FLASH
[20/10/2017] Le Hamas à Trump : « Israël, nous voulons l’anéantir, pas le reconnaître » et les médias feignent de ne pas entendre  |  [19/10/2017] Ariane Fornia, fille d’Eric Besson, accuse l’ex-ministre Pierre Joxe d’agression sexuelle  |  Wolf Blitzer (CNN) est le 1er journaliste de gauche à évoquer le scandale Clinton/ Obama/ Uranium depuis sa révélation il y a 24 heures  |  [18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 5 avril 2009

 

Le 32e gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu est déjà en fonction depuis Mardi dernier. Ce gouvernement de coalition, qui compte trente ministres dont M. Netanyahu, le chef du parti Likoud, est le plus pléthorique dans l’histoire d’Israël. Il s’appuie sur une assise parlementaire d’au moins 66 députés.

 

Après avoir obtenu l’accord des travaillistes pour participer à son gouvernement, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu  est aujourd’hui  le nouveau  partenaire pour la paix avec  l’Autorité palestinienne.

 

 

Mardi 31 mars 2009, devant la Knesset,  M. Netanyahu  affirmé clairement  « Je le dis aux dirigeants de l’Autorité palestinienne : si vous voulez vraiment la paix, il est possible d’arriver à la paix. Le gouvernement sous ma direction agira pour arriver à la paix sur trois volets : économique, sécuritaire et politique« ,

 

Benjamin Netanyahu a assuré que son intention de soutenir l’économie palestinienne ne se substituait pas à des pourparlers de paix. Dans le cadre d’un « accord définitif », a-t-il poursuivi, les Palestiniens « disposeront de tous les droits pour se gouverner eux-mêmes, sauf ceux susceptibles de constituer un danger pour la sécurité et l’existence de l’Etat d’Israël ».

 

Le nouveau chef de cabinet a affirmé qu’il aspirait à une « paix totale et réelle » avec les Arabes. « Nous voulons une paix totale et réelle en vue de parvenir à une réconciliation entre les peuples arabe et juif« , a-t-il rassuré.

 

Netanyahou a annoncé par ailleurs que son gouvernement œuvrerait pour la paix avec tous les voisins d’Israël à trois niveaux : économique, politique et sécuritaire. « Nous poursuivrons les négociations avec les Palestiniens dans le but d’obtenir un accord définitif. Nous ne voulons pas avoir la responsabilité de gouverner un autre peuple et le futur accord offrira aux Palestiniens la liberté de s’autogouverner. Une exception sera seulement faite pour tous ceux qui menaceront la sécurité d’Israël. » Il a ajouté  « Je fais une différence entre l’islam extrémiste et le monde musulman dans son ensemble, qui est lui aussi menacé. La culture musulmane est une culture très riche, autrefois très prospère. Juifs et Arabes vivaient et créaient main dans la main. »

 

M. Netanyahu a surtout rappelé que  les Six Premiers ministres ont tenté, en vain, de parvenir à une paix avec les Palestiniens, « Ce n’est pas de leur faute. Si les dirigeants de l’Autorité palestinienne veulent la paix, je leur réponds dès maintenant : nous pouvons y arriver a-t-il ajouté.

 

 

M. Netanyahu, qui fut déjà Premier ministre entre 1996 et 1999, s’est  dit donc prêt à négocier la paix avec les Palestiniens. Il  a affirmé qu’il aspirait à une « paix totale et réelle » avec les Arabes. « Nous voulons une paix totale et réelle en vue de parvenir à une réconciliation entre les peuples arabe et juif« , lors de son  discours au Parlement. « A chaque fois qu’Israël s’est trouvé face à un dirigeant arabe qui souhaitait sincèrement la paix, nous avons agi en conséquence« , a ajouté le nouveau  Premier ministre.

 

 

 

 

Le 25/03/2009,  lors d’un autre  discours à Jérusalem, M. Netanyahu  a encore  rappeler sa volonté pour la paix régionale « Je pense que les Palestiniens devraient comprendre qu’ils ont avec notre gouvernement un partenaire pour la paix, pour la sécurité et pour un développement rapide de l’économie palestinienne« , a-t-il déclaré. »La paix n’est pas le dernier des objectifs. C’est un objectif commun et durable pour tous les Israéliens et tous les gouvernements israéliens, le mien y compris« , a-t-il ajouté.

 

Benjamin Netanyahu a confirmé que son intention était de suivre cette « piste économique« , qu’il a présentée comme complémentaire des pourparlers de paix.  Netanyahu a réaffirmé son intention de mettre l’accent sur l’économie palestinienne, en s’engageant à lever certains obstacles qui entravent son développement. « Si vous avez une économie palestinienne forte, vous avez des fondements forts pour la paix« , a déclaré le nouveau  chef du cabinet israélien avant son investiture officielle.

 

Benjamin Netanyahu dispose désormais d’une majorité parlementaire de 66 députés sur 120 après ses accords de partenariat avec Yisraël Beïtenu, le mouvement Shas et les travaillistes. Après avoir obtenu l’accord des travaillistes pour participer à son gouvernement, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu  est aujourd’hui  un vrai partenaire pour la paix pour l’Autorité palestinienne.

 

En dépit de la réputation sulfureuse de son  nouveau ministre des affaires étrangères,  Avigdor Liebermann  est aussi  considéré comme le nouveau  partisan pour la paix au Proche Orient .  Selon le Jerusalem Post, « le dirigeant du parti Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman, a déclaré avoir changé de position au fil des années et soutient désormais la création d’un Etat palestinien. Il a ajouté ne pas avoir caché cette opinion lors de la récente campagne électorale ».

 

Lors d’une récente interview au Washington Post, il s’est dit aussi  prêt à « poursuivre le processus  paix  » et même à déménager de Nokdim, une implantation  de Judée Samarie où il habite, si un État palestinien était créé. Il a toutefois précisé que  «Les dirigeants des pays arabes, mais aussi les Palestiniens ne veulent pas d’un État palestinien  ».

 

De sa part, l’ambassadrice d’Israël à L’ONU, le Dr. Gabriella Shalev a affirmé le 25  Mars 2009 devant le Conseil de Sécurité que le nouveau gouvernement israélien sera engagé par le processus de paix, celle-ci devant être basée sur les trois principes énoncés par le Quartet et la communauté internationale, à savoir, la reconnaissance d’Israël, la fin des violences et du terrorisme, et le respect des accords passés.

 

Le président Pères a souhaite  aussi une paix prompte entre Israël et les palestiniens. Il fait  savoir que le nouveau gouvernement israélien puisse parvenir à la paix avec les palestiniens le plus vite possible, à l’issue d’une rencontre,  le 30 mars, à Prague avec son homologue tchèque Vaclav Klaus.

 

M. Pères, Prix Nobel de la Paix, a émis son espoir sur des progrès considérables à réaliser dans la résolution des conflits israélo-palestiniens et dans l’amélioration des relations de voisinage. M Pères a estimé qu’Israël a lancé des négociations avec la partie palestinienne il y a longtemps, tandis qu’elles ont avancé lentement dues aux divergences inter palestiniennes.

 

 

L’avenir de la Paix n’est pas  donc aussi sombre, avec ce nouveau gouvernement israélien, comme le prétendre certains ici et là. La communauté internationale devrait saluer la démocratie israélienne, respecter le choix des électeurs et la volonté du peuple israélien. Une condamnation à l’avance de la formation d’un gouvernement « de droite » et les tentatives de s’immiscer dans les affaires intérieures d’Israël, comme le fait beaucoup de commentateurs et de responsables étrangers  avec maladresse et précipitation, sont inadmissibles. Les israéliens  ont connu le même scénario en mai 1977, lors de la victoire de Menahem Begin et pourtant le fondateur du Likoud a signé la paix avec le plus grand pays arabe.

 

Restons optimistes

 

 

Ftouh Souhail

Citoyen du Monde

 

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz