FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2009

  
  
  

  

Miguel Garroté,  mardi 20 janvier 2009     Encore une analyse économique à verser au dossier portant sur le thème « déficit public et dette publique ».  Personnes fragiles ou nerveuses s’abstenir de lire le texte ci-dessous.

Guido Hülsmann,  Professeur d’économie à l’Université d’Angers,  fait une analyse sans concessions de l’Etat face à l’économie (1) :  (début des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann) « Les gouvernements occidentaux ont instigué des ‘politiques de relance’ qui consistent essentiellement à augmenter les dépenses de l’Etat,  financées par une augmentation des dettes publiques.  (…)  la crise découle des politiques monétaires dites de ‘stabilisation’.  En effet,  les agents des marchés financiers,  précisément parce qu’ils étaient sûrs du soutien des banques centrales,  ont minimisé leurs trésoreries et leurs fonds propres,  fragilisant ainsi l’industrie financière ».

« Aujourd’hui,  poursuit Guido Hülsmann,  les erreurs d’investissement commises dans ces industries se manifestent par une crise d’insolvabilité à l’échelle mondiale.  Cette insolvabilité généralisée n’est cependant pas en premier lieu un problème psychologique (‘perte de confiance’) qui saurait être redressé par des dépenses de l’Etat.  Elle signale une pénurie globale de capitaux réels qui menace d’assécher la production et d’appauvrir la société entière.  Les firmes insolvables ont fait des investissements fixes insoutenables.  Ils ont visé une clientèle dont la richesse a été en fin de compte imaginaire,  car résultant de bulles spéculatives ».

« Les ‘politiques de relance’,  ajoute Guido Hülsmann,  sont vouées à l’échec.  Pis,  elles risquent de prolonger et aggraver la crise,  car elles cherchent à conserver les industries actuelles,  tandis qu’il s’agit justement de les remanier.  (…)  A court terme,  les dépenses de l’Etat bénéficient à certaines industries aux dépens du reste de l’économie ;  à moyen et long terme,  elles appauvrissent la société entière.  (…)  Si l’interventionnisme est à l’origine de la crise,  il est logique de chercher la solution dans le sens opposé,  en ôtant la gestion de la crise des mains du gouvernement et des banques centrales pour la confier aux citoyens,  c’est-à-dire aux épargnants et aux entrepreneurs ».

Le résultat du laisser-faire,  continue Guido Hülsmann,  serait une thérapie de choc avec des effets exactement contraires à ceux des politiques actuelles.  A court terme une spirale déflationniste avec effondrement des marchés financiers et banqueroute de ceux qui ont financé leurs investissements largement par la dette.  Puis des ventes d’usines et d’immeubles à bas prix à ceux qui n’ont pas,  ou peu,  de dettes.  Pendant que les nouveaux propriétaires s’installent,  il y aurait un chômage massif,  une chute de la production et donc une réduction des revenus réels de la population.  Après cette tempête,  au bout de deux ou trois ans,  on pourrait cependant s’attendre à une très forte relance de la croissance et à la disparition du chômage,  la déflation ayant purgé l’économie des investissements insoutenables » (fin des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann).

(1) http://www.latribune.fr/opinions/20090114trib000331322/relance-entravee-ou-therapie-de-choc-.html


  

  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz