FLASH
[15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  |  Purge de #Twitter: Les journalistes et gauchistes s’attendaient à ce que Trump perde des millions de followers, il en a perdu 340 000. Obama en a perdu 3 millions, mais là les gauchistes ont regardé ailleurs  |  Pour la 1ère fois depuis 2014, 1 missile antichar guidé a été tiré sur les forces israéliennes à l’est de Khan Younis. Des chars israéliens ont tiré sur 1 maison d’où le missile a été lancé. Plusieurs victimes parmi les terroristes  |  Fin du suspens: Le Sénat confirmera la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême le 1er octobre – prudemment avant les élections de mi-mandat  |  Les Arabes rapportent que des avions de combat israéliens bombardent des cibles terroristes du Hamas dans le centre de Gaza en réponse aux attaques terroristes d’aujourd’hui le long de la clôture de la frontière de sécurité. Des alertes rouge retentissent dans le sud d’Israël  |  [13/07/2018] De plus en plus à gauche, les Démocrates ont demandé que les fonds du Congrès soient utilisés pour fournir gratuitement des tampons d’hygiène féminine. Ils en ont reçu 500 par la poste !  |  Les médias obsédés par la haine de Trump ne vous ont pas dit que Trump passe en revue les troupes avec la reine Elizabeth II à Windsor, l’une des rares, sinon la seule fois en plus de 70 ans, qu’elle l’a fait avec un chef d’État? Étrange, leur métier n’est pas d’informer?  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 4 mai 2007

Par Guy Millière, MENA , 29 avril 2007

Malgré les pesanteurs et les rigidités toujours omniprésentes, malgré les analyses lacunaires et les difficultés à penser le monde tel qu’il devient sans recourir à des notions devenues obsolètes, il est visible qu’une bonne part du peuple français est en train d’essayer de tourner une page. Et il est visible aussi que l’élection, désormais très probable, de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, le 6 mai prochain, symbolisera la métamorphose en cours.

Durant les douze années qui viennent de s’écouler, les « années Chirac », ce que j’ai appelé dans d’autres textes, un « syndrome » s’est renforcé jusqu’à en venir à ressembler à une maladie mortelle. L’économie française est passée de l’essoufflement à une asthénie, que quelques toilettages de chiffres n’ont pu dissimuler. Le « modèle social français », déjà chancelant, est devenu un repoussoir pour quiconque a l’esprit d’entreprise et un aimant puissant, pour qui veut vivre de manière parasitaire. Les zones de non droit, à la périphérie des grandes villes, se sont élargies, comme la ghettoïsation de populations issues de l’immigration, que la France n’a su ni assimiler ni même intégrer.  

La déliquescence a aussi touché la justice, toujours plus politisée, plus liberticide, et plus maculée d’erreurs et d’atteintes, tant à la présomption d’innocence, qu’au droit des gens du commun et des intellectuels d’être protégés des criminels. Elle a touché la recherche et l’enseignement, ce qui s’est traduit par une fuite, sans cesse accélérée, des cerveaux. Elle a touché l’information et le savoir : et le fait que la France soit le pays développé où on comprend le moins bien les ressorts de la mondialisation, les vertus de l’économie de marché et les soubassements du terrorisme international, constitue, en soi, le constat d’un échec consternant. Elle a touché la politique étrangère, bien sûr, où les dirigeants du pays ont fait le choix de tourner le dos à l’alliance des démocraties face aux dangers totalitaires qui les menacent, pour se placer en chefs de file des dictatures du tiers-monde.

L’essentiel de ces traits s’était esquissé ou dessiné au cours des années précédentes déjà, sans que nul ou presque, en France, ne dise ce qu’ils laissaient entrevoir. Il en avait résulté une montée conjointe de l’antisémitisme, de la haine des Etats-Unis et d’Israël, d’une extrême-droite rance et pétainiste, d’une extrême-gauche ressentimentale et potentiellement violente. Quelques ouvrages, ceux de Nicolas Baverez « La France qui tombe », ou les miens, « Un goût de cendres », « Pourquoi la France ne fait plus rêver », avaient tenté d’expliquer ce qui était en train de prendre forme. Ni les sondages, ni les résultats électoraux, ni la majorité des livres disponibles en librairie, ni les commentaires distillés par les grands médias n’ont montré qu’une évolution profonde se dessinait. Il semble, en dépit de tous les maquillages, que ce soit pourtant le cas. 

Le message à tirer du premier tour de l’élection présidentielle française n’est pas univoque et dépourvu d’ambiguïtés bien sûr. Le score, sans précédents, de Nicolas Sarkozy est allé de pair avec un score relativement élevé de Ségolène Royal, malgré la vacuité médiocre des discours de celle-ci. En dépit de l’incompétence dont elle a fait plusieurs fois la démonstration, et de l’archaïsme profond d’un programme dont aucun social-démocrate ouvert d’esprit n’aurait voulu, ailleurs en Europe, il y a vingt ans déjà. La mort en direct du parti communiste s’est accompagnée du maintien d’un gauchisme émietté entre six candidats, mais encore bien présent. L’érosion du Front National a eu pour corollaire la réémergence d’un centrisme opportuniste et sans consistance, où se sont retrouvés, transitoirement, tous ceux qui voudraient avoir à la fois l’immobilité et le mouvement, le dynamisme économique et le statu quo. Ce centrisme est d’ailleurs venu polluer l’essentiel des débats de l’entre deux tours jusqu’à ce jour, poussant le dirigeant de l’UMP vers une édulcoration feutrée de ses propos, et la madone du PS vers une agitation et des manœuvres qui n’avaient pas eu d’équivalents depuis la fin de la Quatrième république.

Néanmoins, des signes existent qui ne trompent pas et qui pourraient se révéler prometteurs. Chez les gauchistes, c’est, visiblement, la panique et le ralliement aigre et désabusé au « tout sauf Sarkozy ». Chez les droitistes, c’est, souvent, l’amertume bilieuse, voire l’appel à voter Royal, au nom du refus du « mondialisme », de l’ « américanisation » et du « complot sioniste », que ces gens croient détecter. Mieux vaut, selon eux, par défaut, la nouvelle Jeanne d’Arc du borgne ou du pauvre.  

Au parti socialiste, on s’est mis à distiller des mots fielleux, comme si la haine de l’adversaire pouvait tenir lieu de programme, et on prend, dans la fébrilité et l’improvisation, des cours de danse classique pour s’exercer au grand écart. Seule figure qui permettrait de réunir ceux pour qui, comme disait le maréchal, la terre ne ment pas, et ceux pour qui les damnés de la terre devraient se changer en dictateurs du prolétariat. En passant par les adeptes du tracteur et les amoureux du Béarn, qui aimeraient bien, de leur côté, faire main basse, un peu plus tard, sur le socialisme à la française et le faire devenir PD, parti démocrate.

Des signes ne trompent pas, assurément. Et ils pourraient se révéler incontestablement prometteurs. Je n’ai, ces derniers jours, rencontré personne pour douter de l’élection de Nicolas Sarkozy. Je n’ai rencontré presque personne pour douter que cette élection allait être porteuse de changements profonds.

Au minimum, l’élection de Sarkozy signifiera une réhabilitation du travail et de la liberté d’entreprendre, une diminution du poids de l’Etat sur la société française, un retour vers quelques unes des valeurs les plus fécondes parmi celles nées dans les sociétés ouvertes. Au minimum, aussi, l’élection de Sarkozy ouvrira, sur un plan international, à des relations plus saines et plus productives entre la France, Israël, et les Etats-Unis.

Aller au delà du minimum, faire que la France renoue pleinement avec le dynamisme économique planétaire et retrouve le rang plein et entier d’alliée des sociétés ouvertes et libres, serait souhaitable, mais constituerait un changement tellement radical par rapport à l’état actuel des choses, que cela est, pour l’heure, à peine envisageable.

Voyant les défauts de Sarkozy, mais aussi ses immenses qualités, je ne pense pas, cela dit, qu’il soit un homme prêt à mener une politique du chien crevé au fil de l’eau et à accepter de laisser le pays glisser sur la pente sur laquelle il glisse depuis un temps certain. Je pense, au contraire, que c’est un homme d’audace, de volonté et de courage, et je pense qu’il n’hésitera pas devant les obstacles.

Peut-être décevra-t-il et me donnera-t-il tort. Peut-être s’avérera-t-il que le « malade France » se trouve dans un état si désespéré que nul ne peut désormais le sauver. Peut-être Nicolas Sarkozy s’engluera-t-il dans la mélasse tiède et glauque de la politique politicienne, une fois installé à l’Elysée. Peut-être laissera-t-il ses tendances bonapartistes prendre le dessus. En ce cas, il n’y aurait plus qu’à partir. On reviendrait en France pour voir les vieilles pierres et quelques musées.
 
Je ne puis, en tous cas, me résigner à voir le pays qui m’a vu naître à être gouverné par un courlis méprisant, autoritaire, opportuniste, technophobe, antiaméricain, à même de s’assimiler à Sainte Blandine, Léon Blum ou Hassan Nasrallah, selon le jour de la semaine et le lieu où il se trouve.

Peut-être Sarkozy décevra-t-il et son carrosse s’avérera, à l’usage, vide et niais comme une grosse citrouille, mais Ségolène, de par sa conduite politique, son programme et son attitude, se situe déjà au delà de tout risque de déception. Une candidate à la présidence qui se réjouit du soutien d’Arlette Laguillier, d’Olivier Besancenot, de José Bové, de Marie-Georges Buffet, de Dominique Voynet, et qui a pu applaudir et approuver les propos d’un « député » appartenant à un mouvement terroriste lors d’un voyage au Liban, s’est, à mes yeux, déjà cent fois disqualifiée et a déjà mille fois fait la preuve de son inaptitude à accéder à la fonction qu’elle brigue.

D’autres articles sur le même sujet : Elections 2007

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz