FLASH
Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaïa le 30 novembre 2013

La décision de la Grande Mosquée de Paris d’assigner, voici quelques semaines, les femmes dans une salle de prière aménagée au sous-sol n’a pas été du goût de toutes. Un collectif de fidèles parmi les femmes, en colère contre une décision qu’elles jugent arbitraire, s’est constitué pour appeler l’administration à les replacer dans la salle principale où elles avaient l’habitude de prier derrière les hommes.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Dans une lettre envoyée lundi 25 novembre au recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, elles réclament des explications officielles. « L’administrateur général nous a répondu que cette décision avait été prise suite à une demande des fidèles-hommes trop gênés par le comportement bruyant de certaines femmes. Cet argument ne nous a pas étonnées car nous avons également été victimes de ces faits » mais « interdire l’entrée de ce lieu à l’ensemble des femmes pour les raisons évoquées s’apparente bien à une sanction collective injuste et disproportionnée », font-elles savoir.

Une séparation sans motif religieux
Pour remédier à ces troubles, proposition a été faite pour « que le rideau de séparation entre les femmes et les hommes soit retiré, d’une part, parce qu’il n’a pas de base religieuse et qu’il stigmatise les femmes et d’autre part, supprimer cette isolation visuelle aurait permis aux femmes « dissipées » de mieux se concentrer sur l’activité de prières et de méditation à l’image des hommes », expliquent-elles.

La nouvelle pièce qui leur est dédiée étant isolée, la situation s’est aggravée puisqu’elle est devenue « un vrai salon de thé et une garderie : aucune possibilité d’être concentrée et de profiter de la beauté architecturale de cette mosquée historique propice au recueillement ».

Les femmes en action à la mosquée
Pour être mieux entendues des responsables, une dizaine de jeunes femmes se sont rendues à la mosquée, samedi 23 novembre, lors de la prière du soir (Maghreb) pour accomplir cette obligation religieuse à leur salle de prière habituelle, et ce, malgré les protestations d’hommes qui, l’argument du « haram » en main, refusaient de les voir prier dans la même pièce qu’eux. Après la prière, ces dernières assurent même avoir été menacées « pour nous dissuader de revenir ».

Pour appuyer leur demande au recteur, une pétition en ligne a été lancée en parallèle par le collectif. « L’invisibilisation des femmes dans les lieux de culte est symptomatique d’un malaise dans les rapports hommes-femmes. Nous souhaitons rétablir une réalité de la tradition prophétique qui est que les femmes étaient (et sont) des actrices dans la vie de la société et de leur communauté religieuse », lit-on. Les femmes n’entendent pas se laisser intimider : elles attendent de pied ferme une décision favorable qui saura les sortir d’une exclusion injustifiée.

http://www.saphirnews.com/A-la-Grande-Mosquee-de-Paris-les-femmes-se-rebiffent_a17995.html

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz