FLASH
Le Charles-de-Gaulle et 24 Rafale ont été mobilisés en vue d’une prise de Mossoul | Vienne : 1 individu d’origine turque fonce dans la foule en criant «Allah Akbar» | Silence Médias – La racaille déboule, scène de guerre civile à Saint-Etienne | France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 27 mars 2014

Ioulia-Timochenko-1

Michel Garroté, réd en chef  —  L’enregistrement d’une conversation téléphonique a été publié sur You Tube dans lequel l’ancienne Première ministre Ioulia Timochenko a déclaré que l’Ukraine devrait prendre les armes et tuer les Russes. Les interlocuteurs de l’enregistrement sont Ioulia Timochenko, à peine libérée de prison par les rebelles de Maidan, et l’ex-vice-ministre de la sécurité nationale et de la défense du pays, Nestor Shufrich.

La voix authentifiée de Ioulia Timochenko dit « je serais prête à prendre une mitrailleuse et aller tirer sur ce bâtard en pleine tête (ndmg – Poutine). Cela dépasse les bornes, maudis soient-t-ils, nous devons prendre les armes et aller se faire les katsap (nom péjoratif donné aux Russes en Ukraine), ainsi que leur chef ! Dommage que je n’ai pas pu conduire les opérations, il n’y aurait pas eu moyen qu’ils mettent la main sur la Crimée. J’aurais trouvé une façon de me faire ces maudits russes et j’espère avoir l’occasion de faire participer tous les gens qui me connaissent pour mobiliser le monde entier dès que je le pourrais, pour qu’il ne reste de cette maudite Russie qu’un champ brûlé. Bon sang, il faut se les faire à l’arme nucléaire ». Ioula Timochenko a confirmé l’authenticité de la bande enregistrée.

Ioulia-Timochenko-2

Une femme escroc multimillionnaire

Diplômée d’économie de la faculté de Dnipropetrovsk (la troisième ville d’Ukraine), Iouli Timochenko n’a pas mis longtemps à assimiler toutes les subtilités de la finance internationale. Un an après l’indépendance du pays, elle crée à Chypre, le 8 octobre 1992, la société Somolli Enterprises, qui va rapidement accueillir 140 millions de dollars.

La manne provient de United Energy Systems of Ukraine, une compagnie justement dirigée par Ioulia Timochenko qui achète du gaz à la Russie et le distribue dans la région de Dnipropetrovsk. Elle a été placée à ce poste stratégique par Pavel Lazarenko, ministre de l’Énergie, puis Premier ministre de l’Ukraine en 1996-1997. « Dans les demandes d’entraide judiciaire envoyées dès mars 1997 par Kiev à Berne, elle est même présentée comme sa maîtresse », se souvient un magistrat suisse.

Ioulia Timochenko, la trentaine, est alors brune, sans ses tresses typiques. « Elle a été relookée depuis par des conseillers occidentaux, sans doute des Américains, pour jouer les paysannes ukrainiennes », constate Emilia Nazarenko, correspondante à Genève du quotidien ukrainien Den. Avant de devenir l’égérie de la révolution Orange, Ioulia Timochenko penchait davantage pour le grand voisin russe.

Quant à Pavel Lazarenko, soupçonné de détournements de fonds, il préfère prendre la fuite. En décembre 1998, il est arrêté à Bâle (Suisse) en possession d’un passeport panaméen. Le juge d’instruction genevois Laurent Kasper-Ansermet, en charge du dossier, est contraint de jouer au Petit Poucet pour tenter de localiser les fonds détournés. L’argent part de Chypre vers quatre cantons suisses, Fribourg, Genève, Vaud et Zurich.

L’un des comptes bancaires concernés a été utilisé pour plus de 2’500 opérations. Les millions se dispersent ensuite en direction de la Pologne, des États-Unis et de la petite île d’Antigua, dans les Caraïbes. Finalement, Pavel Lazarenko devient en 2000 le premier homme politique condamné en Suisse pour blanchiment. Arrêté ensuite aux États-Unis, l’ancien Premier ministre écope de 9 ans de prison en 2006 en Californie, également pour blanchiment. Au départ, Ioulia Timochenko apparaît dans la procédure américaine comme co-conspiratrice, mais, fort curieusement, elle est ensuite blanchie.

Mais la libération de Timochenko ne doit pas faire illusion. Elle reste toujours très contestée. Fort peu d’Ukrainiens voteraient aujourd’hui pour elle. Les ennuis de La princesse du gaz, pour reprendre le titre du livre du journaliste allemand Frank Schumann, paru en 2013, ne sont pas pour autant terminés. Un cabinet d’avocats londonien mène actuellement des investigations, notamment en Suisse et aux États-Unis, pour retrouver les centaines de millions de dollars qu’aurait cachés Ioulia Timochenko.

Ioulia-Timochenko-3

Ioulia Timochenko candidate à la présidentielle

« Je prévois d’être candidate au poste de président ». C’est en ces termes que la givrée narcissique de la Révolution orange a annoncé qu’elle serait candidate à l’élection présidentielle prévue en Ukraine le 25 mai prochain. Une annonce attendue depuis le 22 février dernier, date à laquelle Ioulia Timochenko, 54 ans, ex-opposante politique et ancienne Première ministre ukrainienne, avait été libérée de prison où elle était incarcérée pour abus de pouvoir depuis 2011.

« Aucun des hommes politiques ukrainiens qui se préparent à être candidats à la présidence ne prend la mesure de l’anarchie et ne s’apprête à l’arrêter », a-t-elle osé déclarer, en toute modestie, jeudi 27 mars 2014. Et de préciser qu’elle allait solliciter les députés de son parti Batkivchtchina (Patrie) qui doit tenir son congrès le samedi 29 mars.

Reconnaissable à ses cheveux teints en blond et à sa longue tresse, Ioulia Timochenko a été découverte par les médias en 2004, lorsqu’elle était membre de la coalition qu’elle formait alors avec le pro-européen Viktor Iouchtchenko. Mais les années de pouvoir avaient progressivement défait cette alliance, essentiellement à cause de Ioulia Timochenko, jusqu’à la présidentielle de 2010, qui avait vu le retour victorieux du pro-russe Ianoukovitch.

Ioulia Timochenko a été condamnée en 2011 à sept ans de prison, pour avoir signé en tant que chef du gouvernement un accord gazier avec la Russie défavorable pour son pays. Elle a aussi été soupçonnée de complicité dans le meurtre d’un député.

Le fait est qu’Ioula Timochenko est opportuniste, manipulatrice et narcissique. Elle a notamment dirigé, à l’époque de l’URSS, une importante compagnie énergétique, bénéficiant du monopole de l’importation de gaz russe en Ukraine après l’indépendance du pays en 1991.

Comme écrit plus haut, elle coopérait alors étroitement avec Pavlo Lazarenko, ex-Premier ministre aujourd’hui incarcéré aux Etats-Unis pour escroquerie et blanchiment d’argent, ce qui avait valu à Ioula Timochenko de faire l’objet d’enquêtes judiciaires en Russie et en Ukraine. Et comme susmentionné, des avocats mènent actuellement des investigations pour retrouver les centaines de millions de dollars cachés par Ioulia Timochenko.

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.infowars.com/yulia-tymoshenko-8-million-russians-in-ukraine-must-be-killed-with-nukes/

http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-le-passe-tres-trouble-de-ioulia-timochenko-27-02-2014-1796103_24.php

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203402597922-ukraine-ioulia-timochenko-candidate-a-la-presidentielle-660234.php

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz