FLASH
[16/08/2018] 1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  |  Le 8 août, la police israélienne a arrêté dans la capitale Jérusalem 1 terroriste musulman qui préparait 1 attaque à l’arme blanche afin d’assassiner des Juifs  |  La presse anti-Trump dit que le président est un suprémaciste blanc responsable de la montée des nazis. Mais seulement 20 ou 30 nazis etaient à la marche le week-end dernier! Donc Trump a lamentablement échoué!  |  Attentat-suicide à la bombe à Kaboul: 48 morts dans 1 centre éducatif: imaginez le carnage si l’islam n’était pas une religion de paix !  |  Allemagne : une jeune femme violée dans la rue par deux demandeurs d’asile somaliens, mais ce qui est illégal, c’est de crtiquer cette immigration là  |  Vous avez le droit de rire: Une centaine de journaux dénoncent les «attaques» de Trump contre la liberté de la presse. Ah bon? Ils ont la liberté de dénoncer leur manque de liberté ? Pas étonnant que 74% n’ont plus confiance dans ces clowns  |  Près de 4 millions de nouveaux emplois. La croissance la plus rapide en 15 ans. Indépendance énergétique: les journalistes ont de vraies bonnes raisons de haïr Trump  |  [14/08/2018] Est-ce vraiment ça, la mission de service public de France Info: parler de tous les livres anti-Trump qui paraissent, et silence total sur les livres pro-Trump ?  |  [13/08/2018] Migrants délinquants : le port de Sète veut bien accueillir l’Aquarius, qui est de nouveau à la recherche d’un port d’accueil pour débarquer des illégaux  |  La branche d’Al-Qaeda à Gaza a publié une vidéo de ses attaques à la roquette sur les communautés civiles israéliennes au cours de la dernière semaine  |  Mons-en-Baroeul (France): une voiture a terminé sa course dans le hall d’une mosquée. Accident ou intention, le mobile n’est pas encore clair  |  La monnaie turque plonge, Trump a réussi en 1 mois ce que l’Europe n’arrive pas à faire depuis 10 ans  |  Israël a confisqué des dizaines de milliers de ballons qui étaient destinés à Gaza par crainte qu’ils soient utilisés comme bombes incendiaires  |  [11/08/2018] Des drones israéliens ont ciblé des terroristes musulmans qui lançaient des bombes incendiaires depuis le nord de Gaza. Plusieurs incendies ont éclaté aujourd’hui dans des villes israéliennes près de la frontière  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 août 2008


Nous vivons à une époque
de guérilla. Personne ne le sait mieux que les marchands d’armes qui n’ont jamais vendu autant depuis la fin de la guerre froide. Que cherche-t-on ? La maniabilité, préférée à la précision. Et le maximum de dégâts.

 
Championne toute catégorie du balayage meurtrier, la kalachnikov n’est certes pas prête de quitter les arsenaux illégaux, mais elle a trouvé de sérieux concurrents : les armes sol-air.

 
En effet, dans les armées modernes, les troupes aériennes sont devenues primordiales. Il n’est donc pas étonnant de constater que leurs adversaires « insurgés » cherchent un moyen de maîtriser le ciel.

 
L’attentat au missile sol-air est né quasiment en même temps que l’arme elle-même. Essayé au début des années 70, il a été perfectionné par les cerveaux terroristes les plus zélés : les Palestiniens. A la mi-janvier 1973, « la Force 17 », l’unité de protection rapprochée de Yasser Arafat, disposa des missiles sol-air de fabrication russe autour de l’aéroport de Rome. Sa cible ? L’avion qui emmenait Golda Meir en visite au Vatican. Les hommes d’Ali Hassan Salameh avaient déployé une batterie antiaérienne dans un véhicule de fortune, installé à l’écart des pistes d’atterrissage. L’attentat fut évité de justesse. A l’ultime seconde, alors que l’avion de Golda Meir amorçait sa descente, un bus conduit… par le directeur du Mossad lui-même (Zvi Zamir) – à une époque où son identité était encore confidentielle – heurta le van terroriste comme un bélier et le coucha sur le flanc !

 
Depuis, les missiles sol-air sont devenus l’arme de destruction massive préférée du pauvre. En 2003, des terroristes islamistes ont tenté d’abattre un avion de ligne israélien au décollage de Mombassa, au Kenya. Les systèmes – des SA-7 russes, peu précis – manquèrent l’appareil. En 2004, le FBI a dissout une filière de terroristes arméniens qui tentait d’acquérir des missiles pour descendre les avions en partance de l’aéroport de Newark, à New York. L’alerte fut chaude. Et pas seulement par l’intention. En effet, cette cellule avait commandé des missiles américains. Les meilleurs. Au niveau de la précision et du machiavélisme, aucun autre système antiaérien n’équivaut celui-ci. Considéré comme l’une des dix armes les plus létales du monde, il a terrassé un empire à lui tout seul. Son nom ? Le Stinger.

 
Créé en 1979 et perfectionné au milieu des années 80, il est devenu le leader dans sa catégorie, et de fait le système le plus recherché au marché noir. En Irak, sa présence, même hypothétique, dans une région ennemie suffit à imposer une interdiction générale de survol. Supersonique, le missile est dirigé par une tête chercheuse évoluant vers les sources de chaleur, en général les réacteurs des jets ou les rotors des hélicoptères. Sa charge explosive, peu importante, permet de faire sauter les moteurs des appareils et condamner ces derniers au crash par avarie générale. Surtout, contrairement à ses paires, le Stinger est une arme de mort : le pilote ennemi n’a aucune chance de s’en sortir. Il meurt dans son appareil en feu avant d’avoir réalisé l’impact du missile, venu à lui à la vitesse Mach-2.

 
Personne ne connaît mieux la létalité du Stinger que les Russes. Au début des années 80, un empire soviétique à son apogée envahissait l’Afghanistan, et balayait ses adversaires grâce à sa puissance aérienne, en particulier ses hélicoptères de combat. En secret, la CIA riposta en approvisionnant les Afghans de Stingers. Cette tactique se révéla payante dès sa première application : trois appareils furent abattus le même jour, provoquant un courant de panique côté Soviet. Incapable de ravitailler ses troupes par la voie des airs, Moscou finit par sonner la retraite. Le Stinger connut alors une célébrité mondiale – jamais une arme à elle toute seule n’avait produit pareil résultat. Certains devaient retenir la leçon.

 
Car les Stingers américains restèrent en mains afghanes. Beaucoup d’entre eux disparurent purement et simplement de la circulation. Entre 1995 et 2000, la CIA fit passer le mot dans les tribus du pays que l’Amérique rachetait chaque missile à un prix intéressant. Mais seulement 600 armes sur 2’500 furent retrouvées. En 2001, le camp islamiste de Tora Bora resta longtemps hors de portée des hélicoptères Chinook américains parce qu’il était établi que Ben Laden possédait plusieurs Stinger, tout aussi capables, d’ailleurs, d’intercepter des drones ou des missiles de croisière. Lorsque les Rangers se décidèrent enfin à attaquer la base d’Al-Qaeda, ils perdirent deux appareils.

 
Aujourd’hui, le Stinger est utilisé dans plusieurs armées. Il est surtout aux mains des terroristes du XXIe siècle (comme le Hezbollah et Al-Qaeda), et nul doute que le prochain attentat portera sa marque. En 2007, un rapport de la police de Houston, au Texas, indiquait que 75 systèmes Stinger étaient entrés illégalement aux Etats-Unis depuis 2002…    

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz