FLASH
NIgeria : Boko Haram attaque un village apparemment chrétien : 15 morts  |  Merkel s’incline devant Trump : elle demande un compromis sur les échanges commerciaux et les dépenses militaires  |  Autriche #Vienne : un migrant musulman qui préparait un attentat à la bombe arrêté il y a 2 heures  |  Donald Trump vient de devenir le 45e président – et il rappelle déjà ses promesses  |  Au moment de l’investiture de Donald Trump, la bourse progresse encore : les petits retraités retrouvent des couleurs !  |  #Melbourne: selon des témoins, le conducteur au nom grec a bien crié Allahu Akbar en fonçant sur la foule  |  La gauche fasciste tente d’empêcher les Américains de se rendre à l’inauguration de Trump  |  Australie #Melbourne : Un homme lance sa voiture sur la foule : 3 morts, 27 blessés  |  Gambie : le département d’Etat américain demande à ses ressortissants de quitter le pays – risque de conflit armé  |  Trump entend faire de son discours inaugural sa vision philosophique pour l’Amérique  |  Benjamin Netanyahu fait l’objet d’une enquête de la police dans au moins 4 dossiers  |  Marwan Abu Ras (Hamas) : « les juifs recrutent des prostituées et des filles qui ont le SIDA pour attraper les Arabes »  |  Trump : je n’ai pas oublié ma promesse de déplacer l’ambassade à Jérusalem, je suis quelqu’un qui tient promesse  |  Mali : al Qaïda revendique l’attentat qui a fait 47 morts  |  Mali : l’attentat contre le camp du MOC atteint maintenant 77 morts…  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 13 mars 2014
Photo prise en 2001
Photo prise en 2001

Enfermées dans des palaces dorés depuis 13 ans sous la « protection » d’un de leur demi-frère, les princesses saoudiennes en captivité ont lancé un appel à l’aide pour dénoncer que leur père, le roi d’Arabie Saoudite, les retient contre leur gré dans un palace royal de Jeddah.

Leur mère, divorcée du roi et vivant à Londres, a écrit au Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour qu’il intervienne – en vain.

Sahar, 42 ans, et Jawaher, 38 ans, affirment qu’elles ne sont autorisées à sortir que pour acheter de la nourriture – et seulement si elles en reçoivent la permission. L’Arabie saoudite est le pays au monde où les droits des femmes sont les plus bafoués.

Les princesses Sahar, Jawaher, Hala 39 ans, et Maha 41 ans, sont enfermées dans un palais royal gardé jour et nuit par des hommes armés et des miradors depuis 13 ans. Le 8 mars, Le Sunday Times anglais a reçu un email indiquant que les deux princesses et leurs sœurs sont retenues captives dans des villas séparées du palais royal de Jeddah.

Les princesses Sahar et Jawaher vivent dans le palace sous les ordres de leur demi frère, que le roi a chargé de « veiller sur elles ». Elles ne semblent cependant pas avoir une vie bien différente de celles des autres femmes saoudiennes dont beaucoup n’ont jamais reçu l’autorisation de sortir de chez elles.

Leur mère, Alanoud Alfayez a plusieurs fois tenté de contacter l’ONU à l’aide. Le haut commissaire aux Droit de l’homme pouvait intervenir. Mais l’Arabie saoudite, avec son terrible bilan en matière de respect des Droits de l’homme, a reçu un siège, comme de nombreuses dictatures, au conseil des Droits de l’homme de l’ONU, qui est devenu une farce tragique de validation des pires abus.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Dans un email et des appels téléphoniques envoyés au Sunday Times, Sahar et Jawaher ont indiqué que leurs sœurs Hala et Maha sont également enfermées, sans communication avec le monde extérieur, dans des villas séparées du palace de Jeddah, » indique le quotidien.

“Nous nous regardons mutuellement disparaitre dans le néant » ont-elles écrit dans l’email, ajoutant que leur sœur Hala, 39 ans, qui est enfermée seule dans une autre villa, leur a dit que « sa raison lui échappe et que la vie la quitte lentement”.

Une quatrième sœur, Maha, 41 ans, est également enfermée dans une autre villa du palais, ont-elle déclaré.

Le choquant SOS des filles du roi d’Arabie Saoudite soulève un bord du voile de la vie très secrète de la famille royale d’un pays où les femmes vivent une vie misérable.

Leur appel au secours, très inhabituel, et leur espoir d’être libérées sous la pression de la communauté internationale semble avoir, selon les personnes familières avec la société royale saoudienne, extrêmement peu de chances de se réaliser.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz