatie française.

Le Maroc est une souricière. La France le sait. Pourquoi entretient-on le mirage d’un Eldorado pour les investisseurs ? A qui profite le crime ?

Alain Combe rentrera-t-il vivant ?

© Sacha Doligé
Ongssf@orange.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz