Derniers articles

Hollande-Arabie-saoudite-1

Francosaoudie : trois milliards de pétrodollars pour une nouvelle...

IRAN-POLITICS-KHAMENEI

Le Top Ten mondial 2013 des antisémites

30 décembre 2013 Commentaires (16) Michel Garroté International, Reste du Monde, Russie

La géopolitique de Poutine

 

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Dans le sillage des récents attentats en Russie, on peut se poser à nouveau la question : quelle est la géopolitique de Poutine, notamment dans le Caucase ? Pendant sa récente visite en Arménie, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie n’a pas l’intention de quitter la Transcaucasie, mais au contraire d’y renforcer ses positions et son influence, écrit, lundi 30 décembre 2013, le quotidien Nezavissimaïa Gazeta (liens en bas de page). Par le passé des discussions ont pu naître sur un éventuel tournant géopolitique de l’Arménie, quand elle préparait un accord d’association avec l’Union européenne. Aujourd’hui, alors que le pays a opté pour l’Union douanière avec la Russie, elles n’ont plus lieu d’être.

Les hésitations de l’Arménie seraient dues à des facteurs essentiellement économiques. En effet à l’époque, ne bénéficiant pas d’une aide suffisante de la part de Moscou, Erevan avait envisagé de rejoindre la zone de libre-échange avec l’UE. Le projet d’accord d’association était complètement privé de tout élément militaire et sur le plan politique l’Arménie devait seulement procéder à des réformes administratives internes, en suivant les directives européennes. En échange Erevan obtenait la simplification du régime de visas et la possibilité de sortir sur le marché européen.

Cependant début septembre, à l’issue de l’entretien de Vladimir Poutine avec le président arménien Serge Sargsian à Moscou, ce dernier avait déclaré que l’Arménie adhérerait à l’Union douanière. Les conditions promises par la Russie pour cet abandon du rapprochement avec l’UE avaient été révélées deux mois plus tard lors de la visite de Poutine en Arménie.

La Russie fournira ainsi à l’Arménie du gaz et des armes au tarif qu’elle pratique sur son propre territoire, assurera une intégration de l’Union douanière la plus effective possible, réalisera une série de projets économiques, apportera son assistance dans le secteur énergétique nucléaire ou encore celui des transports. Pour sa part Moscou s’appuiera sur Erevan pour réaliser son plan visant à renforcer ses positions dans le Caucase du Sud. Ce n’est pas une conclusion très compliquée.

Car en dépit d’une compréhension mutuelle affichée avec l’Azerbaïdjan, la Russie n’a pas réussi à s’entendre sur la prolongation du bail du radar de Gabala. Les rapports avec la Géorgie paraissent moins hostiles mais on est encore loin des relations de bon voisinage. L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, reconnues par la Russie, sont un autre pilier régional de Moscou. En endossant la mission de « garant de la paix et de la stabilité » dans les anciennes « autonomies géorgiennes », la Russie a justifié son importante présence militaire.

Cette situation aurait pu découler vers la reconnaissance d’une troisième entité dans la région – le Haut-Karabakh – mais la volonté de maintenir de bonnes relations avec l’Azerbaïdjan prévaut pour l’instant face à cette tentation. Le nœud de Karabakh prive aussi bien l’Arménie que l’Azerbaïdjan d’une marge de manœuvre politique dans les relations avec la Russie. Avec Erevan tout est clair.

Quant à Bakou, qui n’a pas intérêt à ce que Moscou renforce son influence dans la région, il pourrait opposer une résistance passive ou tenter d’équilibrer les forces par des marques de soutien à Ankara. En ce qui concerne la situation géopolitique dans la région, il faut évidemment garder à l’esprit que Moscou intensifie ses contacts avec Téhéran. L’axe géopolitique nord-sud pourrait prendre une forme Russie-Arménie-Iran, débouchant éventuellement vers la Syrie, conclut Nezavissimaïa Gazeta.

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.ng.ru/

http://fr.ria.ru/presse_russe/20131230/200140511.html

16 Responses to La géopolitique de Poutine

  1. Mandrake dit :

    Quelle conclusion tirez-vous de ce charabia incompréhensible, M. Garroté?

  2. allah babar dit :

    je me souvient d’une phrase de poutine que j’exagère légèrement  » on va chercher tous les musulmans pédophiles même quand ils seront dans les chiottes des mosquées »

  3. Pok dit :

    Poutine voit juste. Le non sens serait que ces pays du Caucase intègrent l’UE qui a déjà du mal à digérer son brutal élargissement de 2004 (Merci Chirac).

  4. barakat dit :

    La difficulté pour la Russie est que son « influence » dans les pays musulmans n’est que bidon. La Russie pour ces pays est de toute les façons l’ennemie, une nation kafir. La Russie peut trouver des accords circonstanciels avec les uns et les autres basées sur les rapports de forces. Les musulmans ne cherchent qu’à avancer leurs pions ou à gagner du temps (faire la trêve) quand ils ne peuvent faire autrement. Mais il n’y a pas d’accord qui vaille sur le long terme. En raisons, les seuls bons accords qu’elle peut espérer avec des pays musulmans est de maintenir au pouvoir des hommes de paille (corruption) et d’obtenir des accords par la force (rapport favorable).
    Pour le reste, la Russie ne doit se faire aucune illusion. Elle doit se protéger des musulmans de l’intérieur. Ce qui est encore semble-t-il le cas avec Poutine. Après Poutine, on peut se poser la question de savoir si des idiots utiles tels que ceux qu’on a en Occident ne vont pas finir par arriver au pouvoir. Un jour un musulman au Kremlin comme à la Maison Blanche ?

  5. Joseph d'Arimathie dit :

    Tout à fait d’accord avec barakat . La Russie a un pb aussi grave que nous avec les musulmans de l’intérieur . La différence , c’est qu’elle est gouvernée par des gens intelligents , courageux et patriotes , et , en effet , pas par des idiots utiles . Mais à terme , l’islam gagnera , ne serait-ce qu’à cause du différentiel démographique . SAUF si la Russie se résoud à une riposte démographique : encourager la natalité des russiens , et décourager la natalité des musulmans . Si ça ne marche pas , il reste une solution radicale . Finalement …

  6. Cyril45 dit :

    A quand un rapprochement de l’Union Européenne avec la Russie? Qui a plus à faire dans l’UE que la Turquie.

    • Mandrake dit :

      Pas de Russie dans l’UE, svp. Pas d’Ukraine, ni de Turquie non plus.

      • Redomier dit :

        Pourquoi l’ U.M.P.S. et les tenants de la pensée unique , souvent issus de l’université littéraire et ceux de Sciences po , bien sûr à gauche ou communistes ,rejettent ils Poutine alors qu’ils ont adoré, ces nabots , Staline et les dictateurs qui l’ont suivi , pourquoi ?

        Parce que Poutine , comme Liberman (d’origine russe vivant en Israel ) ont compris l’immense danger islamiste et qu’eux comme nous , nous n’en nous laisserons pas conter . Ca les e. aussi que Poutine ait assommé les islamistes tchétchènes ou bien qu’il aide Bachar El Assad qui corrige ses Salafistes (sunnites) et n’entend pas les laisser s’installer au pouvoir.

        Tant mieux pour cette prise de conscience russe et …chinoise

        Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif, Informations communauté juive francophone Jeudi 08 Mars 2012 / 14 AdarI 5772

        L’ensemble de la communauté juive reste globalement satisfaite de son traitement par Poutine à l’intérieur du pays. « Les Juifs ont vécu en Russie du temps du tsar, de Staline, dans toutes les situations ; celle d’aujourd’hui est meilleure que durant les 200 à 300 dernières années », déclare Yuri Kanner, chef du Congrès juif russe.

        http://www.israel-infos.net/Russie-

        • Redomier dit :

          Les Chinois et les Russes , sortant , du marxisme , ne sont pas, eux, de doux rêveurs et mesurent la menace planétaire de trois milliards de musulmans dans 20 ans

          Alors si l’islamisme , de surcroit , devait être l’attribut majeur de cette surpopulation galopante , c’est la guerre mondiale assurée .

          Et là , ce sont eux ,Chinois et Russes qui ont décidé , de concert , c’est certain , DE PRENDRE LA MAIN aux Américains dans la direction , dans la gestion de la ” tranquillité ” de ce nouveau monde au ciel rempli de sombres nuages .

          Ne peut on pas dire ,certes avec une petite dose de cynisme , que Bachar fait un travail de…… ” propreté ” finalement ?

          Personne ne s’interposera , même pas l’ O.T.A.N. , car en particulier les Américains, leur Congrès ont tiré assez vite les leçons des erreurs d’analyse des “révolutions ” arabes ;

          Mais certes tout est possible ,

          N’oublions pas que le Hezbollah libanais est chiite , tout comme les Alaouites au pouvoir à Damas, qu’ils sont alliés politiquement depuis toujours ,même du temps de la milice Amal d’où le Hezb est issu .

          Je vais oser une hypothèse folle, une parabole , de la politique fiction , mais Israël est embarqué , avec l’Islamisme sunnite dans la même galère que le régime alaouite de Damas , que les nationalismes arabo-sunnites en général

          Car les frères musulmans ou les Salafistes d’El Qaïda ont dans le collimateur , dans l’ordre progressif : 1°) les non-mahométans ou kfarim, 2°) les Juifs qui auraient toujours joué des tours pendables à l’islam, 3°) les traitres nationalistes ou laïcs arabes ,4°) les renégats chiites .

          Alors , ne mêlons pas nos voix à celles qui condamnent les Mouckhabarats (policiers et Barbouzes ) syriens dans leur lutte contre le salafisme d’autant que ces Druzes ( dont les Alaouites ne sont qu’un rameau ) persécutés depuis leur apparition ( aux environs de l’An Mille en Egypte avec un imam assassiné, lui aussi, comme plus haut dans l’histoire, Ali et son cher fils Hussein ( martyre commémoré par l’Achoura ) , l’ont été précisément par les aïeux “spirituels ” des Salafistes, sunnites, totalitaires, et que tous ces Chiites(Druzes , Alaouites, Ismaélites ou Aliites ) en ont gros sur la patate .

          Du même bras ,les Mouckhabarats syriens “ vengent ” aussi , disons objectivement, les Coptes égyptiens martyrisés par les Islamistes du pays du Nil qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à leurs frères jumeaux de Homs ou de Hama

          C’est une nouvelle version de Hatgadia , vous savez, la fable que nous lisons au Seder de Pessah

          En tout cas , remercions le seigneur qui , dans son infinie bonté, communique aujourd’hui, quelques étincelles de sa sagesse aux dirigeants chinois et russes dans leurs prises de position neutres et FERMES dans ce conflit où sont aux prises trois composantes essentielles de l’islam contemporain : le nationalisme laïque arabe désormais” has been” , le camp ou arc chiite, le fondamentalisme sunnite.

      • Cyril45 dit :

        J’ai écrit rapprochement, pas adhésion.

        • Mandrake dit :

          Exact. Cependant, avec les Russes, c’est pareil, sinon cela ne les intéresse pas. Ils veulent diriger. Et donc, c’est NON dans toutes les langues. Ceux qui croient que les Russes ont changé se trompent lourdement. Qu’est-ce qui a changé? Le fait qu’on soit passé du communisme au capitalisme d’état? Et alors? Le fond, lui, n’a pas changé. Je ne rejette pas Poutine. Mais pour des raisons différentes que celles évoquées par les autres bloggers. Laissez bien la Russie là où elle est. Son potentiel de nuisance et son impérialisme sont toujours bien actifs. Nous sommes très déçus de nos « leaders », c’est vrai. Mais ce n’est pas une raison pour aller s’enticher de la Russie.

  7. Paul dit :

    Jouons à avoir des idées en la matière…
    Le Transcaucasie est une « plateforme géopolitique » : Russie, Iran, Turquie pour les acteurs les plus directs, Etats-Unis et Europe pour les loups au coin du bois. Certains SAS expliquaient assez bien les enjeux (dont le printemps de Tbilissi et le Beau Danube rouge)…
    L’influence de Moscou sur cette région me paraît à la fois un symbole de puissance, un besoin d’efficacité stratégique économique, mais peut-être plus encore la volonté d’éviter que les trois républiques transcaucasiennes ne tombent sous influence moyen-orientale ou turque… Dans les deux cas, la jonction avec les islamistes de l’intérieur pourrait être redoutable et bien plus encore. Sans compter les problèmes du nucléaire iranien et l’instabilité turque. Sans compter les problèmes énergétiques, évidemment. Mais le trend le plus sourd et le plus problématique est selon moi lié à l’immigration massive des ressortissants du Caucase du sud en Russie, l’influence musulmane et la guerre des courants islamistes.
    Fin du jeu, mais Michel Garroté avait mis la barre très haut pour un 31/12

  8. Loco dit :

    Quand l’Europe et la Russie se donneront la main la culture judéo-chrétienne de l’Europe et son identité seront confirmées

  9. Pfister dit :

    La menace des musulmans, notamment contre la Russie, est d’autant plus grave qu’il n’y a pas que les seuls musulmans, il y a les financements ultra libéraux Us comme cela se produit dans tout le Moyen Orient sous couvert de Révolutions pseudo libératrices. Poutine avance ses pions sur l’échiquier international tout comme les Us le font en sens inverse. De toute façon il s’agit d’une lutte entre deux hégémonies dont font les frais les peuples d’Europe Centrale et du Moyen-Orien. Tous ces beaux discours moralisateurs ne sont que des écrans de fumée pour les « bons peuples » alors qu’il s’agit de guerres larvées dont on cache soigneusement le nom.

  10. Edmond dit :

    « Le projet d’accord d’association était complètement privé de tout élément militaire et sur le plan politique l’Arménie devait seulement procéder à des réformes administratives internes, en suivant les directives européennes. En échange Erevan obtenait la simplification du régime de visas et la possibilité de sortir sur le marché européen. »
    C’est faux! La situation avec l’Ukraine était identique. Le but de l’accord d’association est en fait inique. Il existait dans les deux accords un volet militaire dont la finalité était de créer un « cordon sanitaire » autour de la Russie.
    Pour ce qui est de sortir sur le marché européen et un régime de visas contre des réformes administratives, laissez-moi rire! Pour l’exemple, l’accord avec l’Ukraine contenait quelque cent pages de dénominations de produits européens qui seraient vendus en ‘Ukraine, mais ils ont totalement occulté les produits ukrainiens qui seraient vendus en ‘Europe. Vous me direz que ce serait pour la période « après la réforme administrative », mais l’argent pour procéder à cette réforme était pratiquement inexistant. Sur toutes les sommes octroyées par l’UE, 85% étaient des prêts à la consommation et seulement 15% pour la réforme administrative et la modernisation de l’industrie.
    Ceui veut dire que l’UE subventionne ainsi en cachette ses propres producteurs qui peuvent donc vendre en Ukraine et enchaîne l’Ukraine financièrement et pour longtemps.
    Quant aux visas, l’UE a déjà bcp de mal avec les Roumains et les Bulgares a partir de ce 1er janvier et vous la voyez accorder encore les visas aux Arméniens et Ukrainiens? Pour faire quoi en Europe? ‘On a un excellent exemple avez les pays baltes dont près de 50% de la population ont émigré en Europe ce qui a provoqué un dépeuplement de l’Estonie etc.
    Alors, M. Garroté, l’angélisme c’est bien mais a petites doses…

Pour rédiger un commentaire connectez-vous (l'abonnement à la Newsletter est différent des commentaires), ou inscrivez-vous et soutenez Dreuz Info pour 7 euros par mois

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz