FLASH
[20/10/2017] #Pologne : 8 blessés dans une attaque au couteau dans le centre commercial VIVO à Stalowa Wola  |  Une ex-assistante parlementaire porte plainte contre le député LREM Christophe Arend pour harcèlement et agression sexuelle  |  Une ex-salafiste porte plainte contre Tariq Ramadan pour “viol, agression sexuelle et harcèlement”  |  Un musulman plein d’amour et de tolérance s’est fait exploser dans la mosquée de l’imam Zaman de Kaboul en Afghanistan  |  Le Hamas à Trump : « Israël, nous voulons l’anéantir, pas le reconnaître » et les médias feignent de ne pas entendre  |  [19/10/2017] Ariane Fornia, fille d’Eric Besson, accuse l’ex-ministre Pierre Joxe d’agression sexuelle  |  Wolf Blitzer (CNN) est le 1er journaliste de gauche à évoquer le scandale Clinton/ Obama/ Uranium depuis sa révélation il y a 24 heures  |  [18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 août 2008


Nous vivons à une époque
de guérilla. Personne ne le sait mieux que les marchands d’armes qui n’ont jamais vendu autant depuis la fin de la guerre froide. Que cherche-t-on ? La maniabilité, préférée à la précision. Et le maximum de dégâts.

 
Championne toute catégorie du balayage meurtrier, la kalachnikov n’est certes pas prête de quitter les arsenaux illégaux, mais elle a trouvé de sérieux concurrents : les armes sol-air.

 
En effet, dans les armées modernes, les troupes aériennes sont devenues primordiales. Il n’est donc pas étonnant de constater que leurs adversaires « insurgés » cherchent un moyen de maîtriser le ciel.

 
L’attentat au missile sol-air est né quasiment en même temps que l’arme elle-même. Essayé au début des années 70, il a été perfectionné par les cerveaux terroristes les plus zélés : les Palestiniens. A la mi-janvier 1973, « la Force 17 », l’unité de protection rapprochée de Yasser Arafat, disposa des missiles sol-air de fabrication russe autour de l’aéroport de Rome. Sa cible ? L’avion qui emmenait Golda Meir en visite au Vatican. Les hommes d’Ali Hassan Salameh avaient déployé une batterie antiaérienne dans un véhicule de fortune, installé à l’écart des pistes d’atterrissage. L’attentat fut évité de justesse. A l’ultime seconde, alors que l’avion de Golda Meir amorçait sa descente, un bus conduit… par le directeur du Mossad lui-même (Zvi Zamir) – à une époque où son identité était encore confidentielle – heurta le van terroriste comme un bélier et le coucha sur le flanc !

 
Depuis, les missiles sol-air sont devenus l’arme de destruction massive préférée du pauvre. En 2003, des terroristes islamistes ont tenté d’abattre un avion de ligne israélien au décollage de Mombassa, au Kenya. Les systèmes – des SA-7 russes, peu précis – manquèrent l’appareil. En 2004, le FBI a dissout une filière de terroristes arméniens qui tentait d’acquérir des missiles pour descendre les avions en partance de l’aéroport de Newark, à New York. L’alerte fut chaude. Et pas seulement par l’intention. En effet, cette cellule avait commandé des missiles américains. Les meilleurs. Au niveau de la précision et du machiavélisme, aucun autre système antiaérien n’équivaut celui-ci. Considéré comme l’une des dix armes les plus létales du monde, il a terrassé un empire à lui tout seul. Son nom ? Le Stinger.

 
Créé en 1979 et perfectionné au milieu des années 80, il est devenu le leader dans sa catégorie, et de fait le système le plus recherché au marché noir. En Irak, sa présence, même hypothétique, dans une région ennemie suffit à imposer une interdiction générale de survol. Supersonique, le missile est dirigé par une tête chercheuse évoluant vers les sources de chaleur, en général les réacteurs des jets ou les rotors des hélicoptères. Sa charge explosive, peu importante, permet de faire sauter les moteurs des appareils et condamner ces derniers au crash par avarie générale. Surtout, contrairement à ses paires, le Stinger est une arme de mort : le pilote ennemi n’a aucune chance de s’en sortir. Il meurt dans son appareil en feu avant d’avoir réalisé l’impact du missile, venu à lui à la vitesse Mach-2.

 
Personne ne connaît mieux la létalité du Stinger que les Russes. Au début des années 80, un empire soviétique à son apogée envahissait l’Afghanistan, et balayait ses adversaires grâce à sa puissance aérienne, en particulier ses hélicoptères de combat. En secret, la CIA riposta en approvisionnant les Afghans de Stingers. Cette tactique se révéla payante dès sa première application : trois appareils furent abattus le même jour, provoquant un courant de panique côté Soviet. Incapable de ravitailler ses troupes par la voie des airs, Moscou finit par sonner la retraite. Le Stinger connut alors une célébrité mondiale – jamais une arme à elle toute seule n’avait produit pareil résultat. Certains devaient retenir la leçon.

 
Car les Stingers américains restèrent en mains afghanes. Beaucoup d’entre eux disparurent purement et simplement de la circulation. Entre 1995 et 2000, la CIA fit passer le mot dans les tribus du pays que l’Amérique rachetait chaque missile à un prix intéressant. Mais seulement 600 armes sur 2’500 furent retrouvées. En 2001, le camp islamiste de Tora Bora resta longtemps hors de portée des hélicoptères Chinook américains parce qu’il était établi que Ben Laden possédait plusieurs Stinger, tout aussi capables, d’ailleurs, d’intercepter des drones ou des missiles de croisière. Lorsque les Rangers se décidèrent enfin à attaquer la base d’Al-Qaeda, ils perdirent deux appareils.

 
Aujourd’hui, le Stinger est utilisé dans plusieurs armées. Il est surtout aux mains des terroristes du XXIe siècle (comme le Hezbollah et Al-Qaeda), et nul doute que le prochain attentat portera sa marque. En 2007, un rapport de la police de Houston, au Texas, indiquait que 75 systèmes Stinger étaient entrés illégalement aux Etats-Unis depuis 2002…    

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz