FLASH
Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaïa le 20 janvier 2014

Un homme de 30 ans a été abattu d’une rafale de kalachnikov, dimanche vers 21h30 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), près de Marseille, alors qu’il se trouvait au volant d’une voiture volée. Deuxième règlement de comptes mortel de l’année dans la région marseillaise, cette exécution, sans témoin, a eu lieu sur un axe périphérique de la commune, avenue de Verdun, non loin d’une zone industrielle et de la sortie-est de la ville.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Atteint de plusieurs balles, notamment à la tête et dans le dos près de la nuque, l’homme, originaire d’Aubagne, est décédé vraisemblablement sur le coup, a indiqué le procureur-adjoint de la République de Marseille, Jean-Jacques Fagni, qui s’est rendu sur place. Tout le côté conducteur du véhicule a reçu des impacts, a précisé le magistrat.

La victime, Foued Ben Amar, gérant de fast-food, se trouvait, cagoulé, ganté, une kalachnikov sur les genoux, au volant d’une voiture BMW volée il y a quelques jours dans sa ville, dotée de fausses plaques d’immatriculation, quand il a été pris pour cible, vraisemblablement par un commando. A ce stade de l’enquête, «on peut tout imaginer sur ses intentions», relève le procureur.

«Pas le profil de braqueur connu», relève le parquet

Il s’agit du deuxième règlement de comptes de l’année dans la région marseillaise, après la mort le 12 janvier d’un jeune homme connu des services de police, tué d’une balle dans la tête, sous les yeux de plusieurs témoins, dans les quartiers nord de la cité phocéenne. Jusqu’ici, la victime était connue des services de police pour différents types de délits, dont des vols et cambriolages, détention de stupéfiants, des antécédents ne relevant pas du grand banditisme, «des petites affaires, un peu de tout». «Il n’avait pas un profil de braqueur connu», relève le parquet.

De source proche de l’enquête, on estime que les policiers, en portant récemment plusieurs coups au trafic de stupéfiants dans le quartier du Charrel à Aubagne, ont pu perturber le milieu local. «Quand on déstabilise les trafiquants, en récupérant des stupéfiants, de l’argent et en procédant à des interpellations, ça peut aiguiser les appétits. Cela exacerbe certainement les luttes de territoires», soulignait pour sa part Jean-Jacques Fagni, rappelant cependant que bien des règlements de comptes ont pour origine des motifs relevant de la simple querelle ou de l’inimitié. La brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille, habituellement chargée de ce type de dossier, a été saisie de l’affaire.

Le 30 décembre 2013, deux hommes à bord d’une voiture, cagoulés et armés, avaient été tués d’une rafale de kalachnikov dans les quartiers nord de Marseille. Les deux hommes, Franck Espiasse-Cabau, 22 ans et Sébastien Abbas, 31 ans, étaient sous surveillance des services de police qui les soupçonnaient d’être impliqués dans plusieurs affaires criminelles. Les faits s’étaient déroulés sur une voie rapide près du métro Frais Vallon, dans le 13e arrondissement, à quelques mètres du lieu où Adrien Anigo, le fils du directeur sportif de l’Olympique de Marseille José Anigo, avait été abattu le 5 septembre.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/aubagne-un-homme-tue-d-une-rafale-de-kalachnikov-20-01-2014-3511299.php

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz