FLASH
[14/08/2018] Est-ce vraiment ça, la mission de service public de France Info: parler de tous les livres anti-Trump qui paraissent, et silence total sur les livres pro-Trump ?  |  [13/08/2018] Migrants délinquants : le port de Sète veut bien accueillir l’Aquarius, qui est de nouveau à la recherche d’un port d’accueil pour débarquer des illégaux  |  La branche d’Al-Qaeda à Gaza a publié une vidéo de ses attaques à la roquette sur les communautés civiles israéliennes au cours de la dernière semaine  |  Mons-en-Baroeul (France): une voiture a terminé sa course dans le hall d’une mosquée. Accident ou intention, le mobile n’est pas encore clair  |  La monnaie turque plonge, Trump a réussi en 1 mois ce que l’Europe n’arrive pas à faire depuis 10 ans  |  Israël a confisqué des dizaines de milliers de ballons qui étaient destinés à Gaza par crainte qu’ils soient utilisés comme bombes incendiaires  |  [11/08/2018] Des drones israéliens ont ciblé des terroristes musulmans qui lançaient des bombes incendiaires depuis le nord de Gaza. Plusieurs incendies ont éclaté aujourd’hui dans des villes israéliennes près de la frontière  |  Egypte : 1 terroriste musulman a été empêché de s’approcher d’une église quand il a voulu faire exploser son gilet d’explosifs. Il a fait boum, personne d’autre n’a été atteint  |  Trump a autorisé le doublement des tarifs douaniers pour l’importation d’acier et d’aluminium depuis la Turquie. Conséquence, la livre turque s’écroule  |  Effet Trump : les bons chiffres de l’emploi des Africains et des Hispaniques se confirment : ce sont les meilleurs de l’histoire des Etats-Unis  |  Etat-Unis : des centaines de Bikers se sont déplacés à Bedminster pour saluer le président Trump  |  Hérault : Il poignarde un homme et plonge dans le fleuve pour échapper à la police  |  Brigitte Bardot explose Nicolas Hulot : « c’est un trouillard et il ne sert à rien »  |  Pays-Bas : victime d’un viol collectif par des musulmans, une élue du PVV se suicide  |  Paris : 2 motards de la police et 1 voiture de patrouille percutés par des « jeunes » qui faisaient un rodéo à moto dans les rues  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 28 juin 2007
Nous avons rencontré Jérôme Gazwan Shammas, Chrétien assyro-chaldéen, chimiste de formation et ancien opposant au régime de Saddam Hussein. Il vient de publier aux Editions de l’Egrégore un ouvrage intitulé Bagdad 1991, Adieu Saddam. Ce livre, emprunt d’émotions et d’humour, est un témoignage poignant sur les risques pris par de nombreux Irakiens dans l’espoir d’échapper à un régime dictatorial.
 
Pourquoi avoir écrit cet ouvrage ?
 
Jérôme Gazwan Shammas : Pour montrer à quel point la vie peut très vite basculer. On pense être à l’abri de tout et, du jour au lendemain, tout est remis en cause. Ecrire m’a également permis de me libérer de la souffrance que j’avais emmagasinée tout au long de ce périple et qui ne m’avait jamais quittée jusqu’alors.
 
Qu’est-ce qui a changé en Irak, en bien ou en mal, depuis la destitution de Saddam Hussein ?
 
JGS : Je pense que tous les Irakiens qui aiment leur pays ont été contents de la destitution de ce dictateur complètement fou. Malheureusement, le pays se retrouve aujourd’hui aux mains de criminels encore plus dangereux. Pour récupérer le pouvoir, ou pour le conserver, ils sont prêts à tout.
 
Comment voyez-vous l’avenir de l’Irak ?
 
JGS : Pour la génération actuelle il n’y a pas d’avenir possible car elle a baigné dans la haine, le crime, et le mensonge : c’est-à-dire toutes les bases fondées par Saddam, pendant ses presque quarante années de pouvoir.
Par ailleurs, la démocratie, telle que nous la concevons en France, ne peut pas exister dans un pays arabe-musulman et tant que la violence sera utilisée pour conquérir le pouvoir, il n’y aura aucun avenir possible. 
 
En quoi votre livre peut-il éveiller les consciences ?
 
JGS : Les médias ne montrent qu’un certain côté des conflits, et bien souvent le même. Si vous êtes attentifs à ce qui se passe actuellement en Irak, vous constaterez que l’on parle uniquement des attentats. Mais ce que vivent les gens au quotidien personne ne peut le savoir ; c’est une véritable agonie.
On  parle  encore moins de la communauté à laquelle j’appartiens et des autres  minorités qui subissent de nos jours des persécutions et qui sont victimes des massacres massifs, tout cela sous les yeux du gouvernement irakien et des Etats-Unis.
J’espère que, à travers mon livre, les lecteurs apprendront la réalité sur ce qui s’est passé à l’époque et comprendront aussi, peut-être, les raisons pour lesquelles l’Irak en est arrivé là aujourd’hui !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz