FLASH
[22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  |  Pendant la nuit, 2 roquettes tirées depuis la Syrie ont atteint le Golan – pas de blessé  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 22 août 2008

Selon des témoignages recueillis par Florence Aubenas, envoyée spéciale du Nouvel Observateur, les militaires français auraient pu être trahis par des Afghans avec qui ils travaillaient.

Peut-on dire que les soldats tués ou blessés dans l’embuscade étaient mal préparés ?

– Il s’agit de l’élite de l’armée française. Le 8e RPIMa est l’un des régiments les plus prestigieux. Rien ne permet de dire qu’ils étaient mal préparés. Ce dont il faut bien se rendre compte, c’est que nous n’avons pas une armée de guerre. C’est paradoxal mais la guerre n’est plus une des missions majeures de l’armée. Depuis la professionnalisation de l’armée, la France ne connait pas la guerre. Ce qui est certain c’est que si le 8e RPIMa n’est pas bien préparé, personne ne l’est.
En France, on s’est créé tout un imaginaire autour des soldats de 20 ans, « Avoir 20 ans dans les Aurès »… A la différence de cette époque là, où les soldats étaient envoyés malgré eux dans les conflits armés, aujourd’hui, on a une armée professionnelle.

Une erreur de commandement pourrait-elle être une des causes du bilan tragique ? Que pensez-vous de la thèse selon laquelle, parmi les 10 soldats français tués et les 21 blessés, certains pourraient avoir été victimes de frappes aériennes de l’Otan ?

– Je ne sais pas si c’est une erreur de commandement. En Afghanistan, les Français étaient partisans de faire une armée de patrouille, proche de l’homme et des civils. L’armée française s’est attachée à cela. Les soldats sont tombés dans l’embuscade car ils étaient à pied. Jusqu’à présent, l’armée française a décrit cette stratégie comme sa force mais aujourd’hui, les insurgés ont profité de cette manière de faire.
Je ne pense pas que les militaires ont été victimes de frappes aériennes de l’Otan mais il faudra une enquête pour le déterminer avec certitude. J’étais à Kaboul, j’ai parlé avec beaucoup de soldats de plusieurs régiments, et ce n’est pas quelque chose qui m’a été raconté. Je n’ai aucun élément pour appuyer cette thèse, mais ça ne veut pas dire qu’elle est fausse. Le problème que les militaires ont eu avec l’aviation, c’est qu’elle n’a pas pu fonctionner, les soldats étaient trop près des insurgés.

Comment peut-on expliquer, alors, l’embuscade ?

– De nombreux soldats français, m’ont dit que l’embuscade a été préparée et qu’ils ont été trahis par des Afghans, avec qui ils travaillaient. Les villages semblaient avoir également fourni des informations sur leurs faits et gestes. Les soldats pensaient être dans un environnement sûr, et en réalité ça n’était pas le cas. Ils sont tous très amers autour de cette question. « On a été trahis, on est tombé dans une piège », m’ont-ils dit.

Interview de Florence Aubenas, par Emilie Jardin
(le jeudi 21 août 2008)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz