FLASH
[25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 15 février 2017

Message reçu cinq sur cinq du côté israélien, à l’heure où Benyamin Netanyahou rencontre Donald Trump à Washington.

Yahya Sinouar, le nouvel homme fort de Gaza, est un jihadiste du Hamas condamné pour meurtre et attentat terroriste. L’annonce de son élection au sein de l’organisation islamiste palestinienne est tombée lundi soir, alors même que le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, s’envolait pour Washington, où il rend sa première visite ce mercredi au président Donald Trump. Une coïncidence en forme de défi… et de mise en garde.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Dans le camp israélien, en tout cas, on n’y va pas par quatre chemins.

Un tueur, «cruel et impulsif», voilà comment le ministre israélien de l’Energie, Yuval Steinitz, rappelle qui est Yahya Sinouar.

«Son élection est un signal dangereux et préoccupant», estime même Kobi Michael, ancien responsable des Affaires palestiniennes au sein du Ministère des affaires stratégiques.

«Sinouar ne croit pas à la coopération avec Israël et l’Egypte», les deux pays qui bordent la bande de Gaza, et qui est maintenue sous blocus total par l’Egypte, et sous blocus sécuritaire par Israël. «La seule chose qui l’intéresse, c’est de consolider les capacités militaires du Hamas» pour exterminer tous les juifs.

Soutenez Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Malgré sa discrétion et sa méfiance vis-à-vis des médias, Yahya Sinouar, 55 ans, n’est pas un inconnu.

Né à Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, il est condamné par l’Etat hébreu à la prison à vie en 1989 pour l’enlèvement et le meurtre de deux soldats. Il profite de sa détention pour devenir le meneur des prisonniers palestiniens. Il est libéré en 2011 dans le cadre de l’échange de prisonniers avec Gilad Shavit.

De retour à Gaza, il s’impose rapidement comme l’un des membres influents du Hamas, mouvement qui contrôle par la force et après avoir assassiné les opposants du Fatah, l’enclave palestinienne depuis juin 2007. Son nom figure depuis 2015 sur la «liste noire» américaine des terroristes les plus dangereux.

Même si Yahya Sinouar sera soumis aux ordres de la direction centrale du Hamas, qui vit royalement en Syrie, les experts s’accordent à considérer son élection comme une victoire pour les Brigades Al-Qassam, la branche militaire du parti islamiste liée aux Frères musulmans, réputée plus radicale et belliciste que son pendant politique. «Ce choix est très clair: le Hamas va être mené par des purs terroristes, juge Yaakov Amidror, général de division réserviste et ancien conseiller de Benyamin Netanyahou. Nous devrions durcir notre action à son encontre.»

Faut-il donc s’attendre à une nouvelle confrontation armée avec Israël, après trois conflits ces huit dernières années ?

«Un nouveau cycle de violence est de toute façon inévitable», avance Mukhemar Abu Sada.

Selon ce professeur en sciences politiques à l’Université Al-Azhar de Gaza, les éléments modérés du Hamas ont progressivement été mis sur la touche car ils n’ont pas été intéressés – ou pas capables – d’améliorer la vie quotidienne des deux millions d’habitants.

L’annonce de cette élection interne juste avant la première rencontre officielle entre Donald Trump et Benyamin Netanyahou n’est pas anodine, insiste Kobi Mi chael : «L’hégémonie grandissante de l’Iran dans la région sera au cœur des discussions entre les deux chefs d’Etat, et cette élection en est le symptôme.»

Téhéran, on le sait, et il le confirme, est parvenu à avancer un de ses pions dans la gigantesque guerre fratricide que livre l’Iran aux sunnites partout au Moyen-Orient, par pays interposés et non frontalement.

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : TDG

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz