FLASH
Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 22 janvier 2014

FRANCE-POLITICS-MAY-DAY-FN

Michel Garroté, réd en chef  —  Aymeric Chauprade est le conseiller officiel pour les affaires étrangères de la présidente du FN. Lui et Marine Le Pen, mercredi 22 janvier 2014 au matin, ont donné une conférence de presse sur la politique étrangère du FN. Capitaine de frégate de réserve de la marine nationale, Aymeric Chauprade a été, de 1999 à 2009, professeur de « géopolitique » à l’École de guerre de Paris, avant d’en être exclu. Un de ses livres lui a coûté, en 2009, sa chaire de géopolitique au Collège interarmées de défense pour un chapitre dédié aux attentats du 11 Septembre.

Il y exposait les différentes thèses – y compris les plus complotistes – et il n’a jamais adhéré à la version réelle. Il raconte qu’il n’a pas perdu sa chaire uniquement à cause de ce livre. Il prétend que cela aurait été le prétexte utilisé par « les atlantistes du gouvernement de Sarkozy » pour tenter de le faire taire, lui, « voix gaullienne qui avait une certaine audience dans les milieux de défense »… Le conseiller officiel pour les affaires étrangères de Marine Le Pen est donc un individu complotiste et conspirationniste.

Le Front National de Marine est donc identique au Front National de Jean-Marie. Le Front National base donc sa politique étrangère sur de fumeuses théories néo-maurassiennes, américanophobes et judéophobes. En clair, l’opposition nationale française est complètement arriérée. En France, la droite patriotique est inexistante. En revanche, la droite nationaliste, non-assumée, hypocrite, anti-américaine, anti-israélienne et débile y est en plein essor (voir deuxième lien en bas de page).

A ce propos, Le Point.fr signale que (voir premier lien en bas de page) plus que jamais soucieux de professionnaliser son image, le Front national soigne désormais son discours en matière de politique étrangère. Et peut compter sur le soutien du géopoliticien Aymeric Chauprade, auteur de l’ouvrage célèbre et polémique Chronique du choc des civilisations, qui s’est rallié cet été au parti de Marine Le Pen. Cette dernière s’est affichée à ses côtés, mercredi 22 janvier 2014 au matin, pour sa conférence de presse dédiée à l’international. Car le FN a un programme, au-delà de son opposition bien connue à l’Union européenne (voir premier lien en bas de page).

Philippe Moreau Defarges, ancien diplomate, chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri) et spécialiste de géopolitique, en fait l’analyse, dans ses grandes lignes (extraits ; voir premier lien en bas de page).

Le Point.fr : Que pensez-vous du programme du Front national en matière de politique étrangère ?

Philippe Moreau Defarges : C’est un programme anachronique. Tel qu’il est présenté sur le site du FN, sa première faiblesse, c’est qu’il ne part pas d’une analyse réelle et approfondie du monde actuel. Le propre d’un texte de politique internationale est d’analyser le monde tel qu’il est, de commencer par identifier les contraintes et les atouts des différents acteurs. Ici, il n’y a que des affirmations de ce que la France doit être : « souveraine », grande « puissance mondiale » dont on attendrait les « médiations ». Un idéal qui renvoie à une certaine littérature des années 1930, celle d’un Drieux La Rochelle ou d’autres auteurs qui méprisaient les États-Unis et rêvaient d’une France indépendante alors que celle-ci était faible et allait être occupée par l’Allemagne.

Cet idéal de France souveraine et indépendante, c’était aussi celui de Charles de Gaulle ?

Il y a deux grandes différences avec de Gaulle. Lui, justement, commençait toujours ses textes, même le fameux appel du 18 juin, par l’analyse complète de la situation internationale : « compte tenu du monde tel qu’il est, voilà ce que la France peut faire ». Même si on retrouve effectivement dans le discours FN du vocabulaire gaullien, il y avait toujours chez de Gaulle une certaine prudence. Derrière l’audace, voire l’arrogance, du verbe, il y avait une modération dans l’action. D’autre part, de Gaulle a toujours exalté la France, alors que le FN tient un discours de la décadence, qui est, encore une fois, le discours des années 1930. Celui des anciens combattants style Brasillach qui regrettent une grandeur passée et dénoncent la décadence actuelle.

Selon le FN, l’affaiblissement de la puissance française s’explique en partie parce que notre pays se serait « aligné sur les États-Unis », notamment en réintégrant le commandement de l’Otan. Qu’en dites-vous ?

Où est l’alignement quand, en 2003, on se heurte aux États-Unis au point de les menacer d’un veto sur la guerre en Irak ? Si la France a réintégré le commandement de l’Otan, ce n’est pas par soumission mais parce qu’elle s’est rendue compte que c’était idiot de se couper de ses partenaires et qu’il valait mieux être à l’intérieur pour avoir plus de poids. On ne s’est pas aligné, on s’est allié. Par exemple, dans l’affaire de l’Iran, la France avait une position beaucoup plus ferme que les États-Unis. Mais on ne va pas s’opposer pour s’opposer et on ne peut pas faire comme si le partenaire important n’était pas l’Amérique.

Le FN propose précisément de faire d’un autre pays, la Russie, notre partenaire important en concluant avec elle « une alliance stratégique poussée, fondée sur un partenariat militaire et énergétique approfondi » ?

C’est le vieux rêve de ceux que les États-Unis agacent. Mais la Russie est encore une puissance en difficulté. Qu’on établisse de bons rapports avec elle, un partenariat, très bien. Mais en faire le partenaire privilégié n’a pas de sens, elle ne peut pas remplacer les États-Unis. Ce serait nier qu’ils restent encore la première puissance mondiale, et de loin, et que nous avons avec eux des intérêts communs extrêmement forts.

Quid d’une « alliance trilatérale Paris-Berlin-Moscou » comme le FN le suggère également ?

L’Allemagne ne sera jamais d’accord. Je vous rappelle qu’elle considère l’ancrage atlantique comme crucial et qu’elle entretient des liens étroits avec Londres. Le Royaume-Uni et les États-Unis sont ses partenaires. J’ajouterai, pour en revenir à la tentation de se tourner vers l’Est, qu’il y en a un exemple dans les années 1960, lorsque de Gaulle a voulu développer une politique de partenariat avec l’Union soviétique et s’éloigner de l’Otan. On a été assez ridicules quand on s’est retrouvés associés à un pays qui envoyait ses chars à Prague en 1968. Il faut tout de même faire attention aussi avec la Russie de Poutine.

On retrouve dans ce programme une dialectique d’anti-impérialisme qui n’est pas sans rappeler celle de l’extrême gauche ?

Là encore, cela rappelle les discours des années 1930. La dénonciation de l’impérialisme anglo-saxon était autant le fait de l’Union soviétique que de l’Allemagne nazie. Les extrêmes se rejoignent toujours ! Le problème, quand on dénonce l’impérialisme, c’est qu’il ne faut pas oublier que la France a été, elle aussi, une puissance impériale ! Par ailleurs, il ne faut pas abuser des termes. Le FN met sur le même plan « les impérialismes américain, islamiste, chinois ».

La politique étrangère FN s’appuie sur et est appuyée par le géopoliticien Aymeric Chauprade. Comment expliquez-vous que son analyse diffère à ce point de la vôtre ?

J’ai lu ses analyses, c’est quelqu’un d’assez compétent. Mais il y a deux types de géopoliticiens, ceux qui s’appuient sur les réalités économiques et ceux qui les ignorent. Pour Aymeric Chauprade, ce qui compte, ce sont les blocs, la diplomatie, la force. L’autre démarche est de prendre en compte les données économiques. Or, quand on le fait, on est forcé de constater que le poids de la France est modeste et dû, en grande partie, au fait qu’elle soit un membre important de l’Union européenne. À un moment, il faut revenir aux chiffres, sinon on risque de bâtir une politique d’illusion (voir premier lien en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.lepoint.fr/politique/fn-une-politique-etrangere-anachronique-22-01-2014-1782914_20.php

http://www.dreuz.info/2013/11/mon-coup-de-gueule-contre-marine-le-pen/

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz