FLASH
[22/05/2017] Emmanuel Macron recevra Vladimir Poutine lundi prochain à Versailles  |  Correction de la police pour Tel Aviv: « ce n’est pas un attentat mais un accident »  |  Attentat terroriste à Tel Aviv à la voiture comme à Nice : 5 blessés, terroriste appréhendé  |  Suède : les migrants musulmans responsables de 9 agressions à main armée sur 10  |  Sur Twitter, une EXPLOSION de louanges pour le discours historique de Trump devant 50 pays musulmans  |  Un millionnaire algérien souhaite que les femmes portent des burkinis au Festival de Cannes  |  Allemagne : deux Turcs soupçonnés d’avoir violé une adolescente de 13 ans  |  [20/05/2017] Attentat des Champs-Elysées : un complice présumé du terroriste a été mis en examen et placé en détention provisoire  |  Islamophobie, voile à l’école : « les propos de Marlène Schiappa sont absolument scandaleux. C’est une aberration totale! » Alain Finkielkraut  |  La mascarade d’élection en Iran a permis la réélection de l’extrémiste Rouhani  |  [19/05/2017] Laurent Wauquiez renonce à se présenter aux législatives pour rester président de région  |  Israël : Le Chabak a arrêté cette nuit le chauffeur ambulancier arabe qui a fermé la route à un juif pour qu’il se fasse lyncher  |  Milan : un homme a poignardé un soldat et un policier  |  [18/05/2017] New York, Times Square, une voiture fonce sur la foule -1 mort 13 blessés – sans rapport avec le terrorisme selon la police  |  Dans quel sens, le blocus ? 3858 permis d’entrée en Israël depuis Gaza ont été délivrés hier. 0 dans l’autre sens : mort assurée  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 19 décembre 2016

Les laïcards européens qui s’opposent aux crèches, aux chants de Noël et veulent interdire le nom de Jésus ont trouvé un allié de choix pour les accompagner dans leurs délires antichrétiens : Erdogan, réputé pour sa grande tolérance envers les minorités chrétiennes de Turquie et son immense respect des droits de l’homme, de la liberté de la presse et de la liberté d’expression.

Les prisons du sultan d’Ankara sont d’ailleurs très, très overbooked !

Tandis qu’en Allemagne, le Bundesrat propose d’enseigner l’arabe dans les écoles, à Istanbul, les autorités turques ont interdit à une école allemande de chanter des chants de Noël et de célébrer la fête de la Nativité.

Dialogue interconfessionnel, dites-vous ? Réciprocité, croyez-vous ? Utopies occidentales !

Pour la première fois, les autorités turques ont formellement interdit l’enseignement des traditions de Noël, et ce, non dans une mosquée ou un institut turc, mais dans une école allemande d’Istanbul.

L’interdiction a été notifiée dans un e-mail adressé au chef du département du lycée allemand Liseli d’Istanbul.

La participation de la chorale de l’école au traditionnel concert de Noël, qui se déroule chaque année au Consulat général d’Allemagne, a été tout simplement annulée par la direction de l’école.

Il y a 80 enseignants d’allemand dans les lycées d’Istanbul, rétribués par les impôts allemands, dont 35 sont employés au lycée Liseli d’Istanbul. Cela représente une aide financière annuelle de plusieurs millions d’Euros.

L’école en question est une école de formation d’élites très réputée à l’étranger et fréquentée exclusivement par des étudiants turcs.

Interdire les chants de Noël dans un tel institut est un pas supplémentaire, voulu par le gouvernement d’Erdogan vers l’imposition d’une ligne conservatrice islamique dans les écoles de formation d’élites de la Turquie, où l’on forme la future classe dirigeante, que le président veut protéger de la contamination occidentale chrétienne. Cela ne l’empêche pas d’exiger de l’Europe chrétienne d’accélérer l’adhésion de la Turquie à l’UE. Les contribuables allemands financent donc malgré eux les futurs dirigeants islamistes.

Trop forte était la tentation d’Erdogan d’investir dans l’ultra-prosélytisme, même dans une école financée par un gouvernement étranger. Mais cette fois-ci, il y a eu une violation flagrante des accords bilatéraux culturels, selon lesquels il est explicitement prévu que l’Allemagne non seulement procure des enseignants allemands aux écoles de formation Turquie, mais assure aussi la promotion de la culture allemande, incluant la fête de Noël. Cette clause constituait la partie la plus significative des accords et elle vient d’être rompue.

Selon un email vu par la DPA (German news Agency), les professeurs ne sont même plus autorisés à prononcer le mot Noël dans leurs classes.

Les traditions et célébrations de Noël seront désormais bannies du programme scolaire. Plusieurs professeurs ont confirmé au magazine Spiegel avoir reçu l’instruction d’oublier les chants et les traditions de Noël. La direction de l’école a demandé aux professeurs d’enlever les calendriers de l’Avant de leurs classes.

Le journal Die Welt a commenté la situation en comparant le président turc au diabolique personnage de Grinch, le voleur de Noël du conte pour enfants du Dr Seuss.

 

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Et Berlin a exprimé (tièdement) sa consternation :

« Nous ne comprenons pas la décision surprenante prise par la direction du lycée Lisesi d’Istanbul » a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

« Il est regrettable que la tradition d’échange interculturel lors de la période de Noël ait été interdite dans une école partageant une longue histoire d’amitié turco-allemande. »

Les amitiés en politique se font et se défont au gré des intérêts, et aujourd’hui, c’est un vent contraire qui souffle en provenance du Bosphore.

Un avocat allemand, Sevim Dagdelen, du parti d’opposition, a qualifié la décision d’interdire les chants et les festivités de Noël de dictature islamique. Il n’a pas tort.

Merkel va-t-elle laisser son ami Erdogan poursuivre ses odieux chantages ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz