Publié par Michel Garroté le 7 janvier 2009


Les studios de Pallywood au Hamastan

Miguel Garroté     L’abjecte mise en scène pallywoodienne que nous redoutions depuis le début s’est produite hier mardi 6 janvier 2009 :  1- des terroristes du Hamas tirent des obus sur tsahal depuis une école de l’ONU ;  2- tsahal,  qui ne peut pas systématiquement deviner ce qui est devenu une rampe de lancement d’obus et ce qui dans ce contexte resterait néanmoins une « école de l’ONU »,  tsahal donc,  riposte ;  3- or, les terroristes du Hamas avaient volontairement utilisé les enfants réfugiés dans l’école comme boucliers humains et donc comme otages ;  4-  la clase politico-médiatique se déchaîne contre Israël avec l’histoire d’une « école de l’ONU »,  mais sans préciser qu’elle a été transformée en poste de tir par des terroristes assassins ;  5- le gouvernement israélien cède à la mise en scène du Hamas,  cède au tintamarre tonitruant des médias palestinophiles et israélophobes ;  et ce même gouvernement décide de faire marche arrière.

C’est donc tout naturellement – si j’ose dire – qu’aujourd’hui mercredi 7 janvier 2009,  on apprend sur le wire,  à 09:44,  qu’une porte-parole militaire israélienne déclare :  « Il a été décidé de cesser les bombardements à Gaza entre 11:00 GMT et 14:00 GMT tous les jours à partir d’aujourd’hui ».  On apprend aussi que dans ce cadre,  il y aura un « couloir humanitaire » dans la bande de Gaza,  comme le confirme tôt ce matin le cabinet du Premier ministre israélien Ehud Olmert.

Si l’on décode ces deux messages,  celui de la porte-parole militaire israélienne qui du reste n’y peu rien et celui du cabinet du Premier ministre israélien qui lui en revanche porte l’entière responsabilité,  cela signifie que le gouvernement israélien a capitulé face à la mise en scène ;  que le Hamas disposera – chaque jour – de trois heures pour se réorganiser ;  qu’un couloir présumé humanitaire va désormais compliquer le travail de tsahal.  Cette mise en scène est un grand classique du genre.  Elle a déjà fonctionné ailleurs,  notamment au Liban.

Cette mise en scène a été soigneusement préparée par le Hamas et par les médias hamassophiles,  car cela faisait déjà 48 heures que les journaleux utilisaient – question de nous préparer au coup de « l’école de l’ONU » – les formules choc « carnage » et « massacre des innocents ».  Je reviendrai un peu plus tard dans la journée sur la situation du Front à Gaza aujourd’hui.

Copyright Miguel Garroté 2009

  

Et si l’on additionnait les victimes de la terreur depuis 2001 ?

  


Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

1
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz