FLASH
Egypte : 5 membres des forces de sécurité ont été tuées par des terroristes dans le Sinaï  |  Hamon en tête autour de 35%, Valls environ 30 %, Montebourg 25 %, Peillon 5%  |  Trump et Netanyahu discutent en ce moment du déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem  |  Netanyahu a en fait autorisé la construction de 566 logements pour les juifs, et 105 pour les arabes à l’est de Jérusalem  |  Netanyahu lève toutes les restrictions politiques et administratives aux constructions en Judée Samarie ex-Cisjordanie  |  Primaire socialiste estimation : Hamon et Montebourg  |  Un qui ne sera pas mentionné par les médias : « L’élection de Trump a sauvé le monde d’une terrible guerre » – Kusturica  |  Quand les médias cherchent des excuses à la très faible participation à la primaire socialiste, c’est que tout va bien  |  Jérusalem donne le feu vert pour la construction de 671 logements à Ramat Shlomo, en Judée juive comme son nom l’indique  |  Selon deux de nos sources, l’annonce officielle du déplacement de l’ambassade US à Jérusalem sera faite demain  |  Nouveau malaise à BFMTV quand Bercoff informe le public que les manifestants anti-Trump sont payés par Soros  |  David Friedman, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, habitera à Jérusalem  |  Primaire socialiste : des étrangers et des mineurs de 16 ans autorisés à voter pour masquer leur désert électoral  |  Boum : 400 000 votant à mi-journée de la primaire socialiste (744 000 en 2011), le bateau coule coule coule  |  Boum: 400 000 votants à midi pour la primaire de la gauche contre 1 138 000 à la primaire de la droite  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 22 septembre 2016

Deux policiers belges ont été interpellés par des homologues français pour « aide à l’immigration illégale ».

Dans leur véhicule se trouvaient des migrants arrêtés quelques heures plus tôt en Belgique.

L’affaire irrite en haut lieu. Deux policiers belges ont été sommés de s’expliquer après avoir été interpellés mardi en France par des fonctionnaires français avec à bord de leur véhicule une dizaine de migrants qu’ils ramenaient, dans le cadre de leur fonction, à la frontière franco-belge. Un arrestation due à une simple erreur d’orientation.

L’histoire débute mardi matin. Un chauffeur de camion en provenance de la France entend des bruits dans sa remorque. Il prévient alors les policiers belges qui vont découvrir à l’intérieur de cette dernière treize migrants d’origine syrienne et irakienne. Ils cherchaient à rejoindre la Grande-Bretagne et sont visiblement montés dans le mauvais camion.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

4 heures d’audition

Depuis février dernier, la Belgique a rétabli les contrôles à sa frontière. La procédure veut qu’en cas d’interpellation de migrants, ils soient reconduits au plus près de la frontière de leur pays de provenance, la frontière franco-belge dans ce cas-là. Les migrants sont alors répartis dans deux fourgons de police belge. Direction la France.

En roulant, un policier dépasse la frontière et pénètre sur le territoire français, à Nieppe, dans le Nord.

« Les collègues ne se sont pas particulièrement rendus compte qu’ils avaient passé la frontière d’une cinquantaine de mètres », détaille Vincent Gilles, président SLFP Police, un syndicat de policiers belges. Ils sont alors interpellés par les Français qui leurs demandent de les suivre au commissariat d’Armentières pour être auditionnés. Une audition qui va durer quatre heures.

Réprobation de la France

Ils ont expliqué à leurs collègues français qu’ils reconduisaient les migrants à la demande de leur hiérarchie. Aucune poursuite ne va être entrepris contre les fonctionnaires belges mais agace du côté de Bruxelles. « Rendez-vous compte quatre heures, sans avocat, sans pouvoir avoir un interprète, il faut signaler que ce sont des collègues néerlandophones, en Belgique on parle trois langues, et sans avoir de copie de la déclaration qu’on leur a imposé de faire », déplore le syndicaliste.

Du côté de la France, cette affaire a provoqué un certain malaise. Les autorités ont exprimé « leur plus vive réprobation » et assure que cette interpellation est « une initiative qui n’est pas conforme aux pratiques habituelles de travail entre la France et la Belgique ». Très irrité par cet incident, le ministre de l’Intérieur français a convoqué mardi l’ambassadeur de Belgique en France.

Bernard Cazeneuve a également appelé son homologue belge dans la soirée pour lui faire part de son désaccord au sujet des consignes reçues par les policiers belges. On s’interroge place Beauvau quant à la possibilité d’engager des poursuites contre eux. Si les fonctionnaires estimaient procéder à une reconduite à la frontière, le ministère avance des conditions particulières bien définies pourtant préalablement entre les deux pays.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Bfmtv

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz