FLASH
[20/04/2018] Désespéré, le parti Démocrate dépose plainte pour « conspiration » entre la campagne Trump, la Russie et WikiLeaks pour « perturbation des élections de 2016 »  |  [18/04/2018] Message de Trump à Israël: Meilleurs vœux au 1er ministre @Netanyahu et à tout le peuple d’Israël à l’occasion du 70e anniversaire de votre Grande Indépendance. Nous n’avons pas de meilleurs amis nulle part. J’ai hâte de déménager notre ambassade à Jérusalem le mois prochain !  |  Royaume-Uni : des produits chimiques trouvés à l’université de Manchester – des centaines de personnes évacuées alors que la police entoure le bâtiment  |  Un camion palestinien chargé d’explosifs en prévision de la célébrationdes 70 ans d’Israël a été intercepté  |  Le directeur de la CIA Mike Pompeo a rencontré le dictateur nord Coréen Kim-Jong Un, confirme Trump qui ajoute : « tout s’est bien passé et une bonne relation s’est établie »  |  Barbara Bush, la femme de G.H. Bush est décédée à l’âge de 92 ans  |  [17/04/2018] Gaza : Tsahal a tiré sur un poste du Hamas situé au sud de Gaza après des tirs sur des soldats israéliens  |  L’équipe de télé de CBS a visité Douma et a vu et filmé le cylindre de gaz chimique coincé dans un immeuble. Comment est-ce possible que les Russes ne l’aient pas vu ?  |  Toulouse, avantage de l’immigration : nouvelle soirée de violences urbaines après le contrôle d’une musulmane en niqab  |  Allemagne : une cadre du parti de Merkel, propriétaire d’un hôtel, recevra 2,7 millions d’euros pour héberger 31 migrants  |  La France a engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur de Bachar el-Assad  |  Nantes : « On va tous vous tuer, Allahou Akbar », un musulman modéré menace de mort des militaires de l’opération Sentinelle sur le périphérique  |  Interview de Macron: La Maison-Blanche contredit le président et répète que les Etats-Unis ne resteront pas en Syrie  |  Cette nuit, et pour la 2e fois en 7 jours, israël a bombardé une base militaire près de Homs en Syrie  |  Le maire anti-israélien et pro-terroriste de Gennevilliers Patrice Leclerc a été interdit d’entrée en Israël  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 27 août 2008

Vous lirez la presse internationale et celle-ci sera unanime : Hillary Clinton a soutenu la candidature de Barack Obama à force d’arguments et de slogans accrocheurs. « Avez-vous voté pour moi ou pour une cause plus grande ? » a-t-elle demandé à ses 18 millions de supporters, hier soir (4h ce matin en France), dans le Pepsi Center de Denver. « Votez Obama ! » a-t-elle conclu sous les vivats.

 

Elle a dit cela, oui. Elle le devait pour ne pas faire figure de traîtresse dans son parti. Mais la véritable signification de son discours est toute autre… Au printemps dernier, le blog drzz vous avait proposé un article intitulé « la brillante stratégie de Hillary Clinton » où je détaillais la nouvelle vision adoptée par la sénatrice de New York depuis sa défaite durant les primaires. Je me tiens à cette analyse. Je lui ai même trouvé une nouvelle pertinence hier soir. Décryptage.

 

Hillary Clinton, tout comme son mari, est une politicienne d’expérience. Rien à voir avec les clowns comme Dukakis, Gore, Kerry ou Obama. De fait, les Clinton ont été les seuls Démocrates à remporter la Maison-Blanche depuis trente ans bientôt. Quand les autres avancent leurs pions, les Clinton ont déjà deux coups d’avance.

 

Pour mener à bien son plan, à savoir gagner la Maison-Blanche en 2012, Hillary doit écarter Obama à tout prix. Il est hors de question que celui-ci gagne et contraigne  la sénatrice de New York à attendre huit ans (réélection oblige). Sa seule mission, cette année : faire capoter la candidature d’Obama. Sur le podium de la convention démocrate, Hillary s’est livrée à une splendide opération de sabotage.

 

Vous lisez bien : Hillary n’a pas du tout soutenu son adversaire pendant son discours. Au contraire. Hillary a écrit un discours très critique à l’égard de son ennemi juré. Ces coups bas sont imperceptibles par le téléspectateur lambda, mais ils sont bel et bien là. Florilège :  

  • « Je suis fière de mon pays » : cette volée de bois vert est directement adressée à Michelle Obama, la femme du sénateur de l’Illinois qui avait déclaré : « Je suis fière de mon pays pour la première fois de ma vie » au printemps dernier. La télévision montrait en direct Michelle Obama dans le carré VIP, livide.
     
  • « J’ai visité 50 Etats » : une référence à la bévue d’Obama, lequel avait déclaré par erreur que son pays comptait 57 Etats. 
     
  • « Lorsque j’ai visité des soldats blessés » : une référence à la polémique suscitée en Allemagne par Barack Obama lorsqu’il a refusé de visiter un hôpital militaire.
     
  • « Si on a pu envoyer cinquante femmes dans l’espace, on peut envoyer une femme à la Maison Blanche. » Traduction : casse-toi Barack !
  •  
  • « John McCain est mon ami ». Pareil dénominatif flatteur n’a pas été adressé à Obama.
  •  
  • « Les soldats rentreront d’Irak avec honneur ». C’est, mot pour mot, un slogan de McCain !
     
  • Hillary a conclu son discours par quinze minutes pleines consacrées au combat des féministes – un comble alors que la convention démocrate s’ouvre sur un ticket 100% masculin !  

Dans un one-woman-show mené tambour battant, Hillary a enthousiasmé ses supporters et transformé la convention d’Obama en un meeting à sa gloire. Elle a parlé d’elle et de ses idées. A aucun moment, elle n’a expliqué qui était l’homme Obama ou quelles étaient ses capacités supposées de leader. Ces questions cruciales pour l’électorat ont été soigneusement évitées. Pour appuyer le message, Hillary s’est présentée vêtue d’une tenue orange, couleur symbole d’hostilité.

Sur FOX, Bill Kristol a souligné que l’ancienne First Lady n’a jamais tenté de bâtir une image d’un Obama humble, proche des gens. A l’opposé, son discours pouvait se résumer comme suit : « nous avions de grandes idées, je les incarnais mais j’ai perdu, alors votez Obama puisque vous n’avez plus le choix ».

 

La grande gagnante de ce soir est Hillary elle-même. Sur CNN, une correspondante a posé une question impensable quelques jours plus tôt : « et si les Démocrates avaient fait une grosse erreur en refusant de la nommer vice-présidente ? » La question risque bien de se répandre dans les rangs démocrates. « Les délégués regretteront leur vote pour Obama » a pour sa part prédit le journaliste du Washington Post Charles Krauthammer. Vous avez dit union du parti ? Hier soir, Hillary a semé les graines de la discorde.

 

La sénatrice Clinton a avancé ses pions. Ses supporters sont encore plus frustrés qu’avant. Hier soir, dans les rues de Denver, certains d’entre eux arrachaient les affiches d’Obama ! Maureen Dowd, du New York Timesparle d' »atmosphère submergé de haine » entre les partisans de Hillary et ceux d’Obama. Le parti est déchiré de l’intérieur. Il doute… Et s’interroge sur la marche à suivre à deux jours du discours d’intronisation de Barack Obama ! 

 

Ecartés prématurément de la course finale, les Clinton sont revenus en force au moment où leur concurrent décline dans les sondages. Ils se sont rappelés à la mémoire de tous et déclaré, devant une Amérique ébahie, que nul autre candidat que le leur pouvait briguer le poste suprême. L’avertissement n’est pas voilé : hier après-midi, durant un cocktail avec des délégués démocrates, Bill Clinton a raconté   l’histoire de « deux types », l’un partageant les valeurs de gauche mais inexpérimenté et l’autre, moins attractif mais plus qualifié. « Lequel des deux choisiriez-vous ? » a-t-il demandé à son audience. Les supporters d’Obama ne s’en sont toujours pas remis : Bill Clinton encourage les supporters de sa femme à voter McCain en 2008 !
 

Avec ce discours à la convention de Denver, les Clinton ont porté un coup très sévère à leur ennemi. Qu’on se le dise désormais : le 26 août 2008, Hillary a lancé sa campagne pour devenir Présidente des Etats-Unis en 2012. Et personne ne l’arrêtera.  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz