FLASH
[25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  |  Manchester : les renseignements anglais pensent que l’attentat a été décidé par une cellule terroriste européenne qui vise surtout l’Allemagne et la Grande Bretagne  |  Manchester : la bombe était très sophistiquée, avec des explosifs à réaction ultra rapide  |  Manchester : l’anti-terrorisme découvre un réseau terroriste derrière l’attentat  |  Salman Abedi « voulait se venger » des bombardements US en Syrie, d’après sa sœur (se venger sur des fillettes ?)  |  Manchester : massive opération anti-terroriste en cours, artificiers anti-bombe sur place  |  [24/05/2017] La filière du terroriste de Manchester Salman Abeidi a permis de remonter jusqu’à un important recruteur d’ISIS  |  Coup de feu au café des belges, rue Lafayette : saisie d’une dépêche ancienne – nous nous excusons  |  Non confirmé : alerte à la bombe dans une école de Strasbourg et à Paris près de la gare du Nord  |  Paris : coup de feu au café des belges, rue Lafayette bloquée  |  Un terroriste musulman s’est fait exploser dans un autobus en ville à Jakarta Bilan 4 morts et plusieurs dizaines de blessés  |  Lille, France : 2 musulmanes arrêtées par le raid avant de commettre un attentat  |  Trump a obtenu de l’OTAN qu’elle se joigne à la coalition anti-ISIS  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 11 avril 2017
Toute la douleur d’un Chrétien Copte

Tandis que des pays musulmans font pression sur l’ONU pour réduire au silence toute critique de l’islam, nos « chers frères musulmans », selon l’expression du Pape François, ont à nouveau « frappé la Croix » et tué 44 chrétiens coptes en Egypte en une seule journée.

En ce dimanche de la fête des Rameaux, toute la beauté, la tolérance et l’amour de cette belle religion de paix à l’égard des chrétiens d’Egypte s’est manifestée en perpétrant deux terribles attentats à la bombe dans deux églises coptes.

L’EI, qui applique le coran à lettre, a revendiqué cette nouvelle barbarie, qui a transformé un jour de fête chrétien en un dimanche de sang.

Et les médias sont restés aussi indifférents que les responsables de l’Eglise.

Persuadés de leurs bons droits, les ambassadeurs de plusieurs pays islamiques se sont récemment réunis à Islamabad au Pakistan à l’invitation du ministre de l’Intérieur Chaudry Nisar Ali Khan, afin de discuter de la folie blasphématoire qui se répand sur les réseaux sociaux à l’encontre de l’islam et de son vénéré prophète, au nom de la liberté d’expression. (Liberté d’expression, que les islamiques abhorrent, mais dont ils usent et abusent pour nous réduire au silence.)

A l’unanimité, les participants déclarèrent que toute l’Oumma devait rester unie afin de protéger la sainteté et la dignité de la « religion » du très saint prophète Mahomet.

Un document de stratégie globale couvrant tous les aspects juridiques et techniques sera distribué aux ambassadeurs des pays musulmans par le ministre des Affaires étrangères, afin qu’ils élaborent avec leurs gouvernements respectifs, leur futur plan d’action.

Il fut également décidé qu’une lettre officielle serait adressée au Secrétaire général de la Ligue arabe et au Secrétaire de l’OCI, relative à la question du contenu blasphématoire répandu sur les médias sociaux, source de souffrance pour les musulmans à travers le monde, profondément blessés dans leur foi. (Les pauvres choux)

(Et le massacre continuel de non-musulmans à travers la planète par les soldats d’Allah, tout simplement parce qu’ils sont considérés comme des mécréants, des impurs, indignes de vivre, ne doit pas être une immense source de souffrance, de douleur, de chagrin pour des milliards de non-musulmans.)

Après réception d’une réponse des gouvernements islamiques concernés, la plainte sera adressée à l’ONU, afin d’examiner toutes les options juridiques disponibles, autorisant la poursuite des blasphémateurs devant les tribunaux de leurs pays respectifs.

Le ministre de l’Intérieur a déclaré : la falsification des croyances religieuses et les propos sacrilèges à l’encontre de saintes personnalités religieuses sont intolérables. Aucune loi ne permet un manque de respect ou la distorsion d’une religion, quelle qu’elle soit.

(Mais la loi d’Allah autorise le massacre d’innocents)

Et il ajoute que l’Oumma doit s’efforcer d’impressionner la communauté internationale, afin de contrer l’islamophobie. La falsification de toute religion est une autre forme de terrorisme, qui doit être reconnue par la communauté internationale. (!)

(Alors que l’islam est une falsification de la Torah et des Evangiles)

Selon le ministre, le monde occidental doit se débarrasser de ce double standard relatif à l’islam et aux musulmans. D’une part, il existe des lois contre toutes sortes de distorsions ou de manque de respect envers les religions, d’autre part, il autorise, au nom de la liberté d’expression, des caricatures ridiculisant le saint prophète de l’islam.

(Caricaturer Mahomet est bien plus grave à leurs yeux que massacrer des infidèles à cause de leur foi.)

A cette réunion, assistaient les ambassadeurs de pays dont certains pratiquent un islam de rêve et appliquent la charia avec délice :

Les Emirats arabes unis, l’Azerbaïdjan, la Bosnie-Herzégovine, le Kazakhstan, le Liban, le Qatar, la Somalie, le Tadjikistan, la Turquie, l’Ouzbékistan, l’Algérie, le Bahreïn, l’Iran, la Jordanie, le Koweït, la Malaisie, la (non existante) Palestine, le Soudan, l’Arabie saoudite, la Tunisie, les Maldives et le Sultanat du Brunei DarusSalam.

Ces musulmans du courant dominant, regroupés sous l’égide de l’OCI (l’organisation de la conférence islamique) exigent de l’ONU non seulement que l’islam soit autorisé à faire des revendications autocratiques, mais aussi qu’il bénéficie d’une protection officielle contre toute critique.

L’objectif de l’OCI est d’ériger en crime les opinions qui s’opposent à la seule vraie foi : l’islam.

Pour les musulmans, l’islam est l’ultime révélation de la parole de « Dieu », disponible sous la forme du texte parfait qu’est le coran, et toute l’humanité doit s’y soumettre, de gré ou de force, de préférence de force.

L’insolente arrogance des exigences de ces pays musulmans est abyssale.

Le « noble et saint coran » regorge de sourates belliqueuses envers les non-musulmans.

Insultes et menaces de mort à l’égard des mécréants — ces chiens d’infidèles, ces singes et ces porcs de Juifs et de chrétiens — abondent.

Mais cela ne les offusque pas (il faut rappeler que cela n’offusque non plus aucun des dirigeants politiques et religieux des pays occidentaux).

Quoi de plus normal donc. La communauté musulmane est la meilleure qui soit, dixit Allah. Et ses disciples ne se privent pas de le démontrer par la force, la violence, la barbarie, et ce depuis 14 siècles.

Par contre, le mécréant n’a pas le droit de critiquer cette fausse religion, sa divinité, son prophète, car cela blesse les sensibles fidèles d’Allah.

Le chien d’infidèle n’est pas autorisé à craindre cette idéologie islamo-nazie, car l’islamophobie est une attaque raciste envers les musulmans. Qui a décrété qu’il existe une race dite musulmane ?

« Ceux qui n’ont pas lu le Coran n’ont pas idée de la haine qu’Allah voue aux non-musulmans.

Allah est obsédé par l’identification des mécréants avec des animaux de différentes espèces comme les chiens, les chameaux, les vaches, les porcs, les singes, les chèvres, etc.

L’islam ne considère pas les non-musulmans comme des êtres humains.

C’est donc inutile de discuter avec l’islam sur les droits de l’homme, l’égalité sous la loi ou de toute déclaration universelle des droits de l’Homme ».
— Abul Kasem, apostat de l’islam, auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam.

Pour les islamistes, toute critique de l’islam doit être interdite. Ainsi, il ne sera plus possible de divulguer la véritable nature de cette idéologie néfaste, afin de prévenir nos concitoyens du danger mortel qui les guette.

Dès lors, comme l’écrit Alexandre del Valle, nous devons utiliser les mêmes armes efficaces que celle des islamiques, celles des stratèges de l’OCI et de leurs alliés politiquement corrects, les gauchistes, les médias officiels, l’establishment et tous les bien-pensants droits-de-l’hommistes, adeptes des « portes ouvertes » à l’immigration en provenance des pays musulmans :

« Crucifier ceux qui nous crucifient. Comment ? En s’impliquant davantage dans la “sémantique” ou le “combat verbal”. Parce que depuis le début de l’humanité et depuis que les hommes parlent, celui qui contrôle les mots contrôle les esprits par des mots-clés. En raison des liens étroits entre le cerveau et les mots, cette “guerre sémantique” conduit à une “guerre psychologique”. C’est pour cela que les gauchistes et les islamistes sont très efficaces lorsqu’ils utilisent ce que j’appelle “les armes neuro-sémantiques” qui visent à culpabiliser leurs ennemis en les crucifiant, en les ciblant et en se présentant comme des “victimes”, “bonnes” ou “des résistants antifascistes”… Nous savons tous combien c’est de l’imposture et c’est mensonger, mais leur guerre sémantique est efficace depuis les années 1960… et paralyse le vieil Occident et l’Europe qui se sent coupable de son passé et de son présent.

L’islam radical est le nouveau nazisme, le système de haine le plus efficace, le totalitarisme antisémite le plus terrible, l’idéologie la plus raciste et la plus impérialiste. Les chrétiens et les minorités non musulmanes sont les victimes de cette idéologie de destruction massive. »

(En ce qui me concerne, il n’y a pas « d’islam radical » ou « d’islam modéré », mais « islam » tout court, sans aucune nuance de vert)

Au lieu de céder à leurs exigences visant à museler toute critique de l’islam, l’Occident devrait demander à ces pays islamiques qu’ils s’excusent pour les génocides et les crimes commis depuis 14 siècles contre les non-musulmans en terre d’islam. Aujourd’hui, en Arabie saoudite, au Soudan, au Pakistan, au Nigéria, en Egypte, en Irak, en Syrie et dans la Turquie islamisée d’Erdogan, chrétiens, athées, apostats, blasphémateurs sont persécutés, emprisonnés, flagellés, torturés, tués.

C’est à l’Occident à demander, voire à exiger, de ces pays islamiques la réciprocité : à savoir le respect des non-musulmans, le respect des autres croyances, le respect de la liberté de culte, comme nous l’accordons aux musulmans en terre chrétienne.

Ce serait l’attitude normale, mais avons-nous des dirigeants normaux ?

 

Autant rêver à l’impossible !

Déjà les toutous occidentaux de l’OCI obtempèrent, notamment en Allemagne, où le gouvernement a validé un projet de loi qui rend les réseaux sociaux passibles de fortes amendes s’ils ne mettent pas en place des structures pour lutter efficacement contre les propos haineux et les « fausses informations » avec la coopération de Facebook.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Les messages critiques à l’égard de la politique migratoire de la chancelière peuvent être classés comme « islamophobes » en violation des normes communautaires. Par contre, l’incitation à la violence et au meurtre des Israéliens par les Arabo-Palestiniens est généralement considérée conforme aux “normes communautaires” de Facebook.

Facebook a récemment restauré, après l’avoir fermée pendant trois jours, la page du Fatah, groupe terroriste arabo-palestinien, qui incite à la haine et à la violence à l’encontre des Juifs et d’Israël. En 2016, 130 messages glorifiant la terreur et le meurtre de Juifs avaient été postés sur la page Facebook du Fatah.

Facebook réinstaure la promotion de la terreur contre Israël en rouvrant la page FB du Fatah :

Selon Facebook, ces images sont conformes aux “normes communautaires” !

Critiquer la politique migratoire ou l’islam, par contre est un délit.

Le deux poids, deux mesures, appliqué par Facebook, est effrayant. La Stasi est de retour en Allemagne.

En France, la sénatrice UDI Nathalie Goulet a déposé le 22 mars un projet de loi similaire, dans lequel elle préconise une peine d’un an de prison et 15 000 euros d’amende pour la diffusion de fausses nouvelles élaborées de mauvaise foi.

En Italie, la présidente de la Chambre des Députés, Laura Boldrini, la “Torquemada” italienne, a demandé à Zuckerberg de noircir les pages incitant à la haine sur Facebook. L’inquisition va s’abattre sur les réseaux sociaux italiens…

Les médias sociaux, comme Facebook et Twitter, s’activent déjà à traquer les discours et messages qui violent la loi de la charia sur le délit de blasphème, car l’islam y est soi-disant souvent faussement associé aux violations des droits de l’homme et au terrorisme.

On croit rêver ! L’islam est la source vive de ces horreurs !

Les médias occidentaux sont lâches et corrompus, plus avides à apaiser les musulmans qu’à défendre la liberté d’expression, et ils s’agenouillent humblement devant leurs maîtres à penser.

Sous prétexte de lutter contre les “propos haineux”, la liberté d’expression ne sera plus qu’un vague souvenir d’un passé pas si lointain. Encore un merveilleux apport de l’islam à l’Occident !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : Muslim countries to raise online sacrilege at UN,” by Tariq Butt, Gulf Today

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz