FLASH
[14/08/2018] Est-ce vraiment ça, la mission de service public de France Info: parler de tous les livres anti-Trump qui paraissent, et silence total sur les livres pro-Trump ?  |  [13/08/2018] Migrants délinquants : le port de Sète veut bien accueillir l’Aquarius, qui est de nouveau à la recherche d’un port d’accueil pour débarquer des illégaux  |  La branche d’Al-Qaeda à Gaza a publié une vidéo de ses attaques à la roquette sur les communautés civiles israéliennes au cours de la dernière semaine  |  Mons-en-Baroeul (France): une voiture a terminé sa course dans le hall d’une mosquée. Accident ou intention, le mobile n’est pas encore clair  |  La monnaie turque plonge, Trump a réussi en 1 mois ce que l’Europe n’arrive pas à faire depuis 10 ans  |  Israël a confisqué des dizaines de milliers de ballons qui étaient destinés à Gaza par crainte qu’ils soient utilisés comme bombes incendiaires  |  [11/08/2018] Des drones israéliens ont ciblé des terroristes musulmans qui lançaient des bombes incendiaires depuis le nord de Gaza. Plusieurs incendies ont éclaté aujourd’hui dans des villes israéliennes près de la frontière  |  Egypte : 1 terroriste musulman a été empêché de s’approcher d’une église quand il a voulu faire exploser son gilet d’explosifs. Il a fait boum, personne d’autre n’a été atteint  |  Trump a autorisé le doublement des tarifs douaniers pour l’importation d’acier et d’aluminium depuis la Turquie. Conséquence, la livre turque s’écroule  |  Effet Trump : les bons chiffres de l’emploi des Africains et des Hispaniques se confirment : ce sont les meilleurs de l’histoire des Etats-Unis  |  Etat-Unis : des centaines de Bikers se sont déplacés à Bedminster pour saluer le président Trump  |  Hérault : Il poignarde un homme et plonge dans le fleuve pour échapper à la police  |  Brigitte Bardot explose Nicolas Hulot : « c’est un trouillard et il ne sert à rien »  |  Pays-Bas : victime d’un viol collectif par des musulmans, une élue du PVV se suicide  |  Paris : 2 motards de la police et 1 voiture de patrouille percutés par des « jeunes » qui faisaient un rodéo à moto dans les rues  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2009

  
  
  

  

Miguel Garroté,  mardi 20 janvier 2009     Encore une analyse économique à verser au dossier portant sur le thème « déficit public et dette publique ».  Personnes fragiles ou nerveuses s’abstenir de lire le texte ci-dessous.

Guido Hülsmann,  Professeur d’économie à l’Université d’Angers,  fait une analyse sans concessions de l’Etat face à l’économie (1) :  (début des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann) « Les gouvernements occidentaux ont instigué des ‘politiques de relance’ qui consistent essentiellement à augmenter les dépenses de l’Etat,  financées par une augmentation des dettes publiques.  (…)  la crise découle des politiques monétaires dites de ‘stabilisation’.  En effet,  les agents des marchés financiers,  précisément parce qu’ils étaient sûrs du soutien des banques centrales,  ont minimisé leurs trésoreries et leurs fonds propres,  fragilisant ainsi l’industrie financière ».

« Aujourd’hui,  poursuit Guido Hülsmann,  les erreurs d’investissement commises dans ces industries se manifestent par une crise d’insolvabilité à l’échelle mondiale.  Cette insolvabilité généralisée n’est cependant pas en premier lieu un problème psychologique (‘perte de confiance’) qui saurait être redressé par des dépenses de l’Etat.  Elle signale une pénurie globale de capitaux réels qui menace d’assécher la production et d’appauvrir la société entière.  Les firmes insolvables ont fait des investissements fixes insoutenables.  Ils ont visé une clientèle dont la richesse a été en fin de compte imaginaire,  car résultant de bulles spéculatives ».

« Les ‘politiques de relance’,  ajoute Guido Hülsmann,  sont vouées à l’échec.  Pis,  elles risquent de prolonger et aggraver la crise,  car elles cherchent à conserver les industries actuelles,  tandis qu’il s’agit justement de les remanier.  (…)  A court terme,  les dépenses de l’Etat bénéficient à certaines industries aux dépens du reste de l’économie ;  à moyen et long terme,  elles appauvrissent la société entière.  (…)  Si l’interventionnisme est à l’origine de la crise,  il est logique de chercher la solution dans le sens opposé,  en ôtant la gestion de la crise des mains du gouvernement et des banques centrales pour la confier aux citoyens,  c’est-à-dire aux épargnants et aux entrepreneurs ».

Le résultat du laisser-faire,  continue Guido Hülsmann,  serait une thérapie de choc avec des effets exactement contraires à ceux des politiques actuelles.  A court terme une spirale déflationniste avec effondrement des marchés financiers et banqueroute de ceux qui ont financé leurs investissements largement par la dette.  Puis des ventes d’usines et d’immeubles à bas prix à ceux qui n’ont pas,  ou peu,  de dettes.  Pendant que les nouveaux propriétaires s’installent,  il y aurait un chômage massif,  une chute de la production et donc une réduction des revenus réels de la population.  Après cette tempête,  au bout de deux ou trois ans,  on pourrait cependant s’attendre à une très forte relance de la croissance et à la disparition du chômage,  la déflation ayant purgé l’économie des investissements insoutenables » (fin des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann).

(1) http://www.latribune.fr/opinions/20090114trib000331322/relance-entravee-ou-therapie-de-choc-.html


  

  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz