FLASH
[21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  |  Pendant la nuit, 2 roquettes tirées depuis la Syrie ont atteint le Golan – pas de blessé  |  [20/10/2017] #Pologne : 8 blessés dans une attaque au couteau dans le centre commercial VIVO à Stalowa Wola  |  Une ex-assistante parlementaire porte plainte contre le député LREM Christophe Arend pour harcèlement et agression sexuelle  |  Une ex-salafiste porte plainte contre Tariq Ramadan pour “viol, agression sexuelle et harcèlement”  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 novembre 2008

 

PARIS (AFP) — Simone Veil, ancienne ministre et présidente du Parlement européen, a été élue jeudi à l’Académie française, au fauteuil de l’ancien Premier ministre Pierre Messmer, a annoncé l’institution.

Mme Veil, 81 ans, a été élue au premier tour de scrutin, avec 22 voix sur 29 votants, cinq bulletins blancs et deux marqués d’une croix, signifiant le refus de tous les candidats.

Une élection sans bavures pour celle dont le nom circulait depuis plusieurs mois pour rejoindre l’Académie. Elle avait en effet choisi d’attendre l’élection au fauteuil de Pierre Messmer, décédé le 29 août 2007, pour inscrire sa candidature dans la continuité de celles des politiques qui siègent régulièrement sous la Coupole.

Dans un communiqué, le président Nicolas Sarkozy a aussitôt rendu hommage « au nom de la République, à la +femme d’État+ toujours au service de la France et à son perpétuel courage dans ses combats pour la liberté des femmes, pour l’Europe ou pour la mémoire de la Shoah ».

Née Simone Jacob le 13 juillet 1927 à Nice, Mme Veil a été déportée au camp de concentration d’Auschwitz en 1944 avec sa famille.

Entrée en politique en 1974 comme ministre de la Santé dans le gouvernement de Jacques Chirac, elle a fait voter la loi de 1975 qui porte son nom légalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Pendant plus de 30 ans, Simone Veil a ensuite été une figure majeure de la vie politique française et européenne et l’une des personnalités les plus populaires auprès des Français.

Plusieurs fois ministre, puis ministre d’Etat, de 1974 à 1995, elle a présidé le Parlement européen de 1979 à 1982 et siégé au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Mme Veil est aujourd’hui présidente d’honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Elle a soutenu en 2007 la candidature de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle.

Femme politique, Simone Veil a publié en 2007 son autobiographie, « Une vie » (Stock), vendue à plus de 550.000 exemplaires, dans lequel elle raconte son destin de rescapée des camps, son athéisme et son féminisme. « Quand j’avais 20 ans, je n’admirais pas les actrices ou les chanteuses, mais une femme qui a fait voter cette loi de 1975 », a déclaré à l’AFP son éditeur, Jean-Marc Roberts. « Une vie » sera a nouveau en librairie dans les prochains jours avec sur un bandeau l’inscription « A l’Académie française ».

L’élection de Simone Veil, porte à cinq le nombre de femmes élues à l’Académie, où siégeaient déjà l’helléniste Jacqueline de Romilly, élue en 1988, l’historienne Hélène Carrère d’Encausse (1990) et les écrivains Florence Delay (2000) et Assia Djebar (2005).

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz