FLASH
[15/02/2019] Alsace: des #giletsjaunes ont tenté de bloquer le journal ‘DNA’  |  Sur les 10 dernières années, 65% des tests de missile de l’Iran ont échoué : où ils sont terriblement malchanceux, ou quelqu’un les aide à être malchanceux  |  [14/02/2019] Le Sénat approuve la nomination de William Barr au poste de ministre de la Justice (et j’espère que cette fois Trump a fait le bon choix et que des têtes vont tomber)  |  Dernier sondage élection israélienne : Likoud (centre droit, Netanyahu) : 32 points. Resilience (centriste) 20, Yesh Atid (centre gauche) 11, New Right 10  |  Historique et impressionnant : Netanyahou est assis aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Yémen au sommet de Varsovie  |  [13/02/2019] Le taux d’approbation du travail de Trump a progressé de 7 points après le shutdown  |  [12/02/2019] Slovaquie : refus total de l’islam, refus de construire même une seule mosquée  |  On le savait mais mieux vaut le signaler : après 2 ans d’enquête, 200 témoins interrogés, 300 000 documents confidentiels analysés, le Sénat confirme : aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie  |  Gaza : Israël offre la réhabilitation de la population contre la démilitarisation – le Hamas refuse  |  Un tribunal fédéral américain a jugé le narco trafiquant El Chapo coupable de 10 chefs d’accusation, qui peuvent lui valoir le reste de sa vie en prison  |  [11/02/2019] Londres : pour tenter de subjuguer l’épidémie, les condamnés pour agression au couteau seront tagués avec un GPS à leur sortie de prison  |  [08/02/2019] 3 terroristes musulmans abattus lors d’émeutes violentes le long de la frontière de Gaza  |  Aide humanitaire au Venezuela: Maduro assure qu’il ne laissera rien rentrer – ça c’est un humaniste comme Mélenchon les aime !  |  Pologne, 1982 : quelqu’un lit 1984 de George Orwell, lève les yeux et dit : « pourquoi ça s’appelle une fiction ? »  |  [07/02/2019] Floride : Le Cabinet reconnaît Jérusalem comme capitale israélienne, met en garde Airbnb au sujet de sa politique En Judée Samarie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 18 février 2008

rsrinfo20080215_8745482_3.jpgPropos recueillis par Florence Muracciole – Le Journal du Dimanche

Emmanuelle Mignon, la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, a joué un grand rôle dans la décision du président de la République de faire « porter par des élèves de CM2 la mémoire » des 11000 enfants juifs français disparus dans les camps de concentration nazis. Emmanuelle Mignon a accepté, pour le Journal du Dimanche, de revenir sur la genèse de cette idée. Extraits de l’entretien.

Vous avez travaillé avec le président de la République sur le discours du Crif ; comment a-t-il été décidé de confier la mémoire d’un enfant français victime de la Shoah à un enfant de 10 ans ?

Quand Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur, il s’est énormément occupé des questions d’antisémitisme. On a beaucoup travaillé à l’époque sur le sujet, mais il y a un dossier sur lequel on avait du mal à avancer, c’était celui de l ’enseignement de la Shoah. Cet enseignement est fondamental, mais l’Education nationale rencontre parfois des difficultés pour le mettre en oeuvre, alors même que certains actes antisémites sont commis par des enfants de 10 ans contre des enfants de 10 ans. Devenu président de la République, Nicolas Sarkozy a souhaité qu’on travaille avec l’Education nationale et des représentants des institutions juives pour voir ce que l’on pourrait proposer sur le sujet.

Comment recevez-vous les réactions et notamment celle de Simone Veil qui a été très rude ?

On entend bien sûr les critiques. C’est un dossier sur lequel il y a un vrai enjeu politique et éducatif. Certains enseignants ont du mal à aborder la Shoah devant leurs élèves, ne savent pas comment s’y prendre, expriment un désarroi croissant. Des comparaisons avec d’autres conflits surgissent. Le président de la République a la volonté très nette de ne pas céder sur cet enseignement. Non seulement on ne doit pas fléchir devant la difficulté, mais on doit aider les enseignants en leur donnant de nouvelles pistes et empêcher les amalgames entre la Shoah et d’autres drames.

Mais ils existent aussi…

Personne ne le conteste, mais ce sont des drames politiques. Les enfants palestiniens, vietnamiens, d’autres encore ont été victimes de conflits politiques, qui doivent et qui sont enseignés ; mais avec la Shoah, les enfants ont été victimes du racisme. En enseignant la mémoire de ce génocide, on prémunit toute la société contre ce fléau.

Certes, mais pourquoi ne pas confier la mémoire des enfants arméniens, des enfants noirs victimes de l’esclavagisme… ?

Parce que tout le monde reconnaît que la Shoah est le crime raciste absolu. Il est donc logique de faire de l’enseignement de la Shoah l’instrument d’une lutte sans merci contre le racisme sous toutes ses formes et pas seulement contre l’antisémitisme. Ensuite se pose la question de savoir comment on en parle aux enfants et à quel moment.

Dans les discussions que nous avons eues avec le Président et Xavier Darcos, nous nous sommes interrogés à ce propos. En plus de l’histoire au secondaire, nous avons pensé qu’il fallait que le drame de la Shoah soit évoqué avant parce que l’on ne touche pas les collégiens de 15 ans de la même manière que les enfants plus jeunes.

C’est à eux que nous avons voulu nous adresser en proposant que les enfants soient sensibilisés aux conséquences dramatiques du racisme à travers l’histoire d’enfants du même âge qu’eux, vivant dans le même pays qu’eux.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz