FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 16 novembre 2016

Le Parlement égyptien a approuvé mardi soir un projet de loi régulant les activités des ONG en Egypte, un texte controversé qui relance les inquiétudes concernant la répression de la société civile.

Le projet de loi, présenté par un peu plus de 200 députés, a été « envoyé au Conseil d’Etat » qui doit donner son avis sur le texte et peut proposer des amendements, selon le site internet du Parlement, qui sera amené à voter une nouvelle fois sur la question.

Depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, les autorités répriment toute forme d’opposition, et n’hésitent pas parfois à prendre directement pour cible les organisations de défense des droits de l’Homme.

Le nouveau projet prévoit des peines allant jusqu’à cinq ans de prison et des amendes pouvant atteindre un million de livres égyptiennes (59 000 euros) pour tout contrevenant aux dispositions de la loi, selon les responsables de deux ONG égyptiennes qui ont pu consulter le texte.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Aucune organisation ne peut mener une étude, ou un sondage, sans obtenir une autorisation de l’Etat

« Les organisations ne pourront mener à bien aucune activité sans avoir l’autorisation préalable des autorités administratives », déplore Adel Ramadan, responsable juridique de l’Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR), estimant que le texte va également porter préjudice aux associations caritatives qui oeuvrent loin de la politique ou des droits de l’Homme.

« Aucune organisation ne peut mener une étude, ou un sondage, sans obtenir une autorisation de l’Etat », poursuit l’expert. « Et pour publier cette étude ou ce sondage, il faut aussi une autorisation », s’insurge-t-il. Les ONG étrangères devront également payer jusqu’à 300 000 livres (18 000 euros) pour s’installer en Egypte et devront renouveler leur permis au bout d’une durée impartie.

Le projet de loi prévoit une « Autorité nationale » regroupant notamment des représentants des services de sécurité, des renseignements et de l’armée pour gérer toute question relative aux financements venus de l’étranger ou aux activités des organisations étrangères installées en Egypte.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : RTBF

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz