FLASH
Le Charles-de-Gaulle et 24 Rafale ont été mobilisés en vue d’une prise de Mossoul | Vienne : 1 individu d’origine turque fonce dans la foule en criant «Allah Akbar» | Silence Médias – La racaille déboule, scène de guerre civile à Saint-Etienne | France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 26 mars 2014

url

On ne peut tirer d’un premier tour d’élections municipales des conclusions trop vastes. J’ai voulu laisser passer le tumulte du premier jour avant de dire quoi que ce soit.

Je me contenterai de noter quelques points ici.

D’abord, la victoire revient à l’abstention. Celle-ci n’a, je crois, jamais été aussi élevée dans des élections locales. Elle renvoie à un désintérêt vis-á-vis de la politique, et celui-ci recoupe un sentiment général de pessimisme et d’impuissance qui se lit dans toutes les enquêtes d’opinion depuis des années. Non seulement un nombre croissant de Français ne croient plus que les dirigeants politiques servent à quelque chose ou sont à même de s’intéresser à davantage qu’à leur propre carrière, mais un nombre croissant de Français ne croit plus en l’avenir du pays. J’ai parlé ici plusieurs fois de dépression nerveuse collective, et le terme semble plus que jamais adéquat.

Ensuite, la défaite est celle du parti socialiste, et il s’agit d’une défaite écrasante. Le parti socialiste paie les promesses ineptes et vaines faites par Hollande en 2012, promesses qu’il ne pouvait pas tenir et qui étaient imprégnées de dogmes marxistes archaïques destinés à se fracasser contre la réalité. Le parti socialiste paie aussi ses délires et ses volontés de remodeler la société, qu’il s’agisse de la légalisation du mariage homosexuel, rebaptisé par un propagandiste inspiré « mariage pour tous », de la dissémination hypocrite et inavouée de la théorie du genre à l’école, ou de la suppression des peines plancher par une Ministre de la justice gauchiste et ressentimentale.

On voit mal comment le parti socialiste, et la cohorte hétéroclite de Verts couleur pastèque et d’anciens communistes mal recyclés qu’il traîne derrière lui pourront se relever.

Ils n’ont pas de projet de rechange, car ils ont déjà essayé tout ce qu’ils avaient en réserve. Ils n’ont plus la moindre crédibilité. Ils peuvent changer de têtes au sein des ministères. Des têtes vides peuvent remplacer des têtes vides. Ce n’en seront pas moins des têtes vides. Et les discours tenus depuis dimanche soir sont navrants de stupidité. On croirait entendre des vieux disques rayés, en une époque où le disque est en voie de disparition. Ces gens sont censés être là jusqu’en 2017. S’il n’y a pas, entre temps, de troubles majeurs, ce sera que la dépression nerveuse est plus grave encore que je pense qu’elle est. Mais au point où nous en sommes tout est possible.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

En troisième lieu, on voit le Front National s’implanter plus nettement, mais son implantation est elle-même un symptôme de la dépression.

Le Front National, de fait, s’implante surtout dans les régions ouvrières et minières en déshérence, et dans les villes touchées par une immigration non intégrée qui fait monter la délinquance. Il promet aux ouvriers du travail pour les Français et de la fermeture des frontières censée faire revenir les emplois industriel, et aux gens touchés par la délinquance davantage de fermeté et une autre fermeture des frontières, celle censée fermer les portes aux migrants d’Afrique et du Maghreb. Il ne pourra tenir ses promesses, parce que les industries parties ne reviendront pas, parce que la France ne peut plus fermer ses frontières, et parce que les migrants non intégrés sont, souvent, Français. Le vote Front National est un vote de désespoir et de crispation. Le situer à l’extrême droite relève d’une analyse hâtive et caricaturale. Il est plus complexe et, aussi, plus sombre que cela. Il est imprégné d’une incompréhension de l’économie aussi grande que celle qui imprègne la gauche socialiste, et d’une incompréhension préoccupante de l’évolution du monde. Il n’ouvre aucune perspective.

En quatrième lieu, l’UMP réalise de très bons scores, mais ces scores sont réalisés surtout par défaut, par rejet de ce qu’incarnent le parti socialiste et sa cohorte. Ils n’indiquent pas une adhésion, parce qu’il n’y a pas vraiment quoi que ce soit qui puisse être susceptible de susciter une adhésion. Il n’y a ni programme ni la moindre unité. Qu’ont en commun Alain Juppé et Jean François Copé, Nathalie Kosciusko Morizet et Claude Goasguen ? Assez peu.

La présidence de Nicolas Sarkozy a été infiniment plus digne que celle de François Hollande, qui doit son arrivée à l’Elysée au priapisme de monsieur Strauss Kahn et qui semble plus à sa place sur un scooter rue du Cirque qu’à une tribune officielle, mais il n’empêche, la présidence de Nicolas Sarkozy a été médiocre, et sans cohérence.

Pour que l’UMP revienne au pouvoir autrement que par défaut, il faudrait bien davantage. Un projet. Une vision du monde. Une capacité d’expliquer les enjeux et de dire avec courage où en est ce pays. Nous en sommes loin. Si nous ne nous en rapprochons pas, le naufrage dans lequel sombre la France risque fort de se poursuivre dans les années à venir, et la dépression nerveuse risque de s’exacerber. Rien ne serait pire que de prochaines élections gagnées par défaut, parce qu’en face il n’y a personne. Serait-ce pire que ce qu’il y a présentement ? Oui, je le crains. Non pas parce que l’UMP ferait plus mal (c’est impossible), mais parce qu’il semblerait alors qu’il n’y a aucune issue.

Le livre que je publierai bientôt sera une ébauche d’explication des enjeux et de la situation d’ensemble. Il indiquera dans quelle direction il faudrait aller. Il dira pourquoi l’horizon est porteur de teintes lugubres. Il dira aussi d’où pourraient encore venir quelques clartés, mais il se fait tard. Il se fait vraiment tard.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz