Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 décembre 2013

air-france-plane

Le vol Air France AF385 de samedi soir qui devait partir de Caracas à 19 h 25 vers Paris est resté au sol, et les passagers ont été évacués, après que les services de renseignement français ont informé le Venezuela qu’une bombe se trouvait probablement à bord.

Le vol a été suspendu suite à l’alerte donnée par la France – in extremis, car tous les passagers étaient à bord. 65 membres du Service de renseignement Sebin, des experts en explosifs et des chiens spécialisés on commencé une «inspection exhaustive» de l’appareil et du terminal.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

«Nous allons inspecter l’avion au millimètre près, et le vol sera ensuite reprogrammé. Nous présentons pour cela nos excuses aux passagers et passagères, mais nous remplissons notre obligation de préserver la vie», a déclaré le ministre de l’Intérieur et de la Justice vénézuélien, Miguel Rodríguez Torres.

Un groupe terroriste aurait eu l’intention de prendre la vie aux infidèles qui étaient à bord de l’avion, selon le ministre vénézuélien qui a été alerté par les services de renseignements français.

Si la présence d’une bombe se confirme, elle indiquera que la menace terroriste, omni présente, coûte à l’occident des centaines de millions de dollars chaque année pour assurer la sécurité des passagers. Elle indiquera que l’argument d’apaisement du fait que le nombre d’islamistes est très faible ne tient pas : il suffit d’un tout petit groupe pour créer un désastre. Elle indiquera également que les services de renseignement français font un remarquable travail tandis que les politiques ont ouvert les vannes d’une immigration d’où sont issus les terroristes, et enfin que ces terroristes ne font aucune pause.

Sans l’islam, le monde serait bien plus sûr, et les incantations des islamo-gauchistes ne réussissent pas à le cacher.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz