FLASH
Boston : Attaque au couteau au Collège Emerson, 6 blessés, les 2 assaillants sont en fuite | Motivation terroriste probable, dans l’attaque mortelle de Burlington qui a fait 5 morts | Budapest : Explosion d’un bombe, il y aurai plusieurs victimes | Le New York Times soutient officiellement Hillary Clinton – encore un média neutre ! | New York : en marge de l’AG de l’ONU, Netanyahou rencontrera Clinton et Trump dimanche – séparément | Un terroriste palestinien condamné à 9 ans de prison par Israël pour avoir poignardé et blessé 2 Israéliens | Terrorisme : une jeune femme de 22 ans soupçonnée de préparer un attentat a été arrêtée à #Molenbeek | Terrorisme : La sœur de Fabien Clain, « voix » de Daesh, a été mise en examen et placée sous mandat de dépôt | Pantin (93) : La famille de la femme voilée abattue est liée au grand banditisme | La police de Burlington, Washington dit que rien ne démontre encore que la tuerie du centre commercial est un acte de terrorisme islamique | Une dizaine d’armes de poing ont été volées par 3 personnes, dont 1 militaire, à la base militaire d’Istres | Etats Unis : un homme tue 5 personnes dans un centre commercial de Burlington, Washington – recherches en cours | F. Hollande : « la France ne sera pas un pays où l’on trouve des campements » – donc on trouvera des campements | Ted Cruz annonce qu’il va voter pour Donald Trump | A 2 jours du premier débat, Clinton est en tête dans tous les Etats dont elle a besoin pour gagner |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 13 mars 2014

antifa-1

Michel Garroté, réd en chef  –-  L’ultragauche qui sévit à Nantes comme à Sciences-po (cf. sources) ne cache pas ses accointances avec les émeutiers affrontant la police. Sur un site (cf. sources) on trouve même un appel à soutenir les émeutiers de Forbach, qui affrontent les forces de l’ordre : « A Behren-les-Forbach en Moselle dans la nuit de lundi à mardi 11 mars, un groupe de personnes cagoulés a attaqué la mairie à coups de pierres et de cocktails Molotov ainsi que plusieurs voitures garées sur le parking, défoncé plusieurs commerces dont une enseigne de La Poste, incendié des poubelles tout en s’affrontant sporadiquement avec les gendarmes.

Un véhicule des pompiers a été caillassé lorsqu’ils sont arrivés pour éteindre les flammes de la révolte. Cinq gendarmes ont été blessés suite aux affrontements; aucune arrestation n’a eu lieu. L’Etat a dépêché les grands moyens en quadrillant la zone de bleus et en faisant tourner un hélico au-dessus du quartier à la recherche des assaillants. Plus que jamais, solidarité avec les émeutiers ! ».

Pour mémoire, le jeudi 13 février 2014, 27 rue Saint Guillaume, c’était l’effervescence (cf. sources). C’est le forum des municipales qui fait intervenir les candidats à la mairie de Paris dans l’établissement. Parmi eux, le candidat FN, Wallerand de Saint-Just. Et c’est lui qui fait causer. Car la venue d’un homme politique du Front National est toujours tendue à Sciences Po. Pour plusieurs groupes de gauche, les représentants du Front National n’ont pas le droit de s’exprimer dans cette enceinte. Pour les présidentielles, l’accueil réservé à Jean-Marie Le Pen en 2007 et à Marine Le Pen en 2012 fut très hostile. Le 27 novembre dernier, sous leurs pressions et leurs menaces, un débat sur l’Europe a été annulé, parce que Florian Philippot y avait été invité. Cette annulation n’a pas été du goût de beaucoup d’étudiants de Sciences Po, mais personne n’a osé réagir, au-delà des protestations.

Ce jour-là, ils veulent recommencer, crier qu’aucun intervenant du Front National n’a sa place à Sciences Po et que leurs idées « ne doivent pas être débattues, mais combattues ». « Ils » ? Entre autres, le PS et son mouvement jeunesse, le MJS, EELV, le Front de Gauche pour les partis politiques, l’UNEF et Solidaires pour les syndicats étudiants. Ces groupes ne s’aiment pas trop. Pour les élections étudiantes, l’UNEF (gauche jusqu’au Front de Gauche) mettait en garde contre Solidaires et son opposition contreproductive. Pour Solidaires (SUD, proche du NPA), les jeunes de l’UNEF Sciences Po sont des installés qui ne peuvent accepter la lutte des classes. Mais aujourd’hui, on accepte la présence des sociaux-traîtres dans les rangs, on est moins sectaire que d’habitude, car il faut combattre le Front National. Le « Rassemblement contre l’extrême-droite » est prévu à 16 heures.

Ils étaient là dès 13 heures dans le hall principal de l’établissement, la « Péniche », comme l’appellent les étudiants de Sciences Po. Ils ont imprimé un millier de tracts anti-FN, distribués à tous les étudiants présents. En raison de la venue des personnalités politiques, les entrées dans l’établissement sont filtrées, il faut montrer sa carte d’étudiant. Les renforts du syndicat Solidaires et autres antifascistes extérieurs à Sciences Po sont dehors, devant le 27 rue Saint Guillaume, guettant l’arrivée des représentants du FN.

La vingtaine d’étudiants s’échauffe et crie en cœur les slogans « Pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers », « Fachos hors de nos vie », « Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’immigrés ». Des étudiants s’attroupent, mus par la curiosité. Les étudiants commentent, mi-amusés, mi-éberlués : « Qu’est-ce qu’ils sont contreproductifs » soupire l’un d’eux. Un étudiant étranger abonde : « En France, c’est la gauche la plus bête du monde ». Un autre dénonce la violence des slogans. On se garde tout de même de contre-manifester, par crainte des représailles. Le personnel de Sciences Po est nerveux, il craint des échauffourées. Ça hurle dedans et à l’extérieur.

Les slogans sont opportunément axés sur Clément Méric. Beaucoup l’ont connu et se souviennent. Pour les uns, c’était un camarade, un compagnon de lutte contre l’extrême-droite. D’autres, qui ont eu de mauvaises expériences avec lui, le décrivent comme un étudiant agressif avec ceux qui ne pensaient pas comme lui.

Il est 16 heures largement passé. Quelques jeunes hommes, au style élégant, entrent dans Sciences Po. Propres sur eux, ils se fondraient dans la masse. Ils se dirigent vers la file de droite réservée aux invités, qui mène vers l’amphithéâtre où a lieu le débat. Ils attendent pour entrer. Il s’agit de trois jeunes représentants du FN, candidats sur Paris, mais les étudiants ne les reconnaissent pas. Un manifestant s’approche. « C’est vous les fachos ? ». Les trois ne cachent pas leur appartenance frontiste. Les slogans dûment répétés fusent alors, harmonieusement orchestrés par les représentants de l’Unef et de Solidaires. Le vacarme devient insupportable et s’entend dans les salles de cours.

« Nous sommes tous des enfants d’immigrés. Première, deuxième, troisième génération ! » est leur slogan favori. « Nous sommes tous des enfants d’immigrés. Première, deuxième, troisième génération ! », répètent-ils en cœur. Un étudiant s’amuse du fait que les manifestants hurlant soient tous « très français ». Pour son voisin, un « nous sommes tous des enfants de bourgeois » aurait été plus approprié. Tandis que les étudiants UNEF/Solidaires leur font face derrière la démarcation, les jeunes représentants du FN ont l’air interloqués, puis hilares, et observent ce joyeux baroud, fascinés par tant d’intérêt pour leurs personnes. Puis, amusés, ils filment le comité d’accueil avec leurs téléphones portables.

Les cris continuent jusqu’à l’entrée des jeunes FN dans l’amphithéâtre. Désormais, on attend Wallerand de Saint-Just. Va-t-il arriver bientôt ? Vous êtes sûrs qu’il va entrer par là ? Peut-être qu’on l’a fait entrer par l’arrière ? Comme le Cardinal Barbarin, autre « indésirable » ? En effet, en avril dernier, ces mêmes groupes de gauche avaient choisi de troubler la venue du Cardinal Barbarin. Le prétexte, alors, est que la Manif pour Tous serait « homophobe ». Le communiqué unitaire (PS-MJS-EELV-Front de Gauche-NPA-collectif féministe « GARCE »-UNEF-Solidaires- l’association LGBT de Sciences Po « Plug n’Play ») désigne « Barbarin » (tout court) comme étant « l’un des homophobes les plus écoutés de France ». Le communiqué menaçait d’avance : « Dans ce contexte, nous nous sentons insultés par sa venue à Sciences Po ». Le jour de la conférence, l’ambiance était électrique. Mais les groupes qui attendaient Mgr Barbarin ne l’ont jamais vu venir : tandis qu’ils se massaient tous au 27 Rue Saint Guillaume, le cardinal est entré par la porte de la rue opposée.

Cette nébuleuse de gauche se définit par un anticatholicisme virulent qui s’est renforcé lors du débat sur le mariage gay. Le Centre Saint Guillaume (CSG) est l’aumônerie catholique de Sciences Po. C’est la plus ancienne des associations reconnues à Sciences Po. En novembre 2012, des jeunes de l’aumônerie distribuent des prospectus pour la Manif pour Tous à Sciences Po, chose assez rare dans une école plus habituée aux tractages des divers groupes de gauche et d’extrême-gauche. Une initiative assez courageuse de leur part : aucune autre association reconnue de Sciences Po, ni politique, ni religieuse (ni l’association musulmane, ni l’association juive) n’avait osé diffuser les tracts Manif pour Tous en son nom. Afin de respecter le règlement de l’école, l’aumônerie a apposé son logo sur les flyers.

Voir des tracts de la Manif pour Tous à Sciences Po déclenche la fureur de groupuscules d’extrême gauche. Ils essaient de faire interdire par l’administration le tract pour « homophobie ». Raté. Mais leur colère ne s’éteint pas. Réactions violentes contre les personnes, menaces de dissolution de l’aumônerie catholique : l’hostilité est vive. Après la mort de Clément Méric, l’aumônerie de Sciences Po est taguée d’un « Zone antifasciste ». La tension est alors à son paroxysme. Les cathos sont jugés un peu coupables pour Méric. Bien que soutenue dans son bon droit par la direction de Sciences Po, l’aumônerie, confrontée à l’animosité toujours vive de ces militants de gauche, décide de faire profil bas. En raison de ce climat d’hostilité aiguë, l’aumônerie a prié Tugdual Derville d’intervenir dans d’autres locaux que ceux de Sciences Po pour présenter le mouvement Écologie Humaine.

Mais revenons à la mobilisation anti-FN. Wallerand de Saint-Just est déjà à l’intérieur de l’amphithéâtre, les protestataires ont raté son arrivée. Ils se rapprochent alors de la porte de l’amphithéâtre pour crier leurs slogans, sûrement de manière à être entendus de l’intérieur. Le vacarme continue. Anne Hidalgo sort de l’amphithéâtre (les candidats arrivant en décalé). Elle est entourée de journalistes, mais n’est clairement pas au centre des attentions. Seul le FN préoccupe les étudiants. Avant qu’elle ne quitte les lieux, une question lui est posée sur l’action de ces jeunes qui manifestent depuis tout à l’heure contre le FN. « Si j’étais étudiante, j’aurais sûrement fait ce qu’ils font », avoue-t-elle admirative. Ironie du sort, après ces déclarations, la candidate socialiste est accueillie dehors par les cris des antifascistes contre elle et son parti. On est toujours le facho de quelqu’un.

A l’extérieur, ça piétine. Les antifas n’ont pas vu passer le candidat FN, ils le savent à l’intérieur, ils bouillent. Les appariteurs qui contrôlent les entrées ont du mal à contenir les masses. Soudain, leur barrière humaine cède : les antifascistes viennent de rentrer de force à Sciences Po. Gros mouvement de foule. Panique. Des appariteurs sont frappés. Coups, bousculades. Les antifas forcent le passage au mépris du règlement de l’établissement. Ils se frayent un chemin à coups de bras. Ils se rassemblent à l’endroit où se trouvaient les étudiants anti FN de Sciences Po. Les élèves s’écartent sur leur passage. Ils déploient une banderole « Fachos, hors de nos vies » et vocifèrent leurs slogans sous les yeux médusés des étudiants de Sciences Po.

Ils sont une vingtaine. Ils ne sont pas de Sciences Po. Ils ressemblent à des hooligans. Beaucoup sont gantés de noir, ils cachent leur visage, capuches enfoncées sur le crâne, regards implacables. Pendant de longues minutes, ceux-ci font une démonstration de force, imposant leurs cris de ralliement, déployant leurs banderoles. Les étudiants, en face d’eux, sortent leurs téléphones pour filmer cet étrange spectacle. Le personnel est dépassé.

Les élèves de Sciences Po qui manifestaient se retrouvent entre deux eaux. On leur a pris la place, mais ils ne condamnent pas les actions des antifas. « Ils ont juste des méthodes différentes des nôtres », se justifient des membres de l’UNEF. Les appariteurs essaient alors de faire sortir les antifas sans heurts. Ils font reculer les étudiants de Sciences Po pour laisser un passage. Les antifas évacuent alors les lieux la tête haute. Un moment de répit commence. Une fois les antifas dehors, toutes les sorties de Sciences Po sont soigneusement bouclées. Pas moyen d’entrer ou de sortir. Des étudiants se plaignent de ne pouvoir accéder à la cour, barrée par un grand gaillard du personnel visiblement très anxieux se justifiant ainsi: « Il y aurait pu y avoir des blessés tout à l’heure ! ».

C’est l’heure de sortie des cours, des foules d’étudiants sont amenés à circuler dans les couloirs, il faut donc rouvrir les passages. Les antifas cherchent à en profiter pour rentrer de nouveau. Sauf que cette fois, il y a les CRS, appelés à la rescousse. Un des antifas est complètement ivre. Quelques interpellations ont lieu. A l’intérieur, les groupes de gauche sont de nouveau en place. Le hall principal est bondé, entre les protestataires, les étudiants sortant de cours, ceux se rendant en cours, les curieux… la confusion règne. Un étudiant traverse le groupe des protestataires massés près de l’amphi, se trouve empêché dans ses mouvements.

Il se retourne et réagit de vive voix : « Je vais en cours, vous n’allez pas m’en empêcher, ça suffit ! ». Les étudiants de Solidaires admonestés baissent la tête. Cet étudiant est l’un des seuls à exprimer son indignation. En général, la peur des représailles paralyse ceux qui voudraient agir. Un élève s’est fait harceler dans l’établissement après avoir dénoncé dans le journal de Sciences Po les méthodes violentes de Solidaires. Un autre a été frappé par plusieurs individus qui lui reprochaient ses idées politiques et ne s’oppose plus publiquement désormais à leurs actions.

Quelques temps plus tard, le calme revient. Les gens se dispersent. Sans que cela soit remarqué, Wallerand de Saint-Just est reparti, NKM est entrée. La candidate de Front de Gauche, Danielle Simonnet, qui s’était félicitée de l’action anti-FN, est ignorée à sa sortie. Complicité de la gauche radicale, complaisance de la gauche institutionnalisée, impunité de la part de l’administration : les groupuscules violents d’extrême gauche ne sont pas inquiétés à Sciences Po.

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.ndf.fr/article-2/12-03-2014/quand-lextreme-gauche-fait-la-loi-a-sciences-po?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.UyB9Y84_1JI

http://lechatnoiremeutier.antifa-net.fr/solidarite-avec-la-revolte-a-behren-les-forach/

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz