FLASH
[23/10/2017] La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 août 2008

Le malaise a commencé à se répandre dans les rangs démocrates dès la fin du grand voyage international de leur candidat. Non seulement Barack Obama avait rencontré les différents officiels du monde, mais il avait tenu un discours devant près de 100’000 personnes à Berlin. Les télévisions ne parlaient que de cela et l’une d’elle avait même envoyé ses trois vedettes couvrir l’évènement. 

Or, malgré cette surexposition médiatique, les sondages ont montré un Obama déclinant au fil des semaines. Incompréhensible !

Les médias et les organes de gauche, qui vivent dans leur bulle,  nous offrent un remix de Ségolène Royal. Beaucoup de bruit pour couvrir une candidature branlante, s’appuyant sur la seule image du candidat (le sourire de Ségolène renvoyant à celui de Barack) sans véritable structure. Pourtant, l’année 2008 est démocrate. Le Congrès sera de gauche et même largement.  Si les Démocrates avaient géré intelligemment cette campagne, ils devraient enterrer les Républicains pour la décennie à venir. Mais voilà, la gauche a été phagocytée par les gamins de mai 68 qui prennent leurs fantasmes pour la réalité. Ils qui ont lancé un candidat sans aucune envergure. Barack Obama avouait lui-même, en 2004, qu’il n’avait pas l’expérience pour briguer la présidence en 2008 ! 

Plutôt que miser sur une candidate de renom, Hillary Clinton, certes controversée sur le court terme mais ô combien crédible face à McCain sur le long terme, la génération hippie a préféré aduler une coquille vide, et se demande aujourd’hui si elle n’a pas commis une erreur monumentale. Dans une chronique pour le Wall Street Journal, le stratège Karl Rove s’étonne de la prestation de McCain « qui ne devrait pas être aussi proche de son adversaire à ce stade de la campagne ».

Le blog drzz vous avait annoncé depuis le début que Hillary Clinton se présentait comme une adversaire de taille pour les Républicains. Mais que la sénatrice de New York, écartée par la frange irresponsable de son parti, allait finalement savonner la planche sur laquelle se reposait ingénuement Barack Obama. C’est chose faite : Hillary n’a participé à aucun meeting d’Obama en juillet, prétextant « un agenda surchargé » à son poste de sénatrice de New York ! Son absence a marqué ceux qui l’ont soutenue. 74% seulement des Démocrates soutiennent Obama quand 86% des Républicains sont derrière McCain. 

Barack Obama souffre d’un déficit d’expérience quand McCain pâtit de la réputation désastreuse de son parti. Or la campagne risque bien de se jouer sur la personnalité plutôt que sur l’appartenance politique, comme il est de coutume aux Etats-Unis.

Plus inquiétant encore pour les Démocrates, la confiance des électeurs envers McCain en politique intérieure commence à dépasser celle accordée à Obama. Et sur des questions traditionnellement acquises à la gauche, telles que l’équilibre du budget (+3% en faveur de McCain) et la sécurité sociale (+6%). Même sur la Santé, élément-phare du programme démocrate,  Obama a perdu 6 points de confiance en deux semaines. Et une majorité des sondés ont exprimé leur ras-le-bol face au trop plein médiatique consacré au candidat démocrate.
  
Obama ne rassure pas. La majorité des électeurs qui le jugeait inexpérimenté au printemps n’a pas fluctué, et ceci alors que 119 millions $ de publicité ont été injectés pour améliorer son image dans ce domaine. Durant le seul mois de juillet, Barack Obama a changé d’avis sur l’Irak, l’Iran et le forage de pétrole domestique. Il a accusé les Républicains de racisme alors que le mois précédent il se présentait comme un rassembleur. Sur l’économie, élément central de cette campagne, il a perdu son avantage et les deux candidats sont aujourd’hui au coude-à-coude avec 45% de confiance chacun. Il faut dire que le Congrès à majorité de gauche n’a pas aidé Obama : alors que le prix de l’essence est au plus haut, les Démocrates des deux chambres refusent obstinément la construction de nouveaux puits de pétrole en Alaska. Ces derniers permettraient pourtant aux classes les plus pauvres d’obtenir de l’essence meilleur marché. Un scandale, alors que 67% des électeurs soutiennent de nouveaux forages.

Que conclure ? Obama perd du terrain tout seul. Les attaques de McCain, trop tardives, n’expliquent pas à elles seules le recul du sénateur de l’Illinois. Nous assistons aujourd’hui à ces revirements dont les campagnes présidentielles sont friandes. N’anticipons rien : il reste encore l’annonce du vice-président, les deux Conventions, les trois débats nationaux, et les coups bas qui jalonneront la fin de parcours à la mi-octobre. Une chose est certaine cependant : Obama va devoir se ressaisir. Comme le note justement l’historien Victor Davis Hanson, les Démocrates n’ont pas fini de regretter Hillary Clinton… Mais la campagne ne fait que commencer.     

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz