FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 2 mai 2008

Avec sa femme (à gauche) en Israël, entourés d’ex-enfants de l’Opération Mural (1986). Photos : DRDavid G. Littman, que j’ai eu au téléphone mardi et jeudi et qui a accepté de s’exprimer sur le blog drzz, est un personnage hors du commun. Pas seulement parce que cet historien britannique est l’un des orateurs les plus brillants du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, à Genève ; pas seulement parce qu’il ajoute à son immense culture un humour anglais absolument décoiffant ; mais aussi parce que David Littman et sa femme Gisèle, la célèbre Bat Ye’or,  sont de véritables héros de l’histoire d’Israël.


Flash-back.

MAROC – Le pays est indépendant depuis 1956. Au sein de la population, les Juifs sont maltraités : ils ont l’interdiction de quitter le territoire et subissent humiliations et harcèlements quotidiens. Alertés, les services secrets israéliens leur viennent en aide et organisent leur fuite clandestine. Le 11 janvier 1961 pourtant, un terrible drame endeuille l’opération : un navire affrété par le Mossad et baptisé Egoz coule en mer Méditerranée. A son bord, 44 Juifs dont la moitié d’enfants. Tous les passagers
  périssent.

Ebranlé, craignant de voir les autorités marocaines infiltrer ses réseaux, le Mossad propose un nouveau plan : infiltrer un agent au Maroc sous couvert de mission humanitaire et convaincre les autorités locales de laisser partir des enfants – de toutes confessions – pour des vacances dans les Alpes suisses, à Morgins. Depuis là, les petits juifs seraient conduits en Israël.  

SUISSE – En 1961, David Littman a 27 ans. Diplômé de l’Institut d’Archéologie de Londres, il vient de se marier avec Gisèle, une Juive qui a fui l’Egypte pour étudier en Angleterre. Tous deux sont venus s’installer en Suisse, où David se joint aux efforts d’une ONG, l’Oeuvre de secours aux enfants, une fillière ayant aidé plusieurs milliers d’enfants juifs à passer la frontière durant la guerre. L’arrivée du jeune David Littman ne passe pas inaperçue. Le directeur de l’Agence Juive de Suisse, Naftali Bar-Giora, sollicité par le Mossad pour fournir une recrue capable d’opérer au Maroc, se penche sur le profil de son nouvel employé. Il convient parfaitement. L’opération est lancée . Nom de code : « Mural ».

CASABLANCA – Gad Shahar, agent du Mossad au Maroc, a pris ses dispositions pour que Littman ne puisse divulguer des informations sensibles s’il était capturé : « Durant toute la durée de l’opération, dira-t-il plus tard, Littman lui-même ignorait qu’il travaillait pour le Mossad. Il pensait Le départ des enfants s’est fait par bateau et par avion. Photos : DRoeuvrer en faveur de l’Agence Juive. »

« Mural », nom de code de Littman, utilise ses contacts « Georges » et « Jacques » afin d’organiser l’Exode. Appuyé par sa femme Gisèle et leur fille, installés temporairement à Casablanca, Littman poursuit son action clandestine pendant des mois (16 mars – 24 juillet 1961). Mais le nombre de candidatures juives pour ces « vacances en Suisse » finit par alerter les services locaux. Un chef de district de Casablanca lance à Littman : « vous savez que vous êtes membre d’un complot sioniste ! » Le jeune homme rejette l’accusation avec véhémence. Parallèlement, il joue de son statut d’humanitaire pour se rapprocher du directeur des services secrets intérieurs du royaume, Mohamed Drissi. Il gagne son amitié et se plaint des pressions exercées sur lui par la police de Casablanca. Avec succès. Dans les semaines qui suivent, les policiers marocains aident les petits enfants juifs à charger leurs bagages dans les bus. Destination : la liberté.  

530 enfants juifs rejoignent finalement Israël.

Lors du 25ème anniversaire de l’opération, David Littman a reçu un prix de l’Etat hébreu pour son courage et son dévouement. Cette émouvante cérémonie, qui eut lieu d’abord à Jérusalem en 1986, en présence du premier ministre Pérès, puis à Ashod, en 2004, et en présence du ministre de la Défense Mofaz, a permis aux époux Littman de rencontrer les familles des enfants qu’ils ont sauvés.

L’histoire n’est pas terminée. En octobre 2006, David Littman et deux agents du Mossad sont retournés clandestinement sur les traces de l’Opération « Mural » pour le compte d’un documentaire israélien, « Opération Mural : Casablanca 1961 » (traduit en français). Officiellement membres d’un inoffensif groupe de retraités, les trois hommes ont arpenté les rues étouffantes de Casablanca et retouvé les lieux de leurs exploits.

Là où, en 1961, ils ont offert aux enfants juifs du Maroc les perspectives d’un futur libre. Dror !


Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz