FLASH
[23/10/2017] La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 22 mars 2009

Par Amir Taheri, journaliste
New York Post – 17 mars 2009
Traduction d’Albert Soued, pour www.nuitdorient.com
 
L’administration Obama a proposé de parler aux ennemis de l’Amérique, en particulier au Moyen Orient, A ce jour, cette proposition n’a pas trouvé d’acquéreur. Comme condition préalable à tout pourparler, l’Iran a demandé aux Etats-Unis de changer d’une manière substantielle leur politique étrangère. La Syrie a demandé que les Etats-Unis contribuent à arrêter toute enquête sur le meurtre de l’ex-premier ministre du Liban, Rafik Hariri et a insisté pour qu’ils reconnaissant son hégémonie sur le Liban, avant toute conversation substantielle avec Washington! Les Talibans insistent pour que toutes les troupes étrangères soient évacuées d’Afghanistan avant d’envisager de converser.
 
Bien! Quand vos ennemis ne veulent pas vous parler, pourquoi ne pas parler à vos amis? Et c’est précisément cela que la nouvelle administration ne veut pas faire, sous prétexte qu’elle poursuivrait alors la politique « défaillante » de l’administration Bush.
Rappelons que le président Obama n’a pas répondu aux messages de vœux venant de ses alliés du Moyen Orient, à l’occasion de son entrée à la Maison Blache. Nouri al Maliki a dû attendre 3 semaines. Hamid Karzai a attendu 40 jours. Les dirigeants de pays amis comme le Maroc, l’Egypte, la Turquie, la Jordanie, l’Arabie Saoudite ont attendu moins longtemps, mais n’ont reçu qu’un message protocolaire, sans contenu politique.
Les émissaires d’Obama dans la région ont bien montré qu’ils étaient plus soucieux de rameuter leurs ennemis que de courtiser leurs amis.
Richard Holbrooke, envoyé spécial en Afghanistan et au Pakistan a parlé de son désir de s’adresser aux Talibans, mais a cité des problèmes d’agenda pour ne pas rencontrer ses véritables amis parmi l’élite afghane ou pakistanaise. A Kaboul, il était clair que la nouvelle administration voyait la présidence de Karzai comme un héritage de Bush. Au Pakistan, elle a envoyé des signaux que Washington n’était pas prête à soutenir le gouvernement du président Asif Ali Zardari.
La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a daigné seulement serrer la main du 1er ministre Libanais Fouad Siniora, juste pour une photo, lors d’une conférence sur Gaza en Egypte. Pourtant la coalition de gouvernement Siniora doit faire face en juin à des élections cruciales et aurait mérité d’avoir le soutien américain. En lieu et place, elle a  été snobée.
 
Préoccupés par l’abandon des Etats-Unis, ces alliés commencent à paniquer.
La semaine dernière, l’Arabie Saoudite a reçu un sommet de 4 dirigeants arabes qui ont acclamé le retour de la Syrie au bercail de la politique régionale. En échange, la Syrie a obtenu un « droit de regard » sur le Liban, qu’elle utilisera pour peser sur les résultats des prochaines élections (1).
 
En Afghanistan, les opposants à Karzai ont lancé une campagne pour l’empêcher de postuler pour un nouveau mandat. Les cercles pro-iraniens jouent sur le thème de « l’Iran protecteur fiable » d’un nouveau régime à Kaboul, au moment même où les Américains cherchent à restaurer le régime des Talibans.
En Irak, on est préoccupé par le retrait des troupes américaines et ceci a divisé les Kurdes, les amis les plus fidèles de Washington. Massoud Barzani essaie de former une alliance avec la Turquie, pour équilibrer la puissance de l’Iran dans l’ère post-américaine. L’autre chef kurde Jalal Talabani, lui, prétend qu’une fois les Américains dehors, seul l’Iran peut protéger le nouvel Irak, contre les forces sunnites arabes qui chercheraient à se venger. Même le 1er ministre Nouri Al Maliki, toujours méfiant des  intentions de Téhéran, s’est senti obligé de calmer les mollahs, en offrant à leur protégé Moqtada al Sadr, un partage du pouvoir.
Au Pakistan, convaincus que les Etats-Unis ne le soutiennent plus, les adversaires de Zardari ont lancé une série de manifestations nationalistes dans tout le pays. L’ex-premier ministre Nawaz Sharif, dont le gouvernement avait laissé les Talibans conquérir le pouvoir, essaie de revenir en traitant Zardari de marionnette américaine installée par Bush et abandonnée par Obama.
Entre temps, la Turquie craint qu’Obama ne signe un accord important avec les mollahs, reconnaissant l’Iran comme la puissance régionale. Ce qui laisserait la Turquie dans l’ombre – incapable de rejoindre l’UE et marginalisée au Moyen  Orient. Ces craintes ont incité son président Abdallah Gul à trouver une excuse pour visiter Téhéran – pour la 1ère fois un président turc rencontre le suprême guide Ali Khamenei.
 
Grâce à cette perception que les Etats-Unis prennent le large et que la République islamique a le vent en poupe, ces dernières semaines, Téhéran a reçu une douzaine de présidents et de premiers ministres d’Asie centrale, du Caucase et du Moyen Orient. Dans tous les cas, l’idée était de conclure un accord avec l’Iran avant qu’Obama ne le fasse avec ce pays.
 
La nouvelle politique des Etats-Unis, ou plutôt l’absence de politique peut avoir un effet dévastateur sur les forces démocratiques, à travers une région qui verra des élections cruciales en Afghanistan, en Iran, en Irak, au Liban, dans les Territoires autonomes, en Egypte et en Algérie. Les ennemis de l’Amérique dans la région pourraient réaliser un coup stratégique avant qu’Obama n’ait pu établir une politique crédible au Moyen Orient.
 
Note de www.nuitdorient.com
(1) Les forces du 14 mars risquent d’être mises en minorité, laissant la voie libre à une coalition où le Hezbollah dominerait. Ce scénario possible rappelle les élections à Gaza et la venue au pouvoir du Hamas. Un coup d’état du Hezbollah au Liban, chassant toutes les forces démocratiques, pourrait suivre un tel scénario, d’autant plus que le Hezbollah n’a pas été désarmé et constitue la principale force militaire du pays.
On peut se demander s’il s’agit d’une politique américaine de « repli sur soi » ou le laissez-faire machiavélique d’un président « cheval de Troie ».
 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz