FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 18 mars 2014

DCRI-3

Michel Garroté, réd en chef  —  Deux ans après les tueries perpétrée par Mohamed Merah à l’école Ozar-Hatorah de Toulouse et à Montauban, M6 révèle, mardi 18 mars 2014, qu’une information judiciaire a été ouverte fin janvier à l’encontre de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et non empêchement de crime.

Cette enquête, menée par deux juges parisiens, fait suite aux plaintes déposée par plusieurs membres de la famille d’Abel Chennouf, militaire abattu par le tueur au scooter en mars 2012 à Montauban.

Pointée du doigt depuis ces événements tragiques, la DCRI a déjà fait l’objet d’un rapport de l’Inspection Générale de la Police. Celui-ci avait relevé des défaillances objectives dans la surveillance de Mohamed Merah. Le jeune Toulousain était en effet connu des services de la DCRI dès 2006 pour ses liens avec la mouvance salafiste mais sa fiche avait été désactivée en 2010.

Ses multiples voyages dans des zones tribales ont ensuite poussé les renseignements à se pencher à nouveau sur son cas mais son entretien avec les policiers à son retour du Pakistan, quelques mois seulement avant les tueries, ne donnera rien. Au moment de son passage à l’acte, Mohamed Merah n’était plus surveillé par la DCRI.

« Nous voulons savoir qui a pris la décision d’arrêter la surveillance et le suivi de Merah alors que sa dangerosité était établie », a déclaré – à M6 – Me Béatrice Dubreuil, avocate de la famille d’Abel Chennouf. « Les familles sont en droit de demander ce qui s’est réellement passé », a-t-elle ajouté.

On peut également lire ou relire mon article du 9 août 2012 intitulé « Documents déclassifiés – Pour Mohamed Merah la France savait » (voir troisième lien en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/18/1842236-affaire-merah-la-dcri-dans-le-collimateur-de-la-justice.html

http://www.metronews.fr/info/affaire-merah-une-information-judiciaire-vise-la-dcri/mncr!sRSzUJgZkjhGo/

http://www.dreuz.info/2012/08/documents-declassifies-pour-mohamed-merah-la-france-savait/

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz