Publié par Dreuz Info le 20 février 2008

Les gens ont la mémoire courte. 

En 1999, « l’armée de libération du Kosovo » était considérée par la CIA, les Etats-Unis et l’ONU comme une organisation terroriste, financée par le trafic d’héroïne. Coupable d’atrocités (on parle du massacre de près de 10’000 civils serbes et albanais), l’UCK servait de « lien direct entre Oussama Ben Laden et les indépendantistes albanais » comme l’a noté Jeffrey Robinson, un journaliste d’investigation dont les écrits sur le conflit font référence.

Le conflit du Kosovo (1997-1999) était devenu le nouveau jihad en vogue chez les radicaux musulmans de l’époque. Près de 1’000 recrues yéménites, afghanes, saoudiennes, irakiennes et syriennes étaient venues à la rescousse de leurs frères – ça ne vous rappelle pas l’Afghanistan ?

Mais les Américains ne sont plus à une contradiction près.  Au printemps 2007, plusieurs islamistes albanais, dont un tireur d’élite formé par l’UCK, ont été coincés par le FBI alors qu’ils comptaient attaquer la base militaire de Fort Dix, dans le New Jersey – ça ne vous rappelle toujours pas l’Afghanistan ?

Aujourd’hui, le premier ministre en charge du Kosovo est l’ancien commandant de l’UCK, Hashim Thaçi. C’est lui que Condoleezza Rice a félicité au téléphone, ce qui revient à établir des relations diplomatiques avec un proche d’Al-Qaeda. 

Les années passent à Washington, mais les erreurs se répètent.

 

 
– Eglise détruite au Kosovo en 2005 –

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz