FLASH
[27/07/2017] Bonne nouvelle : le Secrétaire d’Etat à la justice Jeff Sessions a déclaré qu’il restera à son poste aussi longtemps que Trump le demande  |  Liverpool : un gang de 3 jeunes musulmans attaquaient les blancs « non-musulmans »  |  Après avoir fait retirer les portiques de sécurité et les caméras, le Hamas et Fatah promettent une « journée de rage »  |  Allemagne : un policier musulman objet d’une procédure disciplinaire après avoir refusé de serrer la main d’une femme  |  Trump fait don de 3 mois de salaire (100 000$) au ministère de l’Education. Allo Macron? Non? Rien?  |  Après le retrait des portique, les caméras: les médias arabes se moquent de la couardise de Netanyahu – et ils ont raison  |  Richard Ferrand, qui a quitté le gouv à cause de ses affaires, a tenté de torpiller la promesse de Macron sur suppr. réserve parlementaire  |  Effet Trump : Foxconn, un des fabricants d’Apple, ouvre une usine de 10 milliards (13 000 emplois potentiels) aux USA  |  [26/07/2017] Hier, un terroriste musulman (tous les terroristes sont-ils musulmans ?) a attaqué un policier avec un couteau dans l’enclave Espagnole de Melilla et a hurlé Allahou akbar  |  Trump: « après consultation de mes généraux, les transsexuels ne serviront à aucun poste de l’armée US » : le bon sens revient !  |  Afghanistan : 100 morts lors d’un bataille contre des talibans à Kandahar  |  La Cour européenne de justice – souvent sollicitée pour cela – décide de laisser le Hamas dans la liste des organisations terroristes  |  Villeurbanne (France) : 1 islamiste armé d’un couteau et d’un coran s’est jeté sur des policiers – mais l’islam n’a rien à voir avec ça LOL  |  [25/07/2017] Préoccupation des Américains: la loi sur la Santé (35%), emploi terrorisme, immigration. De quoi parlent les médias ? Du dossier russe!  |  Le cabinet de sécurité israélien a voté le retrait des détecteurs de métaux, remplacés par des « caméras intelligentes »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 24 février 2017

Les féministes suédoises sortent leurs griffes, quand elles se confrontent à Donald Trump, qu’elles accusent de mépriser les femmes, mais s’inclinent humblement devant les vrais misogynes à Téhéran.

Début février, après la publication par la Maison-Blanche d’une photo de Donald Trump en train de signer un décret présidentiel, entouré de plusieurs collaborateurs masculins, Isabella Lovin, vice-première ministre de Suède, a répliqué en publiant une photo d’elle-même, signant un projet de loi sur le changement climatique, entourée de son équipe exclusivement féminine.

 

Par cette photo, qui se voulait provocatrice, Isabella Lovin croyait lancer un défi au nouvel occupant de la Maison-Blanche, considéré comme la principale menace mondiale pour l’égalité et la dignité des femmes. A se demander à quoi nos féministes carburent !

Le gouvernement suédois, respectueux de la parité hommes-femmes, s’est défini comme le premier gouvernement féministe au monde, mais cela ne l’a pas empêché de s’humilier devant les mollahs iraniens, farouches opposants aux droits de la femme.

Quelques semaines plus tard, après ce «mémorable coup d’éclat anti-Trump» qui a certainement dû perturber le sommeil du président américain, une délégation suédoise composée de quatre hommes et de onze femmes, dirigée par la ministre du Commerce Ann Linde, se rendit à Téhéran afin de nouer des liens commerciaux avec les mollahs.

Pendant toute la durée de la visite, les femmes de la délégation suédoise, ces fières féministes du XXIe siècle, se sont déguisées en pieuses musulmanes soumises aux hommes.

Afin de ne pas offenser les mollahs, ces religieux iraniens si respectueux des droits de la femme et «grands admirateurs» des mouvements féministes, à l’inverse du méchant diable misogyne installé à la Maison-Blanche, nos courageuses combattantes pour l’égalité et la dignité des femmes s’étaient parées des seyants vêtements de l’inégalité et de l’indignité des femmes, celles de la pudeur musulmane : hijabs, manteaux longs et informes, pantalons sombres et larges. Quoi de plus naturel, pour une féministe, que de se soumettre lors d’une visite dans un pays musulman, au diktat vestimentaire religieux islamique, symbole de l’oppression de la femme.

 

Une photo de la rencontre entre les féministes suédoises et les mollahs vaut son pesant d’or.

Elle éclaire merveilleusement bien l’attitude «fière» de ces féministes en train de défiler devant le très «modéré» président iranien Hassan Rouhani, grand défenseur de la tenue de la pudeur islamique et des devoirs de la femme iranienne, soumise à la charia.

 

Une féministe, dont nous pouvons apercevoir le visage sur la photo, reflète à merveille l’image même de la douceur et de l’obéissance.

Sa main droite posée sur sa poitrine semble être un signal envoyé à Rouhani : «non, ne vous inquiétez pas, moi, la femme, l’impure, je n’essayerai pas de vous serrer la main.»

 

Par cette attitude servile, le premier gouvernement féministe du monde– qui voit en Donald Trump la principale menace pour l’égalité et la dignité de la femme– envoie à l’Iran des Mollahs et au monde musulman un véritable message de soumission de la femme occidentale aux délires misogynes de l’islam.

Ce défilé de féministes humbles a été qualifié par UN Watch de «Marche de la honte».

En Suède, tout citoyen ou toute citoyenne éduqués correctement, sait qu’il est vertueux de faire un pied de nez au président américain et tout aussi vertueux de s’incliner et faire des courbettes devant les imams (qui soutiennent le terrorisme.)

Eux méritent sans l’ombre d’un doute le respect des Occidentaux– et des Occidentales. Mais Donald Trump, qui prône la lutte contre les terroristes islamistes, ne suscite que mépris et moquerie de la part de nos bien pensants.

Les ayatollahs sont des hommes de bien, Donald Trump le représentant du diable car il s’est donné comme mission d’assurer la sécurité de ses citoyens en limitant l’immigration musulmane en provenance de pays où les gouvernements ont disparu et où sévit le terrorisme islamique, il a promis de créer de l’emploi pour les Américains, de protéger la vie, et d’aider les chrétiens persécutés en terre d’islam.

«Ce président est fou, il a complètement perdu la raison», nous répètent inlassablement nos faiseurs d’opinions qui ne digèrent toujours pas l’élection du champion du «politically incorrect».

Mais une image est plus parlante qu’un millier de mots, et les photos de ces femmes politiques en hijabs se sont avérées être de trop, même pour beaucoup de Suédois fervents partisans d’une Suède multiculturelle musulmane. Le Chef du parti libéral s’est inquiété de l’impact de ces images sur «les forces conservatrices des banlieues !» (en d’autres termes, les musulmans religieux)

Ann Linde a justifié le port du hijab lors de sa visite à Téhéran par le fait que ces vêtements pudiques avaient été conçus en Suède. Vous saisissez l’astuce ?

Tout en s’inclinant devant les mollahs pour signer un accord commercial, les féministes suédoises faisaient la promotion de vêtements islamiques «made in Sweden» destinés aux dociles femmes iraniennes.

Aider ces femmes soumises à la tyrannie des mollahs n’effleure même pas l’esprit de nos féministes à la noix.

Bien au contraire, le gouvernement féministe suédois œuvre à leur soumission pour des raisons bassement commerciales et va jusqu’à s’humilier pour promouvoir l’exportation de hijabs en Iran, ce symbole de l’oppression des femmes musulmanes imposé par les religieux.

Manifestation des femmes iraniennes en 1979 contre l’imposition du tchador

 

Pour un lecteur américain ou européen, le féminisme suédois constamment exalté peut sembler philosophiquement incompatible avec la déférence montrée par les féministes de la délégation envers les dirigeants iraniens. Pas pour l’esprit suédois.

L’auteur suédois Chris Forsna écrivit dans un article récent :

«Les Suédois ont été endoctrinés pendant des décennies à l’idée qu’ils sont le peuple le plus moral, le plus féministe et le plus humaniste au monde et qu’ils peuvent rendre le reste de la planète meilleure en l’encourageant à suivre leur exemple

Doux rêveurs, ces descendants des Vikings.

Cela correspond, en fait, à une version tordue de l’esprit missionnaire.

Résultat : la Suède est devenue un pays où les citoyens de souche les plus pauvres– qui ont travaillé dur et payé des impôts élevés pour financer l’État-providence et assurer leur retraite– sont maintenant forcés de vivre dans des conteneurs aménagés en logis, tandis que les familles musulmanes fraîchement arrivées en Suède reçoivent les clefs de leurs nouvelles et pimpantes maisons.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la politique humaniste suicidaire du beau modèle suédois, si admiré, tant vanté par nos experts sur les plateaux télévisés.

 

 

Des coupes drastiques s’opèrent également dans les secteurs des soins de santé, de l’éducation, de la police, afin de financer les généreux cadeaux aux nouveaux arrivants.

Mais c’est complètement fou, direz-vous ? Eh bien non ! Une fois que vous comprenez l’esprit suédois, cette inversion des priorités prend tout son sens.

Les personnes âgées, dans l’esprit des responsables politiques suédois, doivent se sacrifier pour changer le monde.

Quant aux Juifs suédois forcés à l’exil à cause de l’explosion de l’antisémitisme musulman, ils n’ont pas besoin d’aide. Ils sont bien éduqués, généralement bien nantis, civilisés et ils vivront tout aussi bien en Israël, aux USA ou au Canada.

Par contre, les gens qui ont réellement besoin d’aide sont les pauvres, les illettrés, les hordes barbares et violentes en provenance du monde musulman.

Comment les transformer en anges si vous ne leur offrez pas d’abord un logement décent, de la nourriture, des vêtements royaux ?

En outre, quelle serait la fierté d’un gouvernement qui octroie tout simplement leur dû aux retraités ou offre aux Juifs la protection qu’ils méritent ? Aucune !

Mais si vous distribuez généreusement de l’argent aux étrangers qui n’ont rien fait pour le mériter, non seulement vous faites bien votre travail, mais vous vous montrez vertueux et donnez à ces étrangers une splendide leçon de morale. C’est juste une question de savoir bien faire son job…

On croit rêver et pourtant c’est la merveilleuse réalité suédoise, superbement ignorée par nos médias.

 

Capture d’écran d’une vidéo de propagande : les nouveaux Suédois vont réclamer leur espace, apporter leur culture, leur langue, leurs traditions et il est temps de voir cela comme une force positive. Les vieux Suédois (les Suédois de souche) doivent s’intégrer dans cette nouvelle réalité.

 

Après toutes ces années de grandeur morale et d’humanisme à leur propre détriment, les Suédois commencent enfin à saisir une bien décevante réalité : la seule leçon que les migrants parasites musulmans retiennent, ce n’est pas que les Suédois soient vertueux et généreux, oh, que non, mais plutôt des idiots de classe mondiale.

Aidés, bichonnés, chouchoutés, les migrants et clandestins n’éprouvent dans leur grande majorité qu’un profond mépris envers leurs hôtes suédois et leur pays d’accueil, car en dépit ce que nous serine à longueur de discours notre bon Pape François, «nos frères et nos sœurs musulmans» qu’il nous exhorte à accueillir avec affection et générosité ne nous considèrent pas comme leurs frères, ni leurs sœurs, mais comme leurs futurs esclaves.

A moins que cette politique aberrante et tout ce non-sens ne soient arrêtés très rapidement, les Suédois de souche («Old Swedes») s’acheminent tragiquement vers leur propre disparition.

Il est, hélas, difficile pour un vrai croyant conditionné depuis des années à aduler, à angéliser, à encenser l’étranger, d’abandonner cette «foi» mortelle bien ancrée en lui, celle de la bien-pensance gauchiste suédoise qui fait de la Suède le bon Samaritain de tous les profiteurs du Tiers Monde musulman, tout en oubliant ses devoirs envers ses propres citoyens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source :” Sweden’s fatuous feminists” FrontPage Mag (traduit et adapté par Rosaly)

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz