FLASH
[22/08/2018] L’homme considéré comme le terroriste le plus dangereux au monde après la mort de Ben Laden lors de la grève des drones aux États-Unis au Yémen  |  Imran Awan, l’ancien assistant informatique des démocrates du Congrès accusé de fraude bancaire, a plaidé coupable et n’a eu aucune peine de prison  |  États-Unis : Paul Manafort a été condamné pour des délits de fraudes bancaire et fiscale qui remontent à 10 ans avant la campagne électorale de Trump  |  Etats-Unis : Un immigrant illégal accusé du meurtre de Mollie Tibbetts, une étudiante à l’université de l’Iowa  |  [21/08/2018] Chômage, déficit, pouvoir d’achat : l’effet Macron ne marche pas, l’effet Trump fonctionne à fond, donc les médias crachent sur Trump  |  Une statue de la Vierge à l’Enfant décapitée dans l’Île de Noirmoutier  |  Européennes 2019 : contesté voire détesté, Emmanuel Macron en mauvaise posture  |  Orly : un « jeune » à scooter meurt en fuyant un contrôle de police, l’IGPN saisie  |  [20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 23 octobre 2008

  
  

Quand les incompétents et les corrompus moralisent

Miguel Garroté   Depuis le début de la crise financière,  je fais partie de ceux – à la fois minoritaires sur la toile et censurés dans les médias – qui ont dénoncé et qui dénoncent encore les vrais coupables de cette crise,  à savoir :  les sur-réglementations ;  les appareils étatiques ;  et  les institutions semi-étatiques ou para-étatiques telles que Fanny Mae par exemple.  Or,  je tombe dans ce contexte sur un article de Charles Gave qui explique de façon remarquable l’imposture politico-médiatique qui,  depuis des semaines,  Sarkozy en tête,  désigne avec arrogance et mauvaise foi de faux coupables.  La palme du ridicule revient au président français qui – au prétexte de la crise – veut,  déjà :  primo,  prolonger son récent mandat de président de l’Union européenne ;  secundo,  réglementer davantage ce qui justement est aujourd’hui sur-réglementé ;  et tertio,  démagogie oblige,  faire la peau aux paradis fiscaux.  A cet égard,  j’ai prédit – non sans ironie – il y a quelques jours,  que les crocodiles européens s’en prendront,  tels des alligators,  aux îles Caïmans.  Depuis lors,  c’est chose faite….



Puis,  Rue Sarkozy,  président réglementu (2007-?)

Charles Gave est Diplômé de l’Université de Chicago où il a passé un PhD en économie.  Il est l’auteur de « C’est une révolte ?  Non, Sire, c’est une révolution.  L’intelligence prend le pouvoir »,  paru en 2006,  de « Un libéral nommé Jésus »,  paru en 2005  et  de « Des lions menés par des ânes »,  paru en 2003 chez Robert Laffont.  Charles Gave est associé à nos amis de l’Institut Turgot (1).  Il publie chez notre frère d’armes – et ténor de la Révolution bleue – Claude Reichman (2) un article intitulé « Les incompétents et les corrompus veulent ‘moraliser’ le capitalisme »,  article dont voici le texte intégral (début de l’article de Charles Gave) :  « Nous sommes en plein milieu de l’une des grandes crises financières de l’histoire,  et la recherche des boucs émissaires bat son plein.  Grâce a Dieu,  on l’a trouvé presque immédiatement :  le pelé,  le galeux,  celui dont nous vient tout le mal,  c’est bien entendu le marché,  et son émanation diabolique,  les ‘hedge funds’ ».

« Tous les méfaits viennent bien sûr de ces entités non réglementées,  et donc forcément suspectes.  Ce qui nous sauverait donc serait plus de réglementation (j’ai du mal à me souvenir d’une seule fois où les élites françaises ne soient pas arrivées à la conclusion que ce dont nous avions besoin c’était plus de réglementation,  mais passons…).  Comme l’aurait dit Cyrano,  « Holà,  jeune homme,  c’est un peu court ».  Car après tout,  qui est en train de faire faillite ?  Des banques,  des compagnies d’assurance,  des sociétés de collecte de l’épargne.  Et ces entités avaient toutes une caractéristique commune :  elles étaient règlementées,  voir sur-réglementées,  tout au moins officiellement.  Prenons l’exemple de Fanny Mae,  l’immense société hypothécaire que le gouvernement américain vient de nationaliser.  Elle était sous le contrôle direct de plus de cinq agences fédérales.  La même chose pour Wamu,  la plus grande caisse d’épargne qui vient d’être rachetée en catastrophe par JP Morgan ».

« La réalité est que ces entreprises ont délibérément tourné la législation,  si ce n’est dans sa lettre,  au moins dans son esprit.  Et les régulateurs n’ont rien vu ou rien voulu voir.  Que l’on ne me dise pas qu’il s’agit d’un problème américain.  D’après les normes prudentielles que les banques sont censées respecter,  le ratio entre les fonds propres d’une banque et la taille de son bilan doit rester inférieur a douze.  D’après un article paru dans le Financial Times la semaine dernière,  la Deutsche Bank en est à un ratio de 60 à 1,  Barclays est à 55,  et Fortis était au dessus de 50.  Quels sont les régulateurs qui ont laissé un tel endettement se développer,  et pourquoi l’ont-ils fait ?  Qui plus est,  où sont les conseils d’administration qui auraient dû ramener a la raison des présidents atteints de folie des grandeurs ?  Certes,  il est tout à fait exact que les nouveaux produits,  en particulier les fameux « credit default swaps, CDS »  ou assurance contre la faillite étaient,  par le simple fait qu’ils étaient nouveaux,  en dehors du filet réglementaire préexistant ».



On veut tuer la liberté d’entreprendre

« Il est exact aussi que c’est M. Greenspan lui-même qui a trouvé bon de ne pas instituer de réserves obligatoires sur ces outils.  Et il est tout aussi exact que ce sont ces CDS qui ont fait sauter AIG.  Mais après tout,  M. Greenspan n’était-il pas au sommet de la pyramide de réglementation,  et n’était-il pas il y a encore 18 mois considéré comme un demi dieu ?  Et pour ajouter l’insulte à l’injure,  ce sont bien ces mêmes régulateurs qui ont institué la règle stupide du « market to market »,  instaurant de ce fait des baisses vicieuses se nourrissant d’elles-mêmes.  Venons-en aux politiques.  Qui se souvient que le désastre des « subprimes » a commencé avec une loi américaine passée par l’administration Clinton forçant les banques à prêter aux « minorités » faute de quoi elles ne pourraient plus bénéficier de la couverture d’assurance fédérale sur leurs dépôts ».

« Ce sont les politiques qui ont obligé les banques à prêter à des gens qui ne pouvaient pas rembourser,  et nous voyons tous les jours les effets de cette générosité payée avec l’argent des autres.  Qui se souvient que les démocrates aux USA ont refusé la privatisation totale de Fanny Mae et Freddy Mac,  tant les bénéfices électoraux et personnels qu’ils retiraient du statut mixte de ces deux institutions étaient importants.  Qui n’a pas été atterré par l’incompétence incroyable de M. Paulson depuis le début de cette crise,  prenant des mesures immensément onéreuses à tort et à travers,  et ne prenant pas la seule mesure qui s’impose,  la suspension de la nécessité de prendre en compte le prix du marché dans la valeur du bilan (market to market ),  alors même que le prix d’un actif quand il y a des ventes forcées ne veut plus rien dire ? ».

« Qui se souvient que ce sont les politiques qui ont donné tous les pouvoirs administratifs sur lesquels toute la réglementation repose à des agences de notation de droit privé,  qui cherchaient à maximiser leurs profits ?  Dans tout cela,  on ne voit pas l’ombre d’un hedge fund.  Certes ils ont gagné un peu d’argent ici ou là en vendant à découvert quelques titres de sociétés qui seraient allées en faillite de toute façon.  La réalité,  c’est que cette crise a été créée par une compromission constante entre des régulateurs incompétents ou dépassés,  des hiérarchies financières devenues folles et que plus personne ne contrôlait,  et des pouvoirs politiques ou l’incompétence le disputait à la corruption.  Grâce a Dieu,  nous sommes rassurés :  les mêmes trois groupes qui ont créé le problème se sont exonérés mutuellement de toute responsabilité et nous disent qu’ils vont régler tout ça.  Nous sommes sauvés.  C’est demander à Gamelin (généralissime français en 1940) d’être le commandant en chef des forces alliées pour le débarquement en Normandie,  ou confier la clef de la cave à vins à un alcoolique » (fin de l’article de Charles Gave).


© Charles Gave

(1)     http://www.turgot.org

(2)     http://www.claudereichman.com/articles/moraliser.htm



La sarkoréglementite pulvérise le moteur économique
   
  

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz