FLASH
[23/10/2017] La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 6 novembre 2007
  
Satané média, vas-tu venir ici !
  
Miguel Garroté, journaliste
http://monde-info.blogspot.com
  
earth_burn.jpgLundi 5 novembre au soir, les médias audiovisuels, une fois de plus, se sont montrés très sélectifs, dans le choix des sujets d’actualité de ce lundi 5 novembre. Le mardi 6 novembre au matin, les médias écrits, eux aussi, se sont montrés très sélectifs, sur le choix des sujets d’actualité de la veille, le lundi 5 novembre (restons précis). En effet, les médias nous ont esquinté les nerfs, d’une part, avec leur condamnation de ce qui se passe au Pakistan (ils savent mieux que quiconque et avant tout le monde ce qui est bien et ce qui est mal). D’autre part, les médias nous ont esquinté les nerfs en mettant en scène, pour la centième fois en quelques semaines, l’ineffable Condoleezza Rice.
  
_ne.jpgCondoleezza Rice, depuis Jérusalem, a ouvert sa grande bouche – avant et à la place de Bush – au sujet du Pakistan ; elle qui, à Jérusalem justement, n’est même pas fichue de trouver une issue concrète à sa future et loufoque conférence israélo-palestinienne, prévue pour bientôt aux USA. Elle donc, a pontifié, depuis Israël, sur ce qui se passe au Pakistan.
  
Or, le lundi 5 novembre, ce n’est pas seulement, au Pakistan et en Israël, qu’il s’est, respectivement, passé quelque chose (côté Musharraf) et rien passé (côté Rice). Que l’on ne vienne pas me raconter que les médias se sont montrés très sélectifs à cause du décalage horaire. Car l’événement que je vais développer ci-dessous s’est tenu lundi 5 novembre à Washington et non sur la Planète Mars. A l’ère du fil info en temps réel, tous – LCI, Reuters, Euronews – avaient donc la possibilité d’en parler, notamment sur Internet, entre hier soir lundi et ce matin mardi.
  
Venons-en à l’événement en question. Il se trouve que le Président Bush a déclaré, lundi 5 novembre, suite à un entretien, à Washington, avec le Premier ministre islamiste turc Erdogan, que le PKK (un groupe terroriste et communiste kurde turc) est « un ennemi de la Turquie, de l’Irak libre et des USA ». Concrètement, Bush a proposé, d’une part, des échanges entre services de renseignements turcs et américains ; et d’autre part, des contacts réguliers entre militaires turcs et américains de haut rang ; tout ceci, dans le cadre la lutte, contre le PKK.
  
Une incursion, en Irak, des 100’000 soldats turcs actuellement massés à la frontièreahmdinejad.jpg irakienne, pour combattre le PKK, créerait un précédent. Ce serait notamment un précédent pour l’Iran, qui est en conflit avec le PEJAK (Parti pour une Vie Libre au Kurdistan), un groupe kurde iranien comparable au PKK (le PEJAK a des bases dans les montagnes de Kandil, situées au carrefour de l’Irak, de l’Iran et de la Turquie).
  
Au sujet de l’éventuelle incursion militaire turque en Irak, Bush a déclaré: « Rien ne peut se faire tant que l’on n’a pas de bonnes informations provenant du renseignement. Nous devons savoir où les gens se cachent et ce qu’ils font ». De son côté, Erdogan a déclaré que « traditionnellement le PKK interrompt ses opérations en hiver en raison des difficultés logistiques en matière d’approvisionnement ».
  
Erdogan a ajouté que « le PKK avait pénétré l’Irak jusqu’au Sud et s’était mêlé à la population des grandes villes irakiennes du Nord ». Samedi 3 novembre, les autorités kurdes d’Irak avaient fermé, dans les villes irakiennes d’Irbil et de Sulaimaniyah, les bureaux du Parti de la Solution Démocratique du Kurdistan, un organisme soupçonné d’avoir eu des liens étroits avec les groupes de combattants kurdes. Cette mesure irakienne à l’encontre des Kurdes avait été jugée insuffisante par le gouvernement turc.
  
En résumé et en conclusion, la poudrière kurde, aux confins de la Turquie, de l’Irak, debush-3.jpg l’Iran et de la Syrie, pourrait ne pas exploser, du moins pas dans l’immédiat. Les propos de Bush à cet égard ont été extrêmement clairs : « Rien ne peut se faire tant que l’on (ndlr. en l’occurrence la Turquie) n’a pas de bonnes informations provenant du renseignement. Nous devons savoir où les gens se cachent et ce qu’ils font ». Quant à l’islamiste turc Erdogan, il a joliment fait marche arrière, sous réserve d’un nouveau revirement bien sûr, en avouant : « traditionnellement le PKK interrompt ses opérations en hiver (ndlr. donc jusqu’en mars 2008) en raison des difficultés logistiques en matière d’approvisionnement ». Tandis que Mme Rice se gargarise et que Musharraf se dépatouille, Bush, lui, semble avoir marqué des points. Ce ne sont tout de même pas les médias qui allaient nous en faire part.
   
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz