FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 janvier 2014

mideast-cornered-abbas.jpeg-1280x960

L’information n’est pas dans les grands médias. Deux sources proches des négociations entre Israël et l’autorité palestinienne indiquent que Mahmoud Abbas, quatre mois avant l’expiration du délai de 9 mois de négociation qu’ont proposé les Américains, a catégoriquement rejeté les points de compromis essentiels et bloquants qu’il sait qu’Israël ne peut accepter, et ce parce que des menaces de mort pèsent sur sa personne pour le cas où une paix serait signée.

Mahmoud Abbas a durci sa position et a déclaré 1) qu’il n’acceptera de signer aucun accord de paix si la totalité de Jérusalem est, y compris la totalité de la vieille ville, avec les quartiers juifs et chrétiens, ainsi donc que le mur des lamentations, ne font pas partie de la future capitale de l’Etat palestinien, 2) il a catégoriquement refusé de reconnaître Israël comme l’Etat du peuple juif, et 3) il demande que les réfugiés palestiniens ainsi que tous leurs descendants s’installent en Israël et non pas dans leur futur Etat, ajoutant que personne d’autres que les réfugiés eux-mêmes ne peuvent renoncer à ce droit.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Plusieurs groupes islamistes opposés à la reconnaissance de l’existence d’Israël et à toute signature de paix ont annoncé qu’« à l’instant où il [Abbas] signera une paix avec l’entité sioniste, il pourra compter les minutes qui lui restent à vivre ».

Tzipi Livni, qui a pourtant publiquement et à plusieurs reprises apporté son soutien à Abbas comme partenaire viable pour la paix — s’est fait l’écho des déclarations d’un John Kerry dépité, ce vendredi 24 janvier qui a expliqué, depuis Davos, que « si [les Palestiniens] échouent à créer leur Etat maintenant, il n’y a aucune garantie qu’une autre chance se présente d’ici un long moment.”. Sans plus élaborer, il a également insisté sur le fait que pour arriver à un résultat, les deux parties devraient prendre les “courageuses décisions pour choisir ce qui est honnête et qui peut marcher.”

Sous les pressions, Abbas a déclaré qu’il pourrait accepter que « quelques israéliens qui vivent dans des implantations qui doivent revenir aux Palestiniens puissent rester vivre dans le nouvel état », mais a rejeté la totalité des points bloquants.

L’impatience du gouvernement israélien pourrait bien conduire ce dernier à se positionner derrière les traités internationaux qui interdisent à l’ONU de donner aux Palestiniens une partie de la terre réservée à l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif, chose qu’il n’a encore jamais faite.

Plusieurs voix au gouvernement réclament l’annexion pure et simple de la zone C en Judée Samarie. La Judée et la Samarie ont été divisées en trois zones A,B et C par les accords d’Oslo. La zone C est celle où résident tous les juifs et seulement 4% d’arabes. Annexer la zone reviendrait à mettre toutes les implantations en Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz